Oct
21

À la conquête du Web… 11 ans après (le reportage)

Author Cédric Vimeux    Category Webmarketing     Tags

En 2000, Envoyé Spécial sur France 2 avait suivi des jeunes qui désiraient se lancer à la conquête du web.

Onze ans plus tard, ont-ils fait fortune ? Sont-ils devenus des millionnaires du net ?

Je vous laisse découvrir la réponse :

http://www.dailymotion.com/video/xktm8a

Quelles conclusions tirez-vous de ce reportage ?

faire fortune sur internet

32 Comments to “À la conquête du Web… 11 ans après (le reportage)”

  • Geoffrey du Blog pour Perdre du ventre 21 octobre à 17 h 42 min

    Je me souvenais du premier reportage et voir ce qui s’est passé pour ces jeunes est vraiment très motivant :-)

    • laurent 21 octobre à 17 h 57 min

      Bonjour, jr n’arrive pas à lire cette vidéo .

      bien à vous .

      LAURENT UDRIEUX

  • Francis 21 octobre à 18 h 17 min

    Bonjour

    J’ai surtout regarder et ce plusieurs fois la première partie. Et ce que j’en retiens c’est que cette entrepreneur avait une vision de son destin. A méditer non ?

    On retrouve dans cette personne des éléments de la Loi de l’Attraction me semble-t-il ?

    Francis

  • Benjamin Challoy@Comment-Faire-Blog 21 octobre à 18 h 36 min

    Très intéressant je n’avais pas vu la première partie, je vais la chercher sur le net ;)

    Merci Cédric.

  • france@vouloiretreussir.com 21 octobre à 18 h 42 min

    bonjour Cedric et Merci!
    j’ai trouve ce reportage fantastique!
    Et chacun de ces jeunes ados devenus des trentenaires libres avec beaucoup de fric , ou moins de fric, sont heureux, dynamiques et surtout osent exister comme ils en ont envie!
    Encore merci!! vraiment tres chouette!

  • Hafid de bons plans internet 21 octobre à 19 h 01 min

    Super. Comme quoi le travail paye. Il faut perséverer et avoir des visions a long terme.

    merci pour la video

  • GiGO Webmarketing 21 octobre à 19 h 05 min

    C’est vraiment intéressant et très motivant surtout

  • Christian 21 octobre à 19 h 28 min

    Salut Cédric,

    Au risque de casser l’ambiance, je suis content pour eux, mais…(j’aime bien les « mais »).

    C’est évidemment plus agréable de voir des gens qui ont réussi plutôt que des gens qui ont raté.

    Mais pour moi, ça s’arrête là. C’est un reportage comme un autre.

    La semaine prochaine ils feront quoi, chez « Envoyé spécial »? « Ceux qui ont tout perdu en pariant sur le net ».

    Envoyé spécial?…Le poids des mots le choc des vidéos…un aristo qui fait bingo et un clodo dans le métro…même combat.

    Information, désinformation…

    Allez, soyons sérieux….des bonnes idées,on en a tous (non?), et donc, on va tous recevoir un million d’euros pour lancer notre projet? Mais si, pourquoi pas?

    Suffit de taper un ordi dans les chiottes et en dormant sur la moquette !

    Ouais, bof…un peu court le reportage.

    Un plagiat de Cendrillon.

    Mais sûr que tout le monde va dire, ouah, génial!

    Les mêmes qui criaient ici il n’y a pas si longtemps: « scandale, la télé nous abrutit, et surtout, nous manipule comme pas possible! Haro sur le petit écran! ».

    On parie?

    Je ne jette pas le bébé avec l’eau du bain….peut-être uniquement pour ne pas boucher la tuyauterie.

    Conclusion: en un mot, bravo pour eux, merci « envoyé spécial », mais je crois pas que ça va changer ma vie.

    Malaise.

    @+
    Christian.

    • Michel@Changer-Gagner 21 octobre à 22 h 04 min

      @Christian : les journalistes ont besoin de raconter des histoires…
      C’est leur façon de gagner leur croûte (avec aussi les exonérations d’impôts que tout un chacun n’a pas…).

    • Christian 22 octobre à 9 h 00 min

      Tu résumes bien Michel « raconter des histoires »…
      @+
      Christian.

      • Christian 22 octobre à 13 h 35 min

        Salut Armén,

        Ah, tu n’as pas pris le temps de regarder le reportage avant d’écrire ton commentaire. Ah bon…dommage.

        Enfin,c’est mon avis.

        Bon, bien sûr, positivons, positivons. Vive les gagnants! A mort les perdants.

        Mais regarde vite la vidéo alors, tu comprendras peut-être mieux ce que je voulais dire,…ou Cendrillon,
        ou Blanche Neige ou la Belle au Bois Dormant…même prix (sauf que là on sait que c’est un dessin animé).

        Et c’est avec ça qu’on va garder les pieds sur terre?

        Mais alors, tant qu’à faire, je préfère regarder un reportage sur Mère Térésa sur ARTE.

        Aussi un exemple de réussite à partir de rien.

        Aïe oui, mais là on plonge chez les pestiférés. Ici, on a les pieds sur terre mais ils sont un peu dans la merde.

        Vite, courage,fuyons, ce n’est pas là que je vais trouver ma force pour réussir.

        Alors, dois-je continuer d’être polémique au risque de foutre en l’air toute mon organisation bien huilée de recherche de backlink?

        Question existentielle!

        Bon, tant pis, j’appuie sur le détonateur.

        « Comment, autrement peut-on espérer de se mettre dans un état d’esprit de gagnant si on doit pleurer la misère du monde? »…..

        Ca, ça me fout des boules au ventre.

        Pour être positif et réussir, il faudrait se mettre des œillères et s’asseoir sur la misère des autres.

        « Eh toi, sale con de loozer, casse-toi de ma vue, je suis en train de positiver pour réussir ».

        Est-ce que la misère du monde ne donne pas envie de se battre pour la juguler? Par exemple.

        Nous devons bien sûr assimiler que nous ne sommes pas responsables de tout et que nous n’allons pas tout régler.

        Mais quand même. Il faut mesurer la chose.

        Je me vois bien réussir un jour et m’asseoir sur ta petite personne, au cas où tu aurais planté ton projet, pour continuer à positiver (c’est une image et je ne souhaite absolument pas ça) et en regardant un poster du patron de Suez.

        Et en gardant les bras en l’air pour être sûr que personne plus bas ne me tire la manche, ce qui risquerait de me faire tomber dans la fange des miséreux galeux dont je tente d’ignorer l’existence pour rester dans la spirale de la réussite.

        Et puis c’est évident, pour être un « positive winner », il vaut mieux regarder un jet volant au dessus d’un yacht amarré à un palmier au bord d’une piscine sous le ciel bleu, plutôt qu’un 2 pièces puant au 15ème étage d’un hlm en banlieue. C’est psychologique.

        Pour se mettre en condition c’est l’idéal…pour le reste, après, faut pas pousser.

        Sauf à continuer de regarder en boucle la vidéo. Mais si ça dure 10 ans,il y a peut-être un souci. « Un manque d’autres choses ».

        C’est un peu la méthode Coué. Ils ont réussi, je vais réussir…et tu répètes 20x toutes les 10m. « Je vais bien, tout va bien ».

        Tient, pour le coup je vais inventer une expression: réussir grâce au « positivisme par le surréalisme ».

        Mais, bon, pourquoi pas, c’est peut-être moi qui me trompe et qui tronque la donne.

        Je n’ai pas la « positive attitude »?

        Ou ce n’est peut-être pas ça que tu voulais dire.

        Ou alors, chacun son truc pour se mettre en condition.

        Rien de personnel,c’est une petite opinion comme ça, en passant.

        Et puis, excuse-moi d’avoir attiré ton attention, c’est vrai que je ne suis pas un exemple de réussite, tourne vite le regard, tu pourrais perdre ton positivisme et je pourrais culpabiliser si je tu te plantes. Snif.

        @+
        Christian.

        • Armén 22 octobre à 16 h 08 min

          Merci Christian

          Pour ta belle réponse constructive et Cédric d’avoir mis en partage ce reportage.
          Eh oui, je viens de le regarder Christian et je n’enlève pas un mot de mon précédent commentaire.
          Cependant, je vais apporter quelques précisions. Il est évident que mes propos étaient loin de dire « Eh toi, sale con de loozer, casse-toi de ma vue, je suis en train de positiver pour réussir», bien loin de là, d’autant plus que je connais les débuts de Cédric et que je n’oublie pas d’où je viens: une famille d’ouvriers sous le régime de l’URSS.
          Ce type de reportage s’adresse à une population de masse, une grosse audience, par conséquent et à mon avis, il vaut mieux montrer à cette audience des belles choses, peut être même inspirer de futurs millionnaires qui sont dans la galère actuellement, plutôt que de les laisser sombrer dans leur marasme quotidien qu’ils connaissent bien.
          Ce type de reportage est inspirant à deux degrés:
          -le 1er: on voit des belles réussites(ça fait rêver beaucoup)
          -le 2nd: à la fin du reportage le créateur de Meetic (je sais plus son nom), lance une bonne idée: créer une école d’internet. Voilà de l’inspiration et une manière qui permettrait de partager les possibilités de réussite qui existent dans le monde.
          Pour ce qui est des risques pour tes backlinks, je pense que tu ne devrais pas t’inquiéter(et je sais que tu le sais) Christian, car tu emplois « la bonne méthode » pour en avoir, la preuve : « je suis sur tes listes maintenant » .
          Et personnellement, j’ai créer un blog avec comme nom « Donner & Prospérer » et suis en gros chantier pour la construction d’une fondation avec le même nom. Par conséquent je suis plutôt du genre à partager les histoires de « Blanche Neige » et « Cendrillon » pourvu qu’à la finale, j’ai réussi à faire quelques heureux.

          A bientôt

          Armén

          • Christian 23 octobre à 11 h 46 min

            Salut Armen,

            Je me sens plus inspiré à te répondre qu’à le faire à d’autres qui me tannent sur le cuir et qui ne comprennent que très modérément ce que j’ai dit (ou c’est moi qui ne comprends pas ou m’exprime mal, ,.. et puis je ne sais pas pourquoi j’ai mis ça au pluriel).

            Mais après tout, le principe d’un blog c’est d’être un lieu où l’on échange des idées.

            Donc, je recommence, Salut Armen,

            En fait j’aime bien ta réponse ( j’ai déjà eu 3 désinscriptions cette nuit :-) ).

            Car je crois que nos deux points de vue montrent à mon avis à quel point nous marchons sur un fil.

            Et montre aussi à quel point le copywriting est un élément essentiel dans la communication écrite (oui, forcément, je sais).

            Car enfin, une émission de 45 min et tant de choses à en dire qui mériteraient presque une thèse en sociologie (et pas en marketing, le patron de Meetic ne m’a pas inspiré plus que ça. Créer une école d’internet, bof, il y a déjà tant de bonnes formations :-)…).

            Nous avons eu chacun une approche bien différente de ce que nous avons vu et entendu.

            Du coup, je suis submergé par 1000 choses à dire. Surtout quand cela rebondit.

            Alors, si ce qui se conçoit bien s’énonce clairement encore faut-il avoir la place et le temps pour le faire. Et là, ça coince un peu.

            Je dirais simplement ceci. Gagnant? Le copywriting dans la communication.

            Au delà du document ce sont pour finir les réactions de ceux qui l’ont vu qui méritent d’être placés sous la loupe.

            Un dernier truc, je ne peux pas m’en empêcher.

            Je veux bien me laisser manipuler par mes propres rêves (manquerait plus que ça) mais devant ceux que l’on fabrique dans la seule intention de faire monter l’audimat, j’ai un doute

            Rêver, c’est beau. Ca doit le rester.

            @+
            Christian.

            PS.: Et bravo pour « donner et prospérer », sans aucune tentative de récupération :-).

        • laurent 22 octobre à 19 h 45 min

          bonsoir . forcément qu’avec ce type de pensée limitantes vous ne pouvez pas réussir . vous savez j’ai fais 20 ans de bénévolat et ça n’a rien changé à notre société .
          j’ai enfin compris que seule l’économie peut changer notre société . et-puis que diable soyez souriant et positif Je vous sens blasé . que ce soit l’écologie, la pauvreté seules des initiatives personnelles peuvent changer la donne et si vous voulez et c’est quand m^me plus facile de changer le monde avec plein d’argent que rien du tout ( sourire) .

          respectueusement .

          LAURENT DURIEUX

      • Christian 22 octobre à 13 h 40 min

        Me..e, je me plante toujours quand je clique sur « répondre ». Je choisis presque jamais le bon….bon,réponse décalée…

    • Armén 22 octobre à 11 h 47 min

      Christian,

      Je n’ai pas pris le temps de regarder ce reportage(je le ferais tout à l’heure), cependant, j’ai une petite remarque à faire à ton commentaire. Il me semble qu’il vaut mieux faire un reportage qui dégage des ondes positives, plutôt que d’en faire un qui montre la tristesse du monde.
      Personnellement, je fuis les reportages qui parlent de misère, et lorsque je regarde la TV(plutôt rare) je préfère très largement ceux qui vont me montrer des riches que des pauvres.
      des entrepreneurs qui ont réussi à ceux qui se sont plantés.Comment, autrement peut-on espérer de se mettre dans un état d’esprit de gagnant si on doit pleurer la misère du monde?
      Ceci dit, il faut bien raconter des histoires à la télé ou sur un blog?

      A bientot

      Armén

    • laurent 22 octobre à 19 h 35 min

      BONSOIR christian et michel , sortez de votre zone de confort . Toujours l’éternelle rengaine .. les riches sont tous des pourris . il vaut mieux voir des paumé à la télé .. mais essayez de méditer ça : blâmer ces jeunes gens c’est surtout vous donner un alibi pour rester dans votre zone de confort . au fait encore un mot si vous rester dans l’optique et ce mode de pensée vous ne saurez jamais dans l’abondance . croyez-moi l’argent c’est bien car ça permet de changer la vie des gens et de changer la vie comme dirais un chanteur céèbre .

      respectueusement .

      LAURENT DURIEUX

  • Christian 21 octobre à 19 h 30 min

    Ben voilà, le temps que je fasse le commentaire et zou, qu’est-ce que j’avais dit…:-)

  • hannah@techniqueTipi 22 octobre à 13 h 35 min

    C’est quand même enthousiasmant de voir une réussite.
    Je ne suis pas certaine d’avoir comme objectif d’avoir
    une maison en verre de 3500 m2.
    Finalement si il est heureux, c’est une véritable réussite.
    Mais peut-on vraiment être heureux sans affect?

    • laurent 22 octobre à 19 h 28 min

      bonsoir c’est quoi ce commentaire ?
      on a ausi vu dans ce reportage un de ces jeunes entrepreneur qui avec son argent oeuvrait dans le domaine caritatif et un autre comme business angel comme quoi oui on peut rouler en porsche et avoir une maison de 3500 m2 . il est vraiment que d ‘après vous l’argent enlève l’affect : quelle connerie ! voyez des hommes comme warren buffet goerges sorros ou bill gates qui ont donné au moins 20¨% de leur fortunes .
      en fait bill gate c’est 90% et warren buffet 50% . êtes-vous prête à donner ne serais -ce que 20 euro à un sdf ?

      A bon entendeur salut . au fait dans une proportion un peu moindre savez-vous que le bloging ou le e commerce leur principal atout est de permettre de créer un revenu résiduel . cédric connait surement olivier roand par exemple qui en parleraient mieux que moi

      c ordialemnt .

      LAURENT DURIEUX

  • lionel@ web agency 22 octobre à 14 h 07 min

    Bonjour,

    C’est toujours positif de voir des entrepreneurs réussir dans différents secteurs d’activités. Cela peut donner des idées, créer des vocations, procurer de la motivation etc mais comme je suis un éternel pragmatique, j’ai conscience qu’il y a beaucoup de monde aux portillons pour très peu d’élus.

  • Olivier Roland 22 octobre à 20 h 02 min

    Merci Cédric, très très intéressant documentaire, même si sans doute peu représentatif.

    Ce que je retiens :

    – Tous ceux que l’ont montre comme ayant échoués dans le reportage ont abandonné à un moment ou un autre, souvent après leur premier échec. Ceux qui ont réussi au contraire ont rebondi soit sur leur premier succès (Aukland) soit sur leur premier demi-échec.
    Le cas des « mamies du web » est frappant : si elles s’étaient accrochées elles auraient pu créer Groupon avant Groupon. Elles avaient la bonne idée, mais un peu trop tôt.

    – Ceux qui ont réussi sont très influencés par la culture anglo-saxonne et ont choisi de quitter la France. Marc Simoncini lui est resté en France à priori. Il faudrait faire une étude mais je suis prêt à parier que la plupart des entrepreneurs qui ont réussi avec des startups en France sont :

    – Libertariens
    – Très influencés par la culture anglo-saxonne de l’entrepreneuriat
    – Affligés par le climat peu favorable aux entrepreneurs qui sévit en France
    – Déjà partis à l’étranger ou ont songé sérieusement à le faire

    • Fred du blog "Ecrire... et s'enrichir !" 22 octobre à 20 h 45 min

      Bonjour Olivier,
      Peux-tu m’expliquer quels seraient les intérêts pour des web-entrepreneurs de partir à l’étranger ?
      Merci pour tes précisions.
      A bientôt, Fred

      • Blog qui rapporte 22 octobre à 20 h 52 min

        Va voir en Amérique comment ça se déroule, renseigne toi sur l’avance qu’ils ont par la bas… Dans tous les domaines, dont le blogging.

        En revanche je te rejoins Olivier sur le faît que certains ont certainement abandonné au premier échec, et je pense que tu es bien placé pour savoir qu’il faut être patient pour commencer à gagner quelque chose

        • FlorianL@Business Experience 23 octobre à 4 h 04 min

          Intéressant ce reportage.

          Même s’il est loin d’être représentatif…
          D’accord avec Olivier même s’il faudrait avoir des stats plus précise…

          D’ailleurs, le créateur de meetic le dis lui même à la fin: attaquer le marché américain depuis la France.

  • Blog qui rapporte 22 octobre à 20 h 47 min

    Quand je suis passé sur TF1, les journalistes nous ont demandé certaines choses, qu’ils ont un peu amplifié ! Donc pour moi je ne prend pas en compte ce genre de reportage modelé de toutes pièces….

  • Michel 22 octobre à 20 h 49 min

    Mes amis, regardez le reportage jusqu’à la fin avant de poster vos commentaires.

    Parmi les intervenants ils y en a bcp qui n’ont pas réussi à faire fortune.

    N’oubliez pas non plus que ce piège à con que fut la bulle internet a « ruiné » de nombreux petits épargnants.

    • Christian 23 octobre à 12 h 03 min

      Salut Michel,

      C’est vraie que nos mamies sont passés à côté de la montre en or.

      Mais pour reprendre les termes d’une d’entre elles, l’aventure internet c’était bien mais maintenant à 60 ans il faut lever le pied et faire des choses qu’on aime…et zou, un 18 trous.

      C’est sûr que par rapport à leur rêve d’être côtées en bourse, ça a foiré, alors que l’idée était géniale…mais ce que je veux dire , c’est qu’elles ne font pas partie d’une catégorie de gens qui ont risqué et puis tout perdu.

      Et pour les mamies comme pour (flûte j’ai oublié leurs noms) arrêter, c’était un choix de vie. Donc, hors course.

      @+
      Christian.

  • Mo de meseconomie 23 octobre à 1 h 02 min

    bonjour Cédric,

    bravo pour ceux qui ont réussi!

    maintenant à relire l’histoire, il y a toujours eu des pionniers dans l’histoire du business…

    il y a toujours des gens qui sortent du lot pour conquérir des sommets…mais de l’autre coté du miroir d’autres ont fini SDF;

    Comme tous les marketeurs, n’ont pas de mot que pour bien raconter des histoires pour convaincre le futur client , et bien ces journalistes ont su vendre leur reportage.

    cordialement

  • rjonathan 23 octobre à 21 h 31 min

    ça fait rêver ces réussite, mais il ne faut pas oublier le nombre d’échecs très important pour quelques réussites !

  • france@vouloiretetreussir 23 octobre à 23 h 00 min

    bonjour
    j’ai lu avec interet tous les commentaires a propos de cette video

    J’ai trouve ces commentaires inquietants quant au succes de jeunes entrepreneurs sur le web

    Mais alors a quoi servent toutes ces formations?

    il serait interessant que les formateurs bien connus fassent connaitre leurs statistiques , a savoir nombre d’eleve recus et o/o d’eleves ayant un succes par tranches de gains mensuels ou annuels.dans les differents domaines du web: e comercess, affiliation en precisant par tranche de produits : numeriques et physiques, etc….

    par ailleurs et en fonction de ces resultats , je donnerais volontiers mon accord pour une ecole, ou institut avec des informaticiens formes en pedagogie et, bien evidemment, gratuit ou avec prix tres accessibles.

    je suis parfois etonnee que beaucoup d’auteurs de formations annoncent que la leur donnera la cle du succes et ensuite relancent de nouvelles formations avec :une nouvelle cle du succes ??? a se demander pourquoi ces auteurs avaient laisse de cote des infos pertinentes lors de l’annonce de leur premiere formation.?

    Pour revenir a la video, il est important de constater que la reussite semble lie aux milieux frequente et une fois de plus cela met en exergue ce que dit john Walker : faire partie du Cenacle est essentiel pour reussir!!!
    france

  • olivier@novia santé 28 octobre à 19 h 30 min

    Avec internet, une idée précise peut créer des richesses incroyables du fait de la potentialité de personnes à toucher

Post comment

real money casinos new zealand