Mai
29

À ceux qui ont des problèmes avec leur blog, et qui ne savent pas comment les résoudre

Author Cédric Vimeux    Category Créativité     Tags

Vous êtes face à un problème et vous n’arrivez pas à le résoudre ?

Lisez cette histoire véridique, et voyez comment sa morale peut vous inspirer

avoir des idées

L’examen de physique

Un professeur de physique est appelé par un collègue au sujet d’un étudiant.

Ce dernier vient de passer un test de physique. Le professeur désire lui mettre zéro, alors que l’élève estime mériter un 20.

Ils demandent alors à l’autre professeur de faire l’arbitre, et de trancher.

La question du test : « Comment pouvez-vous déterminer la hauteur d’un building grâce à un baromètre ? »

La réponse de l’élève : « On attache le baromètre à une corde. On le fait glisser du haut du building jusqu’en bas. On calcule ensuite la longueur de la corde. La longueur de la corde donne la hauteur du building. »

Cette solution donnait effectivement la réponse, mais ce n’était pas celle qu’attendaient les professeurs de physique.

Ils décidèrent de lui donner une seconde chance, et lui allouèrent 6 minutes pour trouver la bonne solution. Celle qui utilisait ses connaissances en physique.

Au bout de 5 minutes…

L’élève n’avait toujours rien écrit !

L’un des professeurs demanda : « Vous n’avez pas de réponse ? Vous désirez abandonner ? »

L’élève répondit : « Au contraire, j’ai beaucoup de réponses à ce problème. J’essaie simplement de choisir la meilleure. »

Puis il donna cette réponse : « On place le baromètre à la hauteur du toit. On le laisse tomber en calculant son temps de chute avec un chronomètre. Ensuite en utilisant la formule : x = gt²/2, on trouve la hauteur du building. »

Ce n’était toujours pas la réponse qu’attendaient les professeurs de physique.

Mais le professeur qui avait jouer le rôle d’arbitre décida d’accorder le 20/20 à l’élève.

D’autres solutions ?

Après l’examen, le professeur « arbitre » rappela l’élève et lui demanda :

« Vous m’aviez dit avoir plusieurs solutions pour résoudre ce problème. Pouvez-vous m’en donner une autre ? »

L’élève répondit illico : « Oui, par exemple, on place le baromètre dehors, lorsqu’il y a du soleil. On calcule la hauteur du baromètre, la longueur de son ombre et la longueur de l’ombre du building. Puis, avec un simple calcul de proportion, on trouve la hauteur du building. »

Très bien, répondit le professeur. Et les autres ?

« On monte les étages avec le baromètre. En même temps, on marque la longueur du baromètre sur le mur. À la fin, on compte le nombre de traits pour obtenir la taille du building en longueur de baromètre. Et on convertit. »

Puis il en donna une autre :

« Vous pouvez aussi attacher le baromètre à une corde, et le faire balancer comme un pendule. Vous déterminez ensuite la valeur g au niveau de la rue et au niveau du toit. Puis vous calculez la hauteur du building à partir de la différence de g ».

Et il conclut :

« Il y a beaucoup d’autres façons de résoudre ce problème. La plus simple est peut-être d’aller au sous-sol. De frapper à la porte du concierge et de lui dire : je vous donne ce superbe baromètre si vous me dites la hauteur exacte du building. »

Le professeur finit par lui demander s’il connaissait la réponse que l’autre professeur et lui attendaient. Il admit que OUI, mais qu’il en avait aussi marre des professeurs qui essayaient de lui apprendre comment il devait penser.

Quel enseignement tirer de cette histoire ?

Quand on est face à un problème, on a tendance à chercher LA meilleure solution.

Pourquoi ? Parce que c’est ce que nos professeurs nous ont appris. Rappelez-vous vos cours de Mathématiques, ou chaque problème devait être résolu d’une façon précise. Et pas autrement.

Le problème, c’est que cette façon de penser nous pousse à l’immobilisme.

On trouve de nombreuses solutions, mais une question taraude notre esprit : « Cette solution est-elle la meilleure ? ». Et on continue à réfléchir au lieu d’agir.

On pense, à tort, qu’un problème doit être résolu de « LA meilleure façon possible »… alors qu’une façon qui marche suffit amplement.

« Avancer à tout prix »

Quand on est face à un problème, on n’arrive plus à avancer. Souvent, ce n’est pas parce qu’on manque de solution, mais parce qu’on en a trop. Et qu’on cherche alors LA meilleure.

Quand cela vous arrive, prenez la première solution qui vient. Même si elle n’est pas LA meilleure. Même si elle est bancale.

Le principal, c’est qu’elle fonctionne.

Une fois mise en place, vous pourrez toujours l’améliorer par la suite. Ou la remplacer par une meilleure.

Ou pourquoi pas, trouver LA meilleure solution possible. Ou une solution novatrice, à laquelle personne n’a encore pensé ;)

PS: Le jeune étudiant dans cette histoire reçut le Prix Nobel de Physique en 1922. Il s’appelait Niels Bohr ;)

Photo © DURIS Guillaume – Fotolia.com
Source histoire © Scott Young

51 Comments to “À ceux qui ont des problèmes avec leur blog, et qui ne savent pas comment les résoudre”

  • Frédéric 29 mai à 17 h 03 min

    Bonne idée d’article, bien écrit.
    Je le mets en lien avec mon blog.

    Cdt,

    FDL

    • samuel 9 décembre à 19 h 27 min

      Bien dit Fréderic.

      Cependant quant à la conclusion de Cédric sur la leçon de cette histoire, je pense qu’on peut la nuancer.

      Si on connais plusieurs solutions et qu’on est en mesure de les utiliser, je pense qu’il est préférable d’exploiter la MAEILLEURE solution d’entre elle.

      D’aiileurs comme le dit l’éléève, il voulais essayer de réfléchior par lui-même et c’est surement cette manière de penser qui l’a pousser à obtenir plus tard le prix noble de physique.

      D’un autre côté, il ne faut pas chercher à faire les choses de la bonne façon ou comme le pensen,t les autres.

      Comme le dit Cédric, en commençant avec les outils dont on dispose, on apprend et lorsque viendra le moment d’utiliser la MEILLEURE solution, on se plus performant.

      Le principe ici est de rester dans l’action.

      Amicalement,

  • Carole 29 mai à 17 h 18 min

    Bravo pour cet article intéressant.
    C’est totalement vrai. On cherche continuellement la meilleure solution aux problèmes que l’on rencontre sans se rendre compte que la solution est tout simplement…d’agir en premier lieu.
    Ca donne à réfléchir.

  • Dominique@les relations humaines positives 29 mai à 17 h 21 min

    lol… dommage que je ne sois pas un génie, j’aurais aussi beaucoup de solutions pour me simplifier la vie….

    • Cédric Vimeux 30 mai à 17 h 54 min

      Bonjour Dominique,

      Inutile d’être un génie pour trouver des solutions. Il suffit de réfléchir un peu, et de prendre la première solution qui marche ;)

      On a toute la vie ensuite pour l’améliorer, ou la changer, si besoin.

      Cédric

  • Docteur Greg@Virtuose de la Vie 29 mai à 17 h 42 min

    Coucou Cédric,

    Je ne connaissais pas cette anecdote sur Bohr, merci.

    Je suis absolument d’accord avec ton article, d’autant plus que j’étais énormément comme ça (et toujours un peu d’ailleurs).

    La tendance au perfectionnisme ou au « graal ultime » invite à raffiner à rallonge des solutions parfois prodigieusement alléchantes… sur le papier seulement !

    Et pendant ce temps là, celui qui matérialise les choses, même si elles ont une « gueule » beaucoup moins « séduisante », se fait connaître, gagne de l’argent, bref, avance et va beaucoup plus loin.

    • Cédric Vimeux 30 mai à 17 h 57 min

      Salut Greg,

      Oui, c’est souvent comme ça.

      L’histoire regorge d’anecdote où un homme peaufinait son idée pour atteindre la perfection… jusqu’à ce qu’il se rende compte qu’un autre a concrétiser le même projet avant lui, et récolte les lauriers.

      On en reviens à ce je dis toujours : seule l’action compte.

      Cédric

  • Des Trucs Pour Changer De Vie 29 mai à 17 h 43 min

    Cette histoire me rappelle une anecdote que j’ai vécue au lycée.

    Le prof de maths m’envoie au tableau pour résoudre un exercice. Je commence et très rapidement, il dit en se foutant de moi « si tu réussis de cette manière, je te paie un kilo de figues ».
    Je ne me laisse pas démonter et je continue. Je le vois alors faire une drôle de tête.

    Je n’avais pas encore terminé, mais il venait de se rendre compte que ma méthode fonctionnait et que j’arrivais au résultat. Que croyez-vous qu’il arriva au prochain cours de maths ?

    Et bien, il me lança un kilo de figues sur ma table en rentrant dans la classe… ;)

    Cette histoire est authentique et démontre comme celle ci-dessus qu’il ne faut pas être rigide et penser qu’il n’y a qu’une solution. Ne pas se laisser démonter.

    Sam

    Au fait, mes camarades de classe ont piqué une bonne rigolade ce jour là et je suis devenu une « vedette ». Ephémère la vedette, mais quand même ! :)

    • Cédric Vimeux 30 mai à 17 h 57 min

      Ah ah,

      Excellente cette anecdote.

      Cédric

  • mohamed 29 mai à 17 h 44 min

    Plein de bon sens. On cours toujours pour trouver la solution qui fera plaisir à un tel ou un autre.
    Il est vrai que cela vient de notre éducation scolaire ou l’on devait bien montrer la logique qui nous avait donné la solution car sans elle c’etait un bon 0. Le monde du travail est tout à fait semblable on nous montre la marche a suivre et point. Repeter jusqu’a la perfection! On tue des bébé dans l’oeuf tous les jours.

  • Diabaide 29 mai à 17 h 46 min

    Bonjour,

    Oui, c’est tout à fait l’évidence même de chaque personne qui aspire à la perfection de la solution, alors que la solution réside même dans le premier pas effectué pour chercher une répons à ce problème.

    J’en suis l’une de ses personnes qui a été confrontée à cette équation tout à mon début, mais je me suis vite ressaisi pour rependre cette théorie (apprendre comment je devais penser) afin de ne plus changer ma façon de penser et d’y trouver une solution raisonnable qui soit aussi acceptable par tout le monde.

    Maintenant, c’est à vous de choisir lequel du chemin, vous voulez prendre?

    Diabaide

  • Armelle 29 mai à 18 h 00 min

    Bonjour,
    Oui en fait, peu importe la bouteille pourvu qu’on ait l’ivresse….ou en l’occurrence peu importe la méthode pourvu que ça marche !
    Belle soirée à tous.
    Bien cordialement.
    Armelle

  • Marc@a-votre-succes.fr 29 mai à 19 h 12 min

    Oui la priorité est de parer au plus urgent…

    Mais après il faut apprendre et se perfectionner pour trouver la meilleure solution!

    Cordialement
    – Marc –

  • jacky@vendeur de rêves 29 mai à 19 h 41 min

    Excellent article qui conclut qu’il faut toujours faire confiance à son intuition première dés lors que l’on a plusieurs choix possibles. J’adhère tout à fait.

    • Cédric Vimeux 30 mai à 18 h 06 min

      Salut Jacky,

      Bien vu le coup de l’intuition.

      C’est exactement cela.

      Cédric

  • Olivier@entreprendre 29 mai à 21 h 35 min

    Et c’est souvent le problème principal de ceux qui veulent devenir entrepreneur..
    ils attendent le service parfait qui les aidera à proposer le produit … parfait !

  • Marie-France de santeformeminceur 29 mai à 21 h 38 min

    Bonjour Cédric.
    Très belle histoire.
    Tu as raison en ce qui concerne le fait qu’il n’existe pas qu’une solution à un problème et qu’en changeant sa façon de penser on parvient parfois à trouver des solutions différentes qui marchent aussi.
    Cependant, n’oublions pas deux choses :
    – 99,99 % des élèves n’ont aucun système de résolution de problème. Les professeurs sont là pour leur enseigner des méthodes, leur apprendre à réfléchir, leur apprendre à apprendre. A charge pour chaque élève d’utiliser ces méthodes de pensée pour trouver de nouvelles solutions. Nous savons que plus importante est la somme de nos savoirs, plus nombreuses sont les connexions entre ce que nous savons et les nouvelles informations que nous entrons dans notre cerveau, plus notre analyse et compréhension de ces nouvelles informations est rapide.
    – Un professeur d’anglais enseigne l’anglais, un professeur de maths enseigne les maths, un professeur d’éducation physique enseigne l’éducation physique. Pourquoi voudrais-tu qu’un professeur de maths essaie de te faire apprendre l’anglais avec des formules des maths ? Alors pas de quoi s’étonner que le prof note 0 un élève qui, de toute évidence, détient la réponse et refuse de la donner sans autre forme d’explication. Si Bohr avait donné son explication à son professeur, celui-ci aurait sans doute fait preuve de plus d’indulgence et sorti un 20 aussi.
    – On ne tue pas des bébés (je suppose que Mohamed voulait plutôt dire « génies ») dans l’oeuf tous les jours par la répétition. La répétition est l’indispensable outil de l’apprentissage, y compris pour les adultes. Il faut revenir 7 fois sur un apprentissage avant qu’il ne soit considéré comme intégré. Un enfant qui ne connaît pas ses tables « à la perfection » ne rattrapera jamais ce retard avec sa calculette. A un certain niveau, il n’est pas possible de sortir la calculette pour le moindre petit calcul… et c’est clairement celui qui connaîtra ses tables « par coeur » qui gagnera la meilleure note, même si au final l’exercice était plus un exercice de réflexion que de calcul. Il y a un 50 ans, les élèves répétaient jusqu’à plus soif leurs poésies, leurs multiplications, etc… Y avait-il moins de génies parmi eux pour autant ? Non, je ne crois pas. Il y a 40 ans, on ne laissait pas sortir de l’école un élève qui ne sache lire, écrire, compter, à l’exception de quelques très rares cancres indécrottables. Il y a 30 ans, le terme d’échec scolaire n’existait pas… et pourtant, qu’est-ce qu’on nous a fait réciter, répéter, seriner…
    Mais bon, comme disent les d’jeun’s… j’dis ça, j’dis rien :-)
    @++
    Marie-France

    • Cédric Vimeux 30 mai à 18 h 08 min

      Bonjour Marie-France,

      > Les professeurs sont là pour leur enseigner des méthodes, leur apprendre à réfléchir, leur apprendre à apprendre.

      Est-ce vraiment le cas ?

      Cédric

  • jaime de latitude-positive 29 mai à 21 h 57 min

    Bonsoir les amis,

    En fait, je vous conseille de ne rien faire du tout.
    Quand vous rencontrez un souci technique, dites-vous simplement : « Je vais trouver une solution à ce problème ». Ensuite, laissez-le de côté. Concentrez-vous sur les choses qui marchent et continuez d’avancer.
    Après quelques réussites, quand vous reviendrez, vous aurez la solution dans votre tête.
    Croyez-moi, ça marche.
    Bonne soirée.

    Jaime.

    • Cédric Vimeux 30 mai à 18 h 09 min

      Bonjour Jaime,

      Oui, la technique du « lâcher prise » est efficace. Et marche (quasiment) à tous les coups.

      Souvent, on va se coucher avec un problème en tête et on se réveille avec la solution. Comme par magie.

      Cédric

      • MarieEve@creation de site web 2 juin à 20 h 07 min

        Bonjour Jaime et Cédric,
        Je ne savais pas qu’on appelait ça la technique du « lâcher prise » (qui me fait plutôt penser à de la relaxation).

        En tout cas, ce phénomène a ses raisons physiologiques: le cerveau fonctionne en « rétro-action », c’est à dire qu’il continue de se passer des processus APRES qu’on est fait un effort de réflexion ou de résolution de problème. C’est pour ca qu’il faut se détendre (dormir, se divertir) pour que ce processus s’opère.

        Et c’est ce qui fait qu’on se réveille avec le solution toute prête. Magique!

  • Samuel@motivation-au-travail 29 mai à 22 h 03 min

    Superbe cette histoire !

    Quelle créativité ce jeune étudiant.

    Cette histoire m’en a rappelé une autre, vraie également :

    « Au temps de la conquête spatiale, les américains ont dépensé des millions de dollars pour mettre au point un stylo qui pouvait écrire dans l’espace (en état d’apesanteur).

    Les russes ont utilisés un crayon mine… »

    No comment. ;-)

    • Angahi@Bonne-humeur 30 mai à 12 h 07 min

      C’est incroyable! Je suis absolument émerveillé par la simplicité, autant par l’efficacité de la solution russe!! C’est une merveilleuse leçon. Merci!

      • Cédric Vimeux 30 mai à 18 h 10 min

        Splendide ! Absolument splendide !

        Direct dans mon evernote ;)

        Cédric

  • Yanie @ Ibiza - Formentera 29 mai à 23 h 11 min

    Je n’étais pas venue depuis quelques temps..

    J’adore ton article et l’idée de le retrouver en pdf.. Quelle idée ingénieuse..

    Tu es un Grand Créateur du blogging…

  • mo 29 mai à 23 h 59 min

    bonjour Cédric,

    c’est un peu le principe de rester dans l’action et éviter l’immobilisme!
    il vaut mieux prendre une décision, choisir une solution, une idée même les mauvaises (que l’on peut améliorer, remplacer au fur et à mesure), car le plus important c’est de poursuivre sa créativité et de ne pas patiner à la recherche de la perfection ou de la solution idéale.

    amicalement

    • Cédric Vimeux 30 mai à 18 h 11 min

      Salut Mo,

      > c’est un peu le principe de rester dans l’action et éviter l’immobilisme!

      Oh, ce n’est « un peu », c’est CARRÉMENT ça !

      Cédric

  • Jean-Marie 30 mai à 0 h 20 min

    Bonjour Cédric

    Très belle histoire. En effet. Il y a plusieurs solutions pour un problème. Tout dépend de l’angle vue par lequel on souhaite attaquer le problème.

    Jean-Marie

  • Salvio d'Entrepreneur débutant 30 mai à 0 h 21 min

    La conclusion de ton article me représente tellement bien…

    Je ne compte plus les nuits blanches passées à chercher les meilleures solutions qui soient dans divers projets pour, en fin de compte, ne rien faire.

    Ce qui arrive souvent au final c’est l’épuisement mental et l’abandon.

  • Rodrigue@Creation de site internet Calais 30 mai à 0 h 53 min

    Cela prouve que l’on avoir sa propre vision des choses, et heureusement.

    Ce n’est pas en apprenant par cœur que l’on avance, c’est en essayant de tourner ca à sa manière plutôt, car on se sent à l’aise, et libre.

    J’adore la façon dont est tourné l’article.

  • jean 30 mai à 1 h 11 min

    En fait j’attendais autre chose , comme je ne suis pas un champion du dépannage ,j’imaginais avoir une réponse à un problème que j’avais déja posé sur les forums et toujours sans réponse.
    ça mis à part j’ai été ravis de cette découverte

    jean

    • Cédric Vimeux 30 mai à 18 h 13 min

      Salut Jean,

      Pourquoi ne pas poser ta question ici ?

      Cédric

  • Gullit@Storylandparty 30 mai à 1 h 20 min

    Tres bon article et j’ai compris ce que tu voulais dire, et tu as raison du moment que l’idée fonctionne c’est le principal.

  • Christian 30 mai à 8 h 28 min

    Salut Cédric,

    Moi, je ne me casse pas trop la tête. Je suis un peu paresseux donc, la meilleure solution, c’est celle que je trouve en premier.

    @+

    Christian.

    • Cédric Vimeux 30 mai à 18 h 14 min

      Surtout que la première solution est souvent la bonne ;)

  • Eric Hebting 30 mai à 12 h 16 min

    Merci Cédric :)

    C’est justement ce que l’une de mes amies est entrain de vivre. Ton article va m’aider grandement à cela.

    Totalement d’accord avec Jaime, au passage.

    Bonne journée !

  • Claude 30 mai à 13 h 10 min

    Bonjour Cedric,

    Le point capital de ton article est le commentaire de l’élève. Absolument qu’on arrête de nous dire quoi penser. Le plus grand lieu de liberté et de créativité est notre pensée. Se le laisser annexer c’est accepter d’être un prisonnier. Les grands inventeurs ne ce sont pas laissés prendre à ce jeux. Il est primordial de rester indépendant et libre en ce domaine.
    De grâce apprenez à penser et non pas quoi penser.

    Bravo Cedric

    Claude

    • Cédric Vimeux 30 mai à 18 h 16 min

      Bonjour Claude,

      > Le plus grand lieu de liberté et de créativité est notre pensée. Se le laisser annexer c’est accepter d’être un prisonnier.

      J’adore cette phrase. J’adore !

      Merci à toi ;)

      Cédric

  • sarah D@lumieredivine 31 mai à 14 h 43 min

    Garder courage et persévérer pour voir réaliser notre but !

  • jacques@navette beauvais 31 mai à 15 h 13 min

    Il a du cran cet élève et il a tout à fait raison. Quand on était jeune on était obliger de rédiger une dissertation ou résoudre un problème selon UNE méthode donné. Complètement idiot. Donc que ce soit pour un blog, un site web ou même dans la vie de tous les jours, il faut savoir si un problème ne se résout pas selon une méthode, et bien il y en a d’autres.

  • lionel@ réalisation site e-commerce 31 mai à 19 h 06 min

    Bonjour Cédric,

    Le problème majeur que j’ai avec mon blog est le manque de temps. Pas moyen de dégager du temps pour écrire des articles. Les « travaux clients » restent évidemment prioritaires.

    amicalement

  • MaxR@Maxadi 4 juin à 10 h 51 min

    Excellente histoire ! C’est le genre d’anecdote dont je suis friant.

    L’école doit en effet fournir les outils pour stimuler notre intellect, ainsi que les bagages en connaissances pour nous permettre par la suite de réflechir … intelligemment !
    Ce n’est malheureusement pas toujours le cas de toutes les écoles.

    Mais au-delà de l’école, c’est aussi une question d’éducation. Celle qu’on reçoit de ses parents, en grande partie.

  • Sié Issa@Comment créer un site internet 9 juin à 10 h 22 min

    Bonjour Cédric,

    J’avais manqué celui-là.
    L’école, si elle nous a appris beaucoup de bonnes choses, elle nous a assimilé certaines qui sont moins bonnes aussi. Fallait toujours dire ce que le professeur nous a donné en classe. Faire l’inverse était assujetti à une sanction.

    La morale de cette histoire est bien claire. Et merci une fois de plus pour tout.

    Bien amicalement,
    Sié

  • David du blog qui aide les commerçants. 13 juin à 2 h 23 min

    Comment casser ses professeurs :) Ca le fait n’empeche, mercie pour la petite histoire que je ne connaissais pas !

    En tout cas, heureusement que nous sommes libre de penser et d’agir … c’est que nous permet de vivre pleinement ! Sortir des enclos !

  • chems@Bien Etre-Décoration-et Immobilier 23 juin à 16 h 51 min

    il y’a longtemps je n’ai pas autant rigolé…
    et avec bohr en plus…ça me rappelle la fac ,
    et l’ambiance du savoir et des gens qui pensent…

    merci pour l’histoire, elle est superbe…
    et merci pour ce moment de sourire…!

  • valery 21 juillet à 0 h 19 min

    EXCELLENT ARTICLE
    Enfin, s’il n’avait pas été pompé ailleurs…

    • Cédric Vimeux 21 juillet à 14 h 03 min

      Pompé ?

      • valery 26 juillet à 20 h 34 min

        d’un livre de Scott Young.
        L’histoire de Bohr relatée ici est traduite mot pour mot de son texte.
        Pas de problème pour moi… tant que la source est mentionnée.

        • Cédric Vimeux 27 juillet à 14 h 48 min

          Bonjour Valéry,

          Lorsque je raconte une histoire, je le fais toujours avec mes propres mots.

          La structure est peut-être la même, mais c’est écrit avec MES mots. Mon style.

          Concernant les sources, j’essaie toujours de les citer. Mais ce n’est pas toujours facile de retrouver la source d’une histoire lorsque celle-ci se véhicule rapidement sur Internet.

          Souvent, seule l’histoire reste, et l’auteur tombe dans l’oubli…

          Merci d’éviter ce genre de commentaire sur mon blog, et d’ouvrir les yeux avant de poster.
          Cédric

  • valery 26 juillet à 20 h 36 min

    viens de voir le crédit en bas.
    me semblait qu’il n’existait pas avant.
    Mes excuses les plus plates…

  • Vincent@Agence web telorDesign 3 janvier à 23 h 37 min

    Très bon article! Il est tout à fait vrai que le système scolaire actuel donne généralement une seule façon de résoudre un problème et ne montre pas ou peu les autres possibilités.

Post comment

real money casinos new zealand