Juil
22

Ce que Justin Bieber va vous apprendre sur le Marketing… et croyez-moi, il a de quoi vous enseigner !

Author Cédric Vimeux    Category Webmarketing     Tags


Article Invité rédigé par Nicolas Pène du blog éponyme NicolasPene.fr dans le cadre de l’événement Tournante Webmarketing.

Dans cet article, vous allez découvrir quels sont les secrets du marketing à succès de votre idole Justin Bieber et surtout… comment vous pourriez les appliquer à votre business (et cartonner).

Enfin, pour ceux d’entre vous qui liront cet article jusqu’au bout, je vous réserve un cadeau unique, qui n’a jamais encore été offert sur Virtuose Marketing.

Pour savoir quel est ce cadeau, lisez bien cet article jusqu’au bout. ;-)

nicolas pene, marketing, justin bieber

Qui sont vos Beliebers ?

On vous parle souvent de créer des sites de niches, trouver la bonne niche… Seulement voilà : vous n’êtes pas un chien et vos clients non plus !

Je vais même vous apprendre quelque chose d’important : vous pouvez vous attaquer à des thématiques hyper-concurrentielles (comme les sites de rencontres par exemple) et pourtant, réussir à percer.

Ce que vous devez comprendre, c’est que l’important est ailleurs : Ce n’est pas la niche qui compte, ce qui compte vraiment c’est le prospect que vous ciblez !

Pour reprendre l’exemple des sites de rencontre, si vous prenez comme cible les célibataires entre 20 et 40 ans, alors là oui, il est clair que vous ne ferez jamais le poids face aux mastodontes Meetic, Adopte Un Mec and co…

Par contre, si vous ciblez des célibataires de 20-30 ans issus d’un milieu rural, alors là, la donne sera complètement différente. Ici même thématique, mais cible différente !

Et ça, Justin Bieber l’a bien compris (il est futé ce gosse) !

En effet, si vous n’avez jusqu’à présent pas compris pourquoi ce gamin affublé d’une coupe au bol a réussi à atteindre un tel succès, c’est qu’il vous manquait probablement l’information suivante :

Le coup de maître de Justin Bieber c’est d’avoir tout simplement réussi à capter une cible qui était délaissée depuis quelques temps par les maisons de disques : la jeune ado branchée.

En effet, depuis le phénomène Boys Band, il n’y avait plus rien qui ciblait la jeune ado de 12 à 16 ans. Certes, il restait la musique house, les Black Eyed Peas, David Guetta… or, le simple fait que vous ou moi pouvions écouter ce type de musique (nous reviendrons plus tard sur ce point) indique clairement que ce genre de musique ne ciblait pas la jeune ado.

Certes, elle kiffait cette musique, mais ne pouvait pas s’y identifier.

Voilà pourquoi le phénomène Beliebers (terme très technique décrivant les fans de Justin Bieber) a pris autant d’importance : le marché était vierge et la cible importante.

Que faut-il en déduire pour votre marketing ?

Déjà un premier point important : savez-vous qui sont vos Beliebers ?

C’est LA question. Pourtant, peu sont vraiment capables d’y répondre.

Prenons un exemple : si votre site parle de jardinage et que vous me dites : « ma cible est définie par les gens qui jardinent », alors vous avez tout faux ! De même, pour prendre un autre exemple, si vous êtes dans le marketing et pensez cibler les marketeurs.

Je vous rassure, j’ai fait moi-même pendant longtemps cette erreur, pensant que mon public était tout simplement les personnes intéressées par le développement personnel.

Étrangement, je me suis rendu compte que mon client type était une femme (plus de 70% de mes ventes) alors que sur mes inscriptions à la newsletter j’avais proportionnellement plus d’hommes que de femmes (54% contre 46). Ce n’est ici qu’une des caractéristiques de mon belieber type et il en existe d’autres.

Qui est votre belieber à vous ? Est-ce un homme, une femme ? Quel âge a-t-il ? Dans quel milieu social évolue-t-il ? Ciblez-vous des professionnels ou des particuliers ?

Plus important encore : quels sont les besoins de votre belieber ?

Lorsque vous aurez identifié votre Belieber type, vous serez a même de porter le bon message, celui qui l’impactera DIRECTEMENT !

Attention, c’est important : oubliez tous ceux qui ne sont pas dans votre cible. Certes oui, vous ferez des ventes grâce à eux, mais comparativement elles seront marginales. Plus encore, en voulant viser plus large, votre cible pourrait ne plus se reconnaitre dans votre message et ainsi partir ailleurs.

N’oubliez pas : comprenez qui sont vos Beliebers, quels sont leurs besoins et… adressez-vous à eux en PRIORITÉ ?

Rien que ce simple conseil bien appliqué pourrait changer RADICALEMENT votre marketing et… plus encore… améliorer vos ventes.

Bonus : La phénomène Post Black Album

Initialement, j’ai eu l’idée d’écrire cet article en repensant à une évolution qui aujourd’hui est en train de se produire sur la stratégie Justin Bieber.

En effet, vous ne vous en rendez peut-être pas compte, mais les choses sont en train de changer… et ce qui suit va vous bouleverser mes amis beliebers !

Oui, ça va être très dur pour vous d’entendre cela, vous jeunes Beliebers du marketing, mais Justin est en train de changer de cible ! Fini les jeunes ados en pleurs, Justin Bieber à désormais des ambitions bien plus grandes.

Pour le comprendre, il nous faut également parler de Will.i.am et de Metallica… Logique me direz-vous… non ?

Pour ce faire, un petit retour dans les années 90′ à bord de ma Delorean s’impose :

Avec la sortie du génialissime Black Album et surtout l’énorme succès qui l’a accompagné, Metallica est ainsi passé du statut de groupe de métal à celui de Rock stars. La différence à noter entre ces deux termes se résume en un mot simple : notoriété.

Dès lors, après cet évènement, Metallica ne touchait plus seulement les fans de metal, mais une masse bien plus grande. Le problème ?

La masse n’apprécie pas le même style musical que le metaleux standard (le belieber initial de Metallica). Dans un tel cas, il n’y a donc que 2 options possibles : rester fidèle à la cible initiale (et vendre beaucoup moins) ou séduire cette nouvelle cible fraichement acquise et passer au niveau supérieur.

Voilà pourquoi les albums Load et Reload sont (à mon humble avis) si différents et surtout si décriés par les fans de la première heure. Autre preuve, la publicité. Je me rappelle encore à l’époque des radios telles NRJ and coe annoncer la sortie de Load ou bien MTV diffuser en boucle l’excellentissime Unforgiven II.

Nous voici donc ici bien loin du public initialement ciblé.

Ce cap est nécessaire pour un business ayant dépassé la masse critique du départ et souhaitant passer à la vitesse supérieur : il doit modifier sa cible quitte à décevoir les fans de la première heure (les early adopters). Pour vous donner un autre exemple, parlez du Twitter d’aujourd’hui à des geeks de la première heure, ils vous diront à quel point le réseau social a changé et est devenu un repère de kikoulol et de… Beliebers…

Tiens justement, revenons à notre ami Justin. Le virage stratégique dont je vous parlais initialement est justement en train de se produire. Pour exemple, son association avec Will.i.am sur l’un de ses derniers titres (un immonde et fade plagia de Daft Punk) en est l’un des premiers signes. Fini la jeune ado, Justin s’attaque maintenant à la masse et vise un public bien plus large quitte à perdre des beliebers au passage.

Vous ne me croyez pas ? Attendez un an ou deux et l’on en reparle. ;-)

D’ici là, concluons sur un sujet bien plus important : votre business. Alors, suite à cet article, connaissez-vous vraiment vos biliebers ?
Je serais heureux d’avoir vos retours et échanger ensemble sur vos beliebers types.

Cet article vous a été rédigé par Nicolas Pène, beliebers, auteur, formateur et coach en développement personnel. Si cet article vous a plu et que vous souhaitez allez plus loin, je vous invite à visiter son blog : NicolasPene.fr ;-)

P.S. : pour vous remercier d’avoir lu cet article jusqu’au bout, voici votre cadeau : Une technique ultime, utilisée par Justin Bieber pour devenir vraiment cool (comme moi).

Comment ? En adoptant la célèbre coupe de Justin : Le Bieber Bowl ! Je vous laisse découvrir la technique ci-dessous :

Image de prévisualisation YouTube

Des commentaires ?

40 Comments to “Ce que Justin Bieber va vous apprendre sur le Marketing… et croyez-moi, il a de quoi vous enseigner !”

  • Biba de Networking et Reseaux Sociaux 22 juillet 2013 à 16 h 51 min

    Excellent article. Trop de gens se lancent sans connaitre leur cible et se trouvent surprise que cela ne fonctionne pas.

    Le comparatif avec le petit Justin, est tres clair , cela devrait aider de nombreuses persnnes a reprendre les basics du marketing.

    Biba

    • Nico 22 juillet 2013 à 18 h 22 min

      Merci Biba, c’est vraiment ce que je souhaite, car beaucoup oublient ce point important (et ce fut mon cas au début).

      • Xavier@ club du succès Internet 22 juillet 2013 à 21 h 49 min

        Salut Nico,

        Merci pour cet excellent article.

        En fait, tu as tout à fait raison.
        Personnellement, j’ai longtemps commis cet erreur.
        Mais par coup de chance (j’en ai toujours), j’ai visionné la vidéo d’un Marketeur Français qui gagne déjà sa vie sur Internet. Dans cette vidéo, il expliquait que « plus la cible sera petite et ciblée, plus on fera de ventes.

        Au départ, je ne comprenais pas très bien ce principe. Je ne comprenais pas pourquoi il disait qu’il est plus facile de vendre à peu de gens qu’à un public plus large.

        En fait, ce que je n’avais pas bien saisi dans son raisonnement, c’est que pour réussir, il fallait s’adresser à un publique spécifique et offrir un produit spécifique ».

        Depuis que j’applique ce principe avec mon blog de niche, je m’en sort mieux. Beaucoup mieux qu’avec mon blog principal.

        Amicalement,
        Xavier

        • Nico 23 juillet 2013 à 10 h 58 min

          Merci Xavier pour ce témoignage qui est un bel exemple de l’importance de trouver sa cible :-)

  • Greg@LifeStylers 22 juillet 2013 à 16 h 55 min

    De l’art de nominaliser des concepts…Well done !
    En espérant que celui-là ne te suive pas trop Nico quand même :-D

    Plus sérieusement, superbe article. Cette Tournante Webmarketing promet !
    (Il faut juste ne pas regarder les clips, hehe)

    • Nico 22 juillet 2013 à 18 h 23 min

      Mais j’assume d’être un vrai belieber ;-)
      … non, je rigole.

  • Patrx de BloguerUtile 22 juillet 2013 à 17 h 26 min

    Bonjour Nicolas,

    Tu décris bien l’importance du choix de la cible et de sa gestion.
    Et dire que c’est un choix capital pour le développement de tout business.

    Merci de nous le rappeler.

    Très beau rapprochement avec l’histoire de Bieber Justin.

  • Nicolas Sterlest 22 juillet 2013 à 17 h 40 min

    Salut Nicolas

    Article très réussi. Rien de tel qu’un exemple concret pour appuyer ce que nous avons à dire.

    Je penses que tu viens de mettre le doigt sur un problème récurrent qui touche une très grande majorité de marketeur. Ne pas connaître ses clients.

    Je ne sais pas pourquoi, mais ton article me fait penser au référencement. Quand tu parles d’aller plus loin dans le ciblage de ta niche, ça me fait penser aux mots-clé de la longue traine.

    Je m’explique :

    – niche = crème solaire ; ciblage = crème solaire pour enfants
    – mot-clé = crème solaire pour enfants ; mot-clé de la longue traine = crème solaire pour enfants à peau sensible

    Bon je sais que j’aurais pu trouver mieux comme exemple mais vous aurez compris ;)

    Nicolas

    • Nico 23 juillet 2013 à 11 h 03 min

      Hello Nicolas,

      Au contraire, je trouve ton exemple très bien choisi, car c’est l’application concrète à un cas bien spécifique du ciblage. :-)

  • Gigowebmarketing 22 juillet 2013 à 17 h 50 min

    Bonjour Nicolas !

    Article trop trop long mais dans le même temps très très intérèssant. J’ai eu du plaisir à le dévorer.

    Bon apres midi à toutes et à tous.

    Giresse

  • Arnaud 22 juillet 2013 à 18 h 23 min

    Bonjour tout le monde
    Bon Article comme d’hab !

    Rétrécir sa cible pour être davantage un gros poisson dans un petit étang qu’un gardon insignifiant dans l’océan est sans doute une bonne idée.

    Mais en termes de business et de chiffres d’affaires il est effectivement difficile de devoir se passer de prospects potentiels.
    Je pense qu’il est encore plus important de travailler sur le caractère différenciant des services ou produits que l’on commercialise.

    L’album qui s’est vendu le plus dans le monde est comme chacun sait Thriller de notre regretté Michael. Il était acheté et écouté par plus de 100 millions de fans de 7 à 77 ans.
    Cet album a cartonné par le talent différenciant de Jackson, son histoire, son pas de dance mythique, son groove improbable et la qualité de ses musiquos !
    Une alchimie visant le plus grand nombre, mais différente de tout ce qu’on avait écouté et vu auparavant
    Pour un site de rencontre je pense qu’il serait plus rentable de créer un concept novateur que d’adresser une cible précise.
    Facebook l’a bien compris, puisque jour après jour il capte un public de plus en plus large.

    J’ai tenté d’aller vers des solutions plus ciblées, plus métier avec mon logiciel de gestion.
    Mais vous tombez inexorablement sur des concurrents implantés et ayant déjà dépensé une énergie sur ces cibles.
    En trouver de nouvelles n’est pas choses simple.
    Alors qu’en ayant un trait différenciant, vous faites justement LA différence avec tout le monde, et pour tout le monde.
    C’est définitivement ma stratégie avec sollo, qui se différencie assez grandement des autres logiciels de gestion sur des caractères conceptuels, ergonomiques, philanthropique…
    Je le vends donc aux traiteurs comme aux banquiers, aux grands comptes comme aux auto-entrepreneurs, et de ce fait navigue dans un océan de 4 500 000 prospects potentiels (hors associations).
    OUI, sollo gère parfaitement un cabinet d’avocat par exemple.
    Mais ils ne sont que 30 000 en France, certains déjà bien équipés, et il y a peut-être déjà 20 solutions dédiées à ce marché.
    OUI, les aspects différenciant de sollo peuvent faire la différence, mais ne travailler que cette cible est proportionnellement plus cher, et bout du bout moins rentable que de taper tout azimut !

    Mais comme dirait l’autre… vous n’êtes pas obligé de me croire :-)

    Captain sollo

    • Nico 23 juillet 2013 à 11 h 11 min

      Merci Arnaud pour ce retour intéressant.

      Par contre, un petit correctif sur Facebook qui justement a utilisé la méthode de ciblage avant de passer à l’effet post black-album.

      En effet, ce que l’on sait peu, c’est qu’au début Facebook ne ciblait que certaines facs américaines (et il fallait faire partie de ces facs pour pouvoir s’inscrire). Ensuite il s’est étendu à toutes les facs, puis… tous le monde.

      Il y eu donc bien plusieurs étapes et, je suis sûr que Facebook n’avait pas cimenté la phase « ciblage de facs » il n’aurait pas eu un tel succès.

  • Séduction par CCA 22 juillet 2013 à 18 h 52 min

    Salut Nicolas,

    Excellent article ! Il faut d’ailleurs que je réfléchisse un peu plus en profondeur à ma clientèle cible.

    Et la vidéo de la fin … Quelle trouvaille ! Elle est tout simplement EXCELLENTE !

    Au plaisir de te lire,
    Hugo.

    • Nico 23 juillet 2013 à 11 h 19 min

      Oui, la vidéo est tirée du show TV Mad (que j’adore) :D

  • Marie-Noel@ecrire-un-ebook 22 juillet 2013 à 19 h 01 min

    Alors, le prochain article , tu nous explique comment faire? On envoie un sondage en demandant KiTesToi? Avec un petit cadeau pour qu’il ou elle réponde?
    Quelle est la stratégie la plus efficace?

    Mon fils de 21 ans adore Justin Bieber et il a moyennement apprécié la définition de la cible : la jeune ado branchée!!! mdr

    Bonne soirée à tous!

    Marie-Noël

    • Nico 23 juillet 2013 à 11 h 30 min

      Ce n’est pas parce que Justin cible un public en particulier qu’il ne sera pas apprécié par d’autres.

      De plus, comme je l’ai expliqué dans l’article sa stratégie est aujourd’hui de toucher un public plus large que les ados. Il semble donc qu’il y arrive bien.

      Enfin, un cas particulier n’a jamais fait une généralité.

  • Tom 22 juillet 2013 à 21 h 31 min

    He He Nicolas,
    Les grands esprits se rencontrent. Décidément Justin sera bien mis en valeur lors de cette tournante ;-), au moins 2 fois …
    Bien à toi
    Tom

    • Nico 23 juillet 2013 à 11 h 38 min

      Hello Tom,

      Les grands esprits se rencontrent ;-)

      D’ailleurs, j’invite tous ceux qui le veulent à découvrir ton article vidéo sur ce bon vieux Justin, car il vient tout juste d’être publié sur mon blog ce matin.

  • Maurel Archange 23 juillet 2013 à 0 h 49 min

    Très bon article Nicolas

    Tu as totalement raison, il faut cibler son marché. Le problème selon moi est qu’il n’y a pas une méthode vraiment spécifique pour cibler son marché. C’est à la discrétion de chacun et le problème suivant est de savoir comment toucher ce marché là en question.

    Le premier qui va écrire un livre ou un article sur la méthode vraiment efficace pour trouver son marché cible sera riche (s’il ne l’est pas déjà). Parce que cet article est un peu comme une révision pour moi (no offense), et je pense que beaucoup de gens ne savent même pas qu’il faut cibler son marché.

    Mais la plupart des gens qui le savent le font mal. Peut être que moi aussi je le fait mal. Mais il n’y a vraiment personne pour éclairer le chemin. Je pense que la bonne question devrait être « comment trouver son marché cible et l’atteindre »

    Maurel Achange

    • Nico 23 juillet 2013 à 11 h 48 min

      Oui Maurel, je comprends tout à fait ce que tu veux dire.

      Il est clair qu’apprendre à trouver sa cible est un VASTE sujet qui mériterait plus d’un article. Mon objectif ici était surtout de faire émerger cette prise de conscience que beaucoup n’ont pas, le point de départ à toutes choses.

      Enfin, pour trouver sa cible, je pense qu’il est nécessaire d’avoir de l’expérience concrète du terrain. Pour ma part, il m’aura fallu plus d’un an pour comprendre quelle était ma cible et c’est vraiment l’expérience qui m’a permis de la découvrir, clairement.

      • Valérie 5 décembre 2013 à 19 h 07 min

        Hello Nico.

        Un article que j’ai dégusté grâce à cet humour de bon goût. J’aime qu’on me fasse sourire.

        Pendant la lecture de ton article, je me demandais justement, comment un blogueur débutant qui n’a pas définit de cible précise et qui possède un blog avec un nombre d’articles considérable, pouvait savoir à quel public cible s’adresser?

        Comme tu le mentionnes, c’est avec l’expérience que tu as découvert cette cible.
        Donc comment un blogueur débutant, peut identifier qui visite son blog (Google Analytics n’est pas assez précis sur le court terme), si ce dernier ne comporte pas beaucoup de commentaires, ni de liens de tissés, entre ses visiteurs et lui-même?

        Je me suis posée cette question car j’aurais plutôt tendance à suggérer au blogueur débutant, d’appliquer un effet d’entonnoir sur son public (dont il ne connait pas le profil majoritaire).
        À mon sens, seul le temps contribuera au final, à ce que la cible plus vaste soit versée et dirigée vers le goulot…sans l’étrangler au passage bien sûr!
        Ainsi, on obtient une cible davantage homogène.

        Qu’en penses-tu Nico?

        Encore une fois, merci pour cette saveur dans ton article!

        Valérie

        • Nico 10 décembre 2013 à 16 h 15 min

          Bonjour Valérie,

          Pour répondre à cette question, je dirais qu’un bon outil reste le sondage. Sonder les actuels visiteurs et abonnés sur ce qu’ils veulent.

          Cependant, ce n’est pas souvent suffisant ou parfois les résultats ne sont pas forcement en corrélation avec les compétences du blogueur.

          Je recommande donc de rechercher ses points de forces, ses domaines d’expertise puis, regarder au travers de ce qui se fait autour de soi, quels sont les véritables clients recherchant une telle expertise.

          Là on est donc sur une véritable étude de marché, voire de la concurrence. À noter que la concurrence n’est pas forcément sur le web ;-)

  • O'gus 23 juillet 2013 à 1 h 02 min

    Bierber je regarde en passant mais Wil.I.am , il est excellent et je trouve que son duo avec Bieber (que je suis en train d’écouter ^^) est une pure merveille. Donc pas touche à mon POWER :-)

    Sinon j’ai moi même été un fan de Britney Spears à l’époque de Baby hit me one more time. Carrément à ses débuts. Bon après il y a eu une Britney trash que j’entends de temps en temps dans la rue mais que je n’écoute ni ne regarde franchement plus.

    Et je me suis dit qu’au départ, il y a la passion et les passionés, mais qu’à un certain cap de notoriété, c’est l’argent et le commercial au détriment des passionnés et de la passion.

    Chapeau pour l’article.

    • Des Trucs Pour Changer De Vie 24 juillet 2013 à 7 h 47 min

      Fan de Britney Spears ?
      Était-ce vraiment pour ce qu’elle chantait ou pour son physique ? ;)

      Déjà à l’époque elle était très… provocante. Elle a c’est vrai un peu (beaucoup) fondu les plombs ensuite. Pas facile d’assumer la notoriété si jeune.

      Pour Justin Bieber, j’avoue que je ne connais que de nom. Je ne me suis jamais intéressé à ce qu’il chante. Les échos que j’ai, c’est à travers les retours de mes filles et ces retours ne sont pas terribles. Affaire de goût.

      Sam

  • Jérémy 23 juillet 2013 à 1 h 25 min

    Reload est un super album, vraiment sous-estimé ! ‘Fuel’, ‘The Memory Remains’, ‘Unforgiven II’ et les autres : des tueries !

    Très bon article qui reprend les bases du positionnement et du ciblage. Indispensable !

    A+

  • bertrand@marketing de réseau 23 juillet 2013 à 4 h 30 min

    Sympa l’article. Avoir une cible, bien definie avec des criteres précis reste un probleme majeur pour tous. Ciblez tout le monde et vous n’aurez personne!!!
    Centrez votre message sur votre Belieber et vous aurez non seulement des ventes sur ces personnes mais egalement sur d’autres personnes qui n’etaient pas ciblees en premieres instance.
    Amusant le petit flashback Metallica sur NRJ, ca ramene des souvenirs expliques en version marketing LOL…
    Et merci pour le ptit cadeau video, j ‘y pensais deja chaque fois que je vais chez le coiffeur…

    Bertrand

  • Nico 23 juillet 2013 à 11 h 56 min

    Ça noté O’gus, je ne dirais plus de mal de leur duo, surtout si c’est pour toi un power track. ;-)

    • O'gus 31 juillet 2013 à 15 h 39 min

      ça me booste grave ce duo :)

  • MrXPookie@piscine-hors-sol.pro 23 juillet 2013 à 12 h 32 min

    Bon dieu, je ne m’attendais jamais à lire un article de marketing capable de faire une analogie entre Justin Bieber, Metallica. C’est sur qu’il faille cibler son marche, mais je me vois mal me lancer dans une niche qui ne me plait pas, juste parce qu’il y a un marché dedans. Il y a des gens qui sont déjà fait pour cela !

  • cahier de charge 23 juillet 2013 à 14 h 51 min

    Il faut un peu d’intelligence pour sélectionner la bonne cible. Merci pour les conseils et surtout pour le cadeau. J’adore les cadeaux même ce n’est pas une fleur ;)

  • Benjamin Challoy 23 juillet 2013 à 15 h 00 min

    Article vraiment intéressant, j’avais déjà lu des commentaires sur le succès de cet Ado à l’époque, mais là vu par le blogging, je trouve le sujet encore plus intéressant !

    Merci bien pour l’explication, ta vision des choses sur le sujet est intéressante ;)

    Et super la petite vidéo à la fin ^^

    Bonne continuation, je ne manquerai pas de faire un tour sur ton blog maintenant :)

    A bientôt,
    Benjamin ;)

  • Echelle Alsace 23 juillet 2013 à 15 h 50 min

    Très belle analyse, ce changement de cible est encore plus visible dans le rap : quand les rappeurs débutent leurs carrières, ils sont dans la violence exacerbée avec des textes très crus puis au fil des années adoucissent leurs propos pour toucher une cible bien plus importante.

    • Nico 23 juillet 2013 à 17 h 26 min

      Très bien vu. D’ailleurs il suffit de voir La Fouine en jury de Pop Star pour s’en rendre compte.

  • chems@polyval 23 juillet 2013 à 20 h 06 min

    en effet il y’a souvent une confusion entre « la niche » et « la cible » qui un sous ensemble de la niche globale…!

  • Marine Echelle 24 juillet 2013 à 1 h 11 min

    Bonjour, Article très intéressant, c’est fou de voir les foules que peut déplacer ce petit homme. La question reste encore de savoir si il va réussir sa transition… Les gens ont tendance à cataloguer les gens par genre. Et quand au génie je pense que c’est surtout Usher sur le coup qui a du bien flairer le filon ;)

  • karim@travail a domicile 26 juillet 2013 à 2 h 08 min

    Salut Nicolas, très bon article qui met en vedette une stratégie qui est très importante , peu utilisée dans la sphere francophone d’internet mais qui est fort utilisé chez les anglophones, je parle la de la stratégie du micro niche, c’est d’ailleurs la stratégie utilisée par les webmarketeurs pour chercher les mots clé à cibler, avec ces trucs de exact broad dans google keywords tool biensur.

  • Bruno@cours de chant 30 juillet 2013 à 20 h 02 min

    Article super interessant one more time. Et j’aime bien les ref aux métalleux… :-)

  • Marjorie@Histoire à Vivre 2 août 2013 à 20 h 05 min

    Super article !
    Je n’aime pas Bieber (mon fils de 13 ans non plus lol) et je sais pourquoi ;)
    Je connais ma cible, c’est vrai que c’est important. C’est une femme d’environ 40 à 45 ans, mère de famille, qui aime aussi voyager et s’inquiète de l’avenir de ses enfants. Je me demande d’ailleurs depuis longtemps si je devrais écrire à une cible au féminin, tout au féminin, mais je n’ose pas, ça fait bizarre.
    Qu’en penses-tu ?
    Marjorie
    PS. Très belle la coupe de la vidéo, demain je l’inaugure et ce sera gratuit MDR

    • Nico 2 août 2013 à 23 h 55 min

      Marjorie : Comme pour toutes choses : le mieux c’est de tester pour être fixé ;-)

      À mon avis cela apportera des résultats positifs et surtout un plus grand engagement de la par de ta véritable cible.

      NB : on veut des photos de ton bieber bowl ;-)

      • Marjorie@Histoire à Vivre 3 août 2013 à 12 h 59 min

        Très bien, alors je vais me lancer pour ma cible.
        Pour ce qui est de la coupe au bol…. euh je vais me défiler MDR !
        Bon week-end
        Marjorie

Post comment


Nouvelle Formation Virtuose Marketing
real money casinos new zealand