Nov
8

Comment créer une SECTE ? Et pourquoi je vous l’encourage vivement ?

Author Cédric Vimeux    Category Webmarketing     Tags , ,

On compare souvent les webmarketeurs à succès aux gourous d’une secte.

Et quand on y réfléchit, les similitudes sont nombreuses. C’est aussi le cas avec la politique, la mode, l’art…etc.

Qu’est-ce qu’une secte ?

En mettant de côté tous ses aspects négatifs, on peut dire qu’une secte est un groupe de personnes, partageant les mêmes idées, les mêmes désirs et les mêmes principes, regroupé autour d’un leader, autour de quelqu’un qui leur montre le chemin. Le gourou.

C’est exactement le principe du webmarketing. Je vais vous montrer pourquoi.

En fin de compte, vous pouvez vous inspirer des mouvements sectaires pour monter un business à succès, et devenir un leader. Sur Internet.

Cet article ne plaira pas à tout le monde. Mais je n’ai pas la prétention de plaire à tous…

Voici comment créer une secte en 5 étapes :

créer une secte, secte, webmarketing, gourou
Comment créer une secte ?

Étape 1 : Attirez l’attention par des paroles simples, mais vagues

Pour pouvoir regrouper des adeptes autour de vous, vous devez vous faire connaitre. Vous devez attirer l’attention.

En webmarketing, la meilleure façon est de distribuer gratuitement un manifeste. Cela peut-être un ebook ou une série de vidéos gratuites. Peu importe.

Ce qui importe, par contre, c’est que votre manifeste contienne ces 2 choses :

1. Une grande promesse. Vous devez promettre que la vie de ceux qui écouteront va changer. Vite, et sans effort.

2. Un flou total. Ne dévoilez pas comment. Attirez juste l’attention pour le moment. Ceux qui voudront en savoir devront vous suivre…

Vos paroles doivent être vagues. Utilisez des mots puissants, mais au sens assez général. Des mots qui parlent à l’inconscient collectif.

Pensez aux Témoins de Jéhovah et leurs brochures « Réveillez-vous ! »…

Essayez d’avoir un discours nouveau. De vous distinguer des autres. Apportez quelque chose en quoi les gens puissent croire.

Votre discours doit promettre beaucoup, et sans effort (ou presque). Mais vous ne devez pas en dévoiler plus. Seuls ceux qui vous suivront connaitront la suite…

Étape 2 : L’ennemi à abattre

Si vous voulez que vos adeptes restent fidèles, vous devez leur désigner un ennemi à combattre.

C’est le principe même de la plupart des religions. Le diable (et tous ses sous-fifres: l’argent, etc.) est l’ennemi que nous devons combattre. Toutes les religions organisées, ou presque, sont bâtit autour de ce principe (« Nous contre les méchants »).

Faites en sorte que cet ennemi soit puissant afin de renforcer la solidarité de vos adeptes.

Cet ennemi n’est pas nécessairement un être humain. Ce peut être un concept, comme la cigarette, le stress, la pauvreté, le manque de confiance, l’alcool au volant, etc.

Les ennemis ne manquent pas. Écoutez les gens autour de vous, ils les désignent d’eux-mêmes.

Le principal, c’est que votre manifeste puisse montrer le chemin pour vaincre cet ennemi (en achetant et en faisant la promotion de votre produit, par exemple.)

Étape 3 : Touchez les émotions

La troisième étape consiste à toucher les émotions de vos adeptes.

Pourquoi? Parce que les gens achètent avec leurs émotions, et justifient ensuite leur achat de façon rationnelle.

Le problème, c’est que si vous leur laissez trop le temps de réfléchir, ils trouveront des raisons rationnelles de ne plus vous écouter.

Vos deux ennemis, les voici : l’ennui et le scepticisme.

Touchez les émotions permet d’effacer l’ennui et de faire en sorte que les gens n’arrivent pas à réfléchir suffisamment pour se mettre à douter.

Il faut que vos adeptes croient en vous, et en votre message. Émotionnellement. Et aveuglément.

Étape 4 : Faites participer vos adeptes

Dès que vous avez suffisamment d’adeptes autour de vous et de votre produit, permettez-leur de participer au mouvement. Comment ? En leur permettant d’en faire la promotion. De devenir affiliés.

Ils croient en votre message. Ils le crient sur tous les toits. Et ils sont nombreux.

Laissez-les faire votre publicité. Ce sont les mieux placés pour parler de votre produit. Et le vendre.

Reversez-leur une grosse partie de l’argent des ventes. De l’ordre de 50 % ou plus. Cela les motivera davantage à en faire la promotion. Et cela attirera aussi de nouveaux adeptes.

Mettez en place une hiérarchie au sein de vos affiliés. Offrez des cadeaux de valeurs aux meilleurs, afin de motiver les autres redoubler d’efforts.

Dès qu’un affilié fait beaucoup de ventes, montrez ces résultats aux autres. Et récompensez-le. Créez le désir, et jouez encore une fois sur les émotions.

Étape 5 : Ne parlez pas de vos efforts, ni de vos revenus

Beaucoup de vos adeptes auront tendance à vous idolâtrer. À vous prendre en exemple.

Moins vous en direz sur vous, plus ils s’en imagineront. Plus ils s’en imagineront, plus ils vous surestimeront. Et plus ils vous surestimeront, plus ils vous suivront.

Le but n’est pas de leur mentir. Ne rien dire n’est pas mentir.

Le but, c’est de les laisser croire ce qu’ils veulent. Parce que si VOUS leur dites quelque chose, ils pourront toujours remettre votre parole en doute.

Mais si c’est EUX qui le pensent d’eux-mêmes, alors ils en seront convaincus.

Ne dites rien, et laissez-les penser ce qu’ils veulent. Dans la majorité des cas, ils vous surestimeront. Ils surestimeront vos connaissances. Ils surestimeront votre travail. Ils surestimeront vos revenus.

Et cela les motivera d’autant plus à vous écouter.

Vous voyez ? Faire du marketing sur Internet, c’est comme créer une secte.

Alors, bien évidemment, le but de cet article n’est pas de vous conseiller de jouer les charlatans. Vous n’êtes pas idiot. Par contre, vous pouvez parfaitement vous inspirer de certains aspects des sectes pour monter un business rentable, en toute honnêteté, et avec une parfaite éthique.

Photo © Scott Griessel – Fotolia.com

60 Comments to “Comment créer une SECTE ? Et pourquoi je vous l’encourage vivement ?”

  • Numéribook 8 novembre à 12 h 16 min

    Salut Cédric,

    Un article provoc et qui a des couilles !

    Effectivement, on peut s’inspirer de certains aspects des sectes dans le marketing, en faisant bien attention de ne pas tomber dans le charlatanisme. Tu as bien fait de le signaler même si je crois que certains de tes lecteurs vont bloquer sur le mot « secte » et ne pas comprendre la pensée derrière ton article.

    En tout cas, bravo pour la comparaison (et pour avoir les couilles de le faire).

    Numéribook

    PS: tu devrais ajouter les options pour écrire en gras et italique dans les commentaires.

  • Bebert 8 novembre à 12 h 32 min

    Super Article Cédric, Bravo !

  • madi 8 novembre à 12 h 39 min

    Merci cédric. ont peux s’inspirer de toute les connaissances pour évoluer, l’essentielle est qu’elle soit empreint d’honnêteté. j’espère que ce ne serai pas l’occasion pour certains de l’utiliser à mauvais escient.

  • charles@mille astuces changer de vie 8 novembre à 13 h 17 min

    Une secte a été toujours vu pour moi comme négative du faite de l’attraction l’attention des adeptes vers la pensée unique, la vérité unique, en faite un lavage de cerveau.
    Mais là à le comparer au web-marketing je trouve cette idée fantastique surtout lorsque c’est fait comme tu le dis : vous inspirer de certains aspects des sectes pour monter un business rentable, en toute honnêteté, et avec une parfaite éthique

    • Cédric Vimeux 8 novembre à 14 h 45 min

      > Une secte a été toujours vu pour moi comme négative du faite de l’attraction l’attention des adeptes vers la pensée unique, la vérité unique, en faite un lavage de cerveau.

      C’est la même chose avec les partis politiques. Et aussi pour les religions.

      D’ailleurs, quand on y réfléchit, chaque religion est une secte qui a grandit ;-)

  • Benoît@Coaching Vie Futée 8 novembre à 13 h 17 min

    Salut Cédric,
    Il fallait oser :)
    Merci pour cet article qui fait réfléchir.

    Je suppose que l’idée t’es venue avec l’utilisation
    du mot gourou (« guru ») qui est beaucoup utilisé
    dans le marketing outre-atlantique pour parler
    des leaders du marché ? (et un petit peu en France
    maintenant, par mimétisme)

    Cependant, là-bas, il n’y a pas ou peu de connotation « secte »
    au mot gourou.
    Un guru (en anglais) c’est d’abord un leader et un enseignant
    spirituel. Et par extension, un leader reconnu dans un domaine
    quelconque. ex : « Guru in Finance » (aucune connotation sectaire
    dans ce cas).

    En tout cas, la métaphore est bien trouvée, encore un
    article bien foutu ! :)

    Benoît

    • Cédric Vimeux 8 novembre à 14 h 46 min

      Salut Benoit,

      Oui, l’idée m’est venu du terme « Guru ».

      Et effectivement, la connotation qu’il a en France est différente de celle que ce terme a outre atlantique.

      Cédric

  • Laurent@blog-gagnant.com 8 novembre à 13 h 19 min

    Salut Cédric,

    Super article, belle comparaison, belle écriture.
    Un article vrai comme je les aime. J’espère avoir ton talent un jour ;)

    En tout cas en marketing on demandera jamais à nos prospects de ce suicider ;)

    Laurent

    • Cédric Vimeux 8 novembre à 14 h 47 min

      > En tout cas en marketing on demandera jamais à nos prospects de ce suicider ;)

      Exact =)

  • janette@illymity.com 8 novembre à 14 h 01 min

    :) tu t’es dépassé ce coup là Cédric !!!
    Excellent ! : )
    ça l’est toujours mais là…
    ça bouge les idées reçues

    Bien cordialement
    Janette

    • Cédric Vimeux 8 novembre à 14 h 48 min

      Merci beaucoup Jeanette.

      La vérité, c’est que j’ai écris cet article il y a plusieurs mois mais que j’ai toujours hésité à le publier. Un peu par peur que mes propos soient mal interprétés.

      Mais je vois que ça va. Ouf :)

  • Richard 8 novembre à 14 h 19 min

    Bonjour Cédric,

    Un article vraiment intéressant. Bravo pour ta créativité et ta plume (toujours aussi excellente).

    Bravo aussi pour avoir le cran de parler d’un tel sujet. Je suis d’accord avec Numéribook, tu as des couilles !

    Là où ton article est d’autant plus fascinant, c’est qu’il montre une chose très importante, et que peu de gens, étriqués par leur vision manichéenne des choses, ne comprennent pas : les choses ne sont pas soit bonnes, soit mauvaises. Tout est entre les deux.

    Il y a des aspects positifs dans les sectes, tout comme des aspects négatifs. Tout comme il y a des aspects positifs positifs dans l’avortement, et des aspects négatifs. Tout comme il y a des aspects positifs et des aspects négatifs à manger au mcdo, ou à courir 1 heures par jour, ou à être fidèle.

    Les choses ne sont pas soit bonnes soit mauvaises. C’est nous qui les mettons dans des cases, pour leur donner une signification, un sens, une direction.

    Bon, je m’écarte un peu du sujet.

    Mais en tout cas, il s’agit là d’un de tes meilleurs articles.

    J’en veux encore !

    Richard

    • Cédric Vimeux 8 novembre à 14 h 49 min

      Merci Richard,

      Et oui, je suis d’accord. Rien n’est 100 % bon ou 100 % mauvais. Il y a toujours des nuance. Le yin et yang :)

  • Thomas@blog marketing 8 novembre à 14 h 29 min

    Sympa comme méthode. Ca me fait un peu penser au blog de Seth Godin. Des articles simples et courts, des milliers (voire millions) de followers !
    J’ai l’impression que tu ne t’en sors pas trop mal avec la virtuose sexte ;-)

    • Cédric Vimeux 8 novembre à 14 h 50 min

      Sympa de m’associer un peu à Seth Godin. Ca me touche. Merci =)

  • Jean-Philippe 8 novembre à 14 h 46 min

    Bonjour Cedric,
    Cet article renvoie à l idée selon laquelle la société est une juxtaposition de sectes, tant elles seraient omnipresentes. Je n adhère evidemment pas à cette vision apocalyptique. C est trop facile. Il y aurait d un côté des millions de lobotomisés et de l autre une minorité de genies de la manipulation mentale. Une secte se definit moins bien, il est vrai, qu elle ne se caracterise. Conduire quelqu un, quelque part, à son insu, avec à la clef une souffrance, se rapprocherait davantage du sujet. Non, les web marketeurs ne sont pas sectaires, « gourou » etant un abus de langage.
    Jean-Philippe

    • Cédric Vimeux 8 novembre à 14 h 56 min

      > Cet article renvoie à l idée selon laquelle la société est une juxtaposition de sectes

      Pas du tout :)

      Je met juste en corrélation quelques similitudes, et expose comment s’en servir.

      > Il y aurait d un côté des millions de lobotomisés et de l autre une minorité de genies de la manipulation mentale

      Ai-je écrit cela quelque part ?

    • Numéribook 8 novembre à 15 h 01 min

      Bonjour Jean-Philippe,

      De toute évidence, tu n’a pas compris l’article de Cédric. Tu devrais le relire ;-)

      Num

  • mapi 8 novembre à 15 h 02 min

    Et bien au risque de perturber la vague de commentaires flatteurs qui s’engage, NON cet article n’est pas bon (mais ça n’engage que moi) !

    Pourquoi je pense que c’est mauvais ?

    Parce que si c’est de la provocation, alors elle n’est pas suffisamment poussée pour être de qualité.

    A l’inverse, si ce n’est pas de la provocation, alors cela signifie qu’un bon (web)marketeur doit prendre ses futurs clients pour des moutons de Panurge (synonyme: abruti profond qui se laisse embarquer dans n’importe quoi) !
    Or, pour moi, un vrai bon marketing, c’est (ça devrait) avant tout être la capacité à valoriser un produit sans avoir besoin de penser que le client est un couillon !
    Je ne dit pas que c’est facile, encore moins que j’en suis capable (mais je ne revendique aucune compétence dans le domaine)
    Néanmoins, je rêve de voir des pages de vente qui prennent les gens pour des adultes responsables, et des sites web capable de vendre sans demander l’adresse mail à tout bout de champ.

    Alors c’est peut-être utopique de ma part mais j’ai presque envie de lancer un challenge aux webmarketeurs francophones :
    qui trouvera une innovation de rupture permettant de vendre sans être enfermé dans le sacro-saint « l’argent est dans la liste » ? Et en prenant les prospects pour des gens intelligents et capables d’esprit critique ?

    Bon brainstorming à ceux qui s’y risqueront

    Mapi

    PS: rien d’agressif dans mes propos, hein ! juste que je dis ce que je pense et que j’aime bien faire un peu de teasing !!

    • Cédric Vimeux 8 novembre à 15 h 45 min

      Bonjour Mapi,

      > cela signifie qu’un bon (web)marketeur doit prendre ses futurs clients pour des moutons de Panurge […] penser que le client est un couillon !

      Ai-je écrit cela quelque part ? Pas du tout. Au contraire, d’ailleurs.

      Je termine mon article en insistant bien sur le fait qu’il faut faire les choses avec honnêteté et dans une parfaite éthique. Et je l’ai aussi commencé en écrivant « En mettant de côté tous ses aspects négatifs, on peut dire qu’une secte est… »

      J’ai toujours prôné la qualité des produits et la satisfaction des clients. J’en parle dans presque tous les articles de mon blog.

      Je fais une comparaison avec les sectes, mais je ne dis nullement qu’il faut copier INTEGRALEMENT les structures sectaires. Bien que si on y réfléchit, c’est ce qui se fait dans toutes les religions…

      Qu’est-ce qu’une religion ? Une secte qui a pris assez d’ampleur pour ne plus être considérée comme une secte.

      Bref, on peut apprendre pas mal de choses positives, même dans des choses négatives.

      Un exemple : certains grands orateurs se sont inspirés de… Adolf Hitler !

      Pourquoi ? Pas pour devenir des tyrans et massacré des millions de gens. Non. Juste parce que Hitler était l’un des plus grands orateurs que le monde ait connu, et qu’ils pouvaient leur apprendre beaucoup sur l’art et la manière de parler en public.

      Bref, rien n’est tout blanc ni tout noir.

      La structure sur laquelle reposent les sectes ressemble beaucoup à celles sur lesquelles reposent les religions organisées, les partis politiques, etc.

      Mon article, tu peux le relire en changeant « webmarketing » par « parti politique » ou « religion » ou même par le mot « mode ». Tu verras que ça marche aussi =)

      Parce qu’en fin de compte, de quoi je parle dans mon article ? De leadership. D’être un leader.

      > Alors c’est peut-être utopique de ma part mais j’ai presque envie de lancer un challenge aux webmarketeurs francophones : qui trouvera une innovation de rupture permettant de vendre sans être enfermé dans le sacro-saint « l’argent est dans la liste » ?

      Oui, ça arrivera bien un jour.

      Mais toujours est-il que ce modèle est – pour le moment – celui qui rapporte le plus de résultats. Et c’est pour cette raison que c’est celui qui est le plus utilisé.

      Cédric

    • Gérard 8 novembre à 16 h 42 min

      Bonjour Mapi,

      L’utilisation du modèle énoncé par Cédric n’a rien de bon ni de mauvais. Seule l’utilisation que vous en ferez le définira.

      Prenons un marteau. Vous pouvez l’utiliser pour faire des réparation chez votre voisine ou vous pouvez l’utiliser pour l’assassiner.

      Le marteau est-il bon ou mauvais ? Ni l’un ni l’autre. C’est l’utilisation que vous en faites qui le détermine.

      Le modèle exposé par Cédric peut tout à fait être utilisé de façon éthique, professionnelle et dans le sens à aider les gens, et non pas les léser ou les prendre pour des moutons de Panurge.

      Gérard Lamblin

  • Kristoch 8 novembre à 15 h 06 min

    une secte, la seule qui a survécu jusqu’ici au décès de son gourou, est championne du marketing et joue sur les émotions, la réussité à base d’un test réalisé avec une machine… elle vend hors de prix des livres censés améliorer l’individu. du développement personnel hors norme. on arrête de fumer, du cerveau car on arrête de penser, on maigrit du portefeuille, on change de vie!

    son inventeur a laissé de côté la science fiction beaucoup moins rémunératrice mais à la base de cette secte, son grand secret, révélé à très peu et que des exprits extra-terrestres sont dans les humains! psy exceptés donc ils représentent un danger (ben oui logique puisqu’ils font de la déprogrammation pour aider les rescapés!)

    du coup quand on rapproche cette réalité de ton article…
    soyons des terrestres extras! ;) soyons fin psychologues. soyons adeptes oui mais d’un minimum de déontologie!
    nous qui connaissons le secret des psychos et avons une mission terre… à terre!
    (références à ses romans SF)
    évitons l’invasion des grands gourous spécialistes de tout et qui enseignent mou.
    un peu de dépendance (aux produits) mais en toute indépendance!

    Cédric préfère t’il devenir un bienheureux ou un saint? (parait que ces derniers on les canonise…)
    Alors Cédric, Gourou/Pape ou sous-pape (de sécurité) ?

  • Lionel 8 novembre à 15 h 17 min

    Complètement d’accord sur les similitudes !!!
    Mais comme tu le dis à très juste titre… Nombreuses sont les organisations où l’on retrouve ces similitudes ;-) !

  • Louis 8 novembre à 15 h 22 min

    Bonjour,
    Cela fait quelques semaines que je suis la de ton blog, j’ai toujours appréciés tes articles mais c’est décapant.
    Et tu as réussis à mettre en évidence certaines similitudes entre les sectes et le marketing.
    Similitudes que certains webescrocs pratiques sans vergogne, et tu arrive et tu ouvres les yeux de gens qui pourraient tomber dans le panneau, car il faut le dire la frontière entre les deux est mince.
    encore merci à toi

  • Stéphanie 8 novembre à 15 h 56 min

    Bonjour Cédric,

    Un article osé et provocateur, très bien pensé et très bien écrit.

    Tu aurais dû « adoucir » un peu le titre, je pense, car des gens risquent de ne s’arrêter qu’à lui et ne pas comprendre exactement le fin fond de ta pensée.

    C’est vrai que les similitudes sont nombreuses, et pas seulement en webmarketing. Comme tu le dis, c’est aussi le cas avec la politique et la religion.

    Comme tu le dis, cet article ne plaira pas à tout le monde. Moi, il m’a vraiment plu car tu dis tout haut ce que beaucoup pensent tout bas, même si je te trouve souvent un peu trop direct (pas seulement dans cet article d’ailleurs).

    En tout cas, tes articles sont toujours de grands moments de lecture et de réflexion. Merci.

    Stéphanie

    • Cédric Vimeux 8 novembre à 16 h 08 min

      Bonjour Stéphanie,

      Merci pour ce commentaire.

      oui, le titre est provocateur. C’était un peu fait exprès :)

      Cédric

  • Gérard 8 novembre à 16 h 29 min

    Bonjour à tous,

    Un article fort intéressant sur un sujet qui me passionne !

    J’ai particulièrement aimé la réponse de Cédric à Mapi, qui est tout à fait juste : « Qu’est-ce qu’une religion ? Une secte qui a pris assez d’ampleur pour ne plus être considérée comme une secte. »

    C’est tout à fait vrai. Toutes les religions aujourd’hui établie étaient à l’origine des petits mouvements religieux. C’est-a-dire des sectes !

    En fait, en France, on a encore un gros problème avec le mot « secte » car beaucoup lui donne un sens péjoratif.

    Historiquement, ce mot a été employé par les historiens, les théologiens, les sociologues en référence à une notion religieuse, à un contenu doctrinal. On appelait alors  » secte  » un groupe de personnes qui avaient décidé LIBREMENT de suivre un maître à penser. Ou encore on appelait  » secte  » une dissidence religieuse qui se séparait du groupe majoritaire.

    Alors oui, il y a des sectes qui tournent mal (on parle alors de « dérives sectaires ») mais il y a aussi les autres. On parle alors de « nouveaux mouvements religieux ».

    L’application en 5 étapes que donne Cédric est tout à fait juste. Elle peut être suivie en toute honnêteté, avec une parfaite éthique et dans le respect des « adeptes ».

    Félicitations.

    Ca ne fait pas longtemps que je lis voss articles, mais je dois avouer que je les trouve passionnants.

    Merci !

    Gérard Lamblin

    • Cédric Vimeux 8 novembre à 16 h 44 min

      Merci pour ce commentaire et le supplément d’information.

      Cédric

  • Simon 8 novembre à 16 h 31 min

    Bel article, bien écrit, bravo.

  • Jonathan 8 novembre à 16 h 49 min

    Bonjour Cédric,

    De la manipulation pur et simple. (Enfin simple, je me comprend!)

    Dans toutes les étapes que tu as citée, on retrouve les bases de la manipulation mentale qui ont fait le succès de beaucoup. (Chef d’état, gourou, marketeurs, directeur d’entreprise,…)

    Pour moi, toutes les relations humaines sont basées sur ces principes, avec plus ou moins de parcimonie.(là, je me grille en disant ça! :) )

    Alors oui, les connaître pour mieux les déjouer d’accord mais il faut faire attention que cela n’en devienne une obsession dans nos relations.

    Ceci dit, cela reste une excellente technique pour faire grandir notre communauté.

    Cordialement,

  • gilles 8 novembre à 18 h 10 min

    On comprend mieux, à la lecture de cet article provocateur la teneur des mails de relance de certains web marketeurs à propos des produits qu’ils essayent jusqu’au boutisme à vous vendre puisque selon eux  »l’argent est dans la liste ».
    Ces derniers enclenchent pour ce faire, une machine infernale des temps modernes, l’auto répondeur, froid, glacial dépourvu de toute sensibilité, qui enfonce sans modération le clou dans la tête du prospect pour le faire céder. Ils oublient une chose c’est que bien souvent ce prospect n’a plus les moyens d’accéder à son offre au vu de la crise et des choix drastiques qui s’imposent à lui en terme de dépenses non prioritaires..
    Le problème au sein de cette stratégie marketing, c’est que certains prospects de la liste qui prennent le temps de réfléchir trouvent des raisons rationnelles pour ne plus écouter son mentor.
    Je salue au passage le courage de mapi qui apporte ici une note franchement discordante quant à l’utilisation de cette arme.Peut-on réussir en web marketing en fonctionnant dans une vraie logique de solidarité et d’éthique vis à vis de ses prospects ?

    • Cédric Vimeux 8 novembre à 23 h 55 min

      Bonjour Gilles,

      Intriguant votre commentaire…

      >On comprend mieux, à la lecture de cet article provocateur la teneur des mails de relance de certains web marketeurs à propos des produits qu’ils essayent jusqu’au boutisme à vous vendre puisque selon eux »l’argent est dans la liste ».

      Lorsque je suis inscrit sur un liste et que le produit ne m’intéresse pas, je me désabonne. Tout simplement. Comme cela, je ne reçois pas de relances inutiles.

      >Ces derniers enclenchent pour ce faire, une machine infernale des temps modernes, l’auto répondeur, froid, glacial dépourvu de toute sensibilité,

      Ce n’est pas l’autorépondeur qui crée le message de lui même, il y a un humain derrière.

      Et puis, si une série de relance peut aider une personne à passer à l’action et à se procurer un produit qui peut VRAIMENT l’aider à vaincre un problème qui lui pourrit la vie, alors OUI, j’estime que c’est utile. Que c’est dans l’intérêt même de cette personne. Et qu’on doit tout faire pour aider cette personne à agir.

      >Ils oublient une chose c’est que bien souvent ce prospect n’a plus les moyens d’accéder à son offre au vu de la crise et des choix drastiques qui s’imposent à lui en terme de dépenses non prioritaires..

      Non, ça s’est de la connerie.

      Un exemple : l’un de mes amis n’arrête pas de me dire qu’il veut arrêter de fumer, mais qu’il est tellement fauché qu’il ne peut même pas s’acheter de gomme à mâcher ou de patch… alors qu’il s’achète des clopes. Est-ce logique ?

      Un autre exemple ? Une autre de mes connaissances se plaint sans arrêt qu’elle n’a pas d’argent. Elle est toujours fauchée. Pourtant, elle s’achète des fringues de marque. Est-ce logique ?

      On essais sans cesse de nous faire croire que les gens sont fauchés. Mais c’est faux. Le problème, ce n’est pas le manque d’argent, mais le manque d’action. Beaucoup reste dans le statu quo, et ne savent pas changer leurs habitudes.

      Les gens disent qu’ils sont fauchés parce qu’ils n’ont pas les moyens d’acheter une télé aussi grosse que celle des voisins. Et quand ils y arrivent, ils se disent fauchés parce qu’ils n’ont pas les moyens d’acheter une voiture aussi belle que celle du bout la rue. ET s’ils y arrivent… ils trouvent une autre raison pour dire qu’ils sont fauchés.

      Prenez la vie d’un fauché en 2011 (et ses possessions matériels) et comparez la à celle de nos parents dans les années 50. Ils avaient 1000 fois moins de choses. Se disaient-ils fauchés ? Non ! Ils disaient qu’ils vivaient bien.

      >Peut-on réussir en web marketing en fonctionnant dans une vraie logique de solidarité et d’éthique vis à vis de ses prospects ?

      Bien sûr ! Et le plan que je donne dans mon article le permet.

      Ce plan n’est ni mauvais ni bien. Il est neutre. Vous pouvez l’utiliser pour faire le bien autour de vous. Ce choix, c’est vous qui le fait. Pas le plan.

      Cédric

  • Biba de NetworkingetReseauxSociaux.com 8 novembre à 18 h 16 min

    Bravo d’avoir eu le courage de publier cet article excellent et de l’utilisation du mot « secte » car definitivement en France c’est tabou compare a ici aux Etats-Unis.

    D’ailleurs j’ai le sentiment qu’en France tout est devenu secte – On parle network marketing et tout le monde parle de vente pyramidale comme des sectes – On parle developpement personnel et c’est lie aux sectes – Et quand on sait qu’Anthony Robbins qui est repute a l’international est interdit de territoire en France car lui aussi a ete catalogue secte – C’est vraiment devenu n’importe quoi.

    Biba

    • Cédric Vimeux 9 novembre à 0 h 08 min

      Bonjour Biba,

      Oui, en France, on a beaucoup de tabous :(

      Je ne savais pas que Anthony Robbins était « interdit » en France. Je trouve cela vraiment dommage.

      Cédric

  • Lao 8 novembre à 18 h 24 min

    Cédric,

    Si y a un bien une chose que je peux dire, c’est que tu n’as pas peur de prendre des coups !

    Faut quand même oser pour lancer ce genre de sujet quand on sait qu’en France, le mot secte est vraiment tabou.

  • Jean-Philippe 8 novembre à 18 h 56 min

    Bonjour Cédric,

    Ton article est exceptionnel dans le sens où il pousse les gens à révéler leur personnalité.
    C’est ahurissant.

    Quand je vois les remarques de Gilles et de Mapi, je me dis que ces gens n’ont rien à faire en marketing. Mais alors rien du tout.

    Jean-Philippe

  • Harold 8 novembre à 20 h 52 min

    Un article polémique ! Chouette !

    Plus sérieusement… Tout le problème tient en cette phrase : « En mettant de côté tous ses aspects négatifs… ». Une secte est une machine à détruire. Que ce soit pour le pouvoir, le sexe, ou l’argent, les objectifs peuvent être divers mais malheureusement, le résultat est souvent le même.

    Personnellement, après plus de 8 ans dans le commerce, j’ai un profond respect pour mes clients. Ce sont eux qui me font vivre. Dans mon travail aujourd’hui, et dans ma vie d’entrepreneur demain.

    Il ne me viendrait donc pas un seul instant à l’esprit le fait d’appréhender ce que je fais comme… une secte.

    (Cela me fait penser que l’on m’a déjà interpelé à propos de ma tagline… mais bon, l’explication est pourtant très simple).

    Je pense sérieusement qu’orienter des marketeurs débutants en leur préconisant d’enfiler un costume de gourou est une erreur.

    C’est une erreur car, au delà des techniques dont certaines sont clairement… utiles, la première association d’idées qui me vient à l’esprit est : secte = arnaque.

    Hors, pour développer un business dans la durée, il faut servir ses clients ; et certainement pas les arnaquer.

    Néanmoins, ton article est très bon et a le mérite de faire réfléchir et/ou réagir. ;) Bravo.

    • Cédric Vimeux 9 novembre à 0 h 41 min

      Bonjour Harnold,

      Merci pour ton commentaire,

      >C’est une erreur car, au delà des techniques dont certaines sont clairement… utiles, la première association d’idées qui me vient à l’esprit est : secte = arnaque.

      Je ne dis pas qu’il faut arnaquer les gens. Jamais. Je dis simplement qu’on peut s’appuyer sur une structure identique à celle des sectes. Et cela, en parfaite éthique, et en tout respect des clients. D’ailleurs, cette structure est parfaite pour soutenir et entretenir une une communauté.

      J’aurais pu changer le mot « secte » de mon article par « parti politique » ou « religion », ça aurait été pareil (mais moins marrant)

      Cédric

  • Eric 8 novembre à 22 h 35 min

    Bonjour Cédric,

    On peut dire que tu es un maitre dans l’art de remuer les méninges.

    J’ai lu ton article ce midi juste avant d’aller bosser et j’y ai pensé toute la journée. Pour te dire s’il m’a chamboulé !

    Au départ, j’ai été choqué par l’utilisation du mot « secte » mais je constate que ta pensée derrière la provoc n’a rien de malhonnête du tout.

    Un article qui fait réfléchir et qui chamboule.

    Gare aux mauvaises interprétations par contre.

    Eric

  • Christian 8 novembre à 23 h 18 min

    @Cédric : Bonjour Cédric,

    Cet article est superbe et plein de vérité.

    Ton plan en 5 étapes est d’ailleurs très proche de celui que Robert Greene nomme « Créez une mystique ». Possible que tu t’en sois inspiré ;-)

    Ce plan est adaptable et adapté un peu partout : dans la sphère politique, dans les religions, dans la mode et dans les clubs, communautés, etc. parce que ce plan permet l’extension.

    Un très bel article, peut-être un peu maladroit car il peut être mal interprété. Ce qui est d’ailleurs le cas quand je vois certains commentaires…

    @Biba : Ce sujet n’est pas tabou non plus au Canada. Les français sont « coincés » sur pas mal de choses…

    • Cédric Vimeux 9 novembre à 0 h 43 min

      Bonjour Christian,

      Oui, effectivement, cet article est inspiré de « Créez une mystique » de Robert Greene. Tout au moins 2 des 5 points. Bien vu ;-)

      Cédric

  • Romuald 9 novembre à 9 h 27 min

    Bonjour Cédric;

    Voici un article qui sort de l’ordinaire mais je pense que tu aurais mieux fait d’éviter ton analogie avec les sectes qui est une porte ouverte pour les critiques des frustrés du commerce :)

    En tout cas l’idée est vraiment bien trouvée. Bravo.

    Romuald

  • Danielle@stress-positif 9 novembre à 10 h 12 min

    Bonjour Cédric,

    Votre article fait réagir, c’est plutôt bon signe,
    il est vrai qu’en France on est vite catalogué.
    Les sectes poursuivent toutes sortes d’objectifs que leurs détracteurs réduisent souvent à la recherche du profit, c’est une façon adroite de faire peur.

    Mais ne nous trompons pas de cible.
    Le problème ne réside pas dans l’approche et les techniques employées, mais dans l’intention de celui ou celle qui les porte.

    La manipulation se différencie de l’influence dans ce sens qu’elle porte une intention de nuire cachée.

    Autrement dit, dans le cas de manipulation, si mon interlocuteur connaissait mon intention (purement égoïste ou égotique), il n’agirait pas.

    Par contre, si mon produit tient ses promesses, en usant d’influence, j’aide mon client à prendre une décision. Et vous le dites très bien, il est extrêmement difficile de passer à l’action. Parce que décider c’est renoncer alors que rester dans l’inertie, c’est continuer à croire que tout est possible (ça s’appelle se payer de des bénéfices psychologiques).

    Maintenant, rassurons-nous, les comportements non éthique ne durent pas éternellement.
    Un vendeur ne peut être que Ethique et honnête, s’il veut durer. Il est stupide de prendre les gens pour des idiots, et encore plus de croire qu’ls ne le voient pas. (Pourquoi des gens continueraient à investir encore et encore pour des promesses non tenues).
    Toutefois ne confondons pas promesses non tenues et inaptitude à l’action de l’utilisateur.

    Alors, merci à vous, de nous aider à aider nos clients.
    Et Merci à nos clients qui nous donnent l’opportunité de les servir.
    (Donner pour recevoir est une loi énergétique qui ne se met en mouvement
    que si l’on donne vraiment.)
    Amicalement
    Danielle

  • Ludovic 9 novembre à 17 h 33 min

    Encore un article polémique malin et intéressant Cédric !

    Ce que je trouve étonnant, c’est le nombre de personnes (quand je lis les commentaires) qui ne saisissent pas exactement ton message ou le fond de ta pensée qui a animé l’écriture de l’article.

    Cela arrive souvent je trouve. Surtout sur des articles avec un « lourd » thème de fond et une vision (la tienne) qui bouscule souvent les idées reçues.

    Cela m’amène à 2 conclusions :

    – Tes articles sont parfois trop fins pour êtres compris pour l’ensemble d’entre nous
    – les gens n’ont pas toujours une lecture et une compréhension parfaite du message véhiculé.

    Peut être est ce un peu les 2 à la fois…

    • Yvon@copywriting 10 novembre à 15 h 15 min

      D’un autre côté quand le titre écrit « Comment créer une secte et pourquoi je l’encourage », c’est quand même assez facile d’imaginer que les gens vont le prendre pour ce que ça dit non ?

      Imaginer qu’on peut dire quelque chose et que les gens ne vont pas l’interpréter comme c’est écrit, mais plutôt dans le sens où ça arrange celui qui écrit, je trouve ça un peu naïf…

      Donc moi ce qui m’étonne, c’est qu’il n’y ait pas plus de gens qui ont pris ça au pied de la lettre. Il y a quand même un titre qui dit dans l’article « Comment monter une secte en 5 étapes ».

      Même si on connait Cédric, et même si on s’imagine qu’il ne veut pas monter de secte, je trouve ta réaction quelque peu déplacée et pas vraiment à propos. Les commentaires ont été bien gentils et franchement mous. A croire que plus personne ne réagit à rien.

      Ce qui est d’autant plus bizarre lorsqu’on regarde les réactions qu’il peut y avoir ici et là pour des sujets bien moins graves que les sectes…

      Ca doit être le fameux effet kiss cool…

  • Armel-Brice 9 novembre à 18 h 35 min

    Bonjour Cédric,

    Article très intéressant qui me rappelle un livre (Mind Control Marketing) que j’ai lu récemment, écrit par un militaire américain reconverti au marketing (Mark Joyner). Ce sujet y est abordé.

    A+

  • chems 10 novembre à 14 h 39 min

    En fait, ton article montre tout simplement l’applicabilité des règles marketing à presque tous les desseins de la vie, bons ou mauvais…donc autant les comprendre pour se protéger des derniers, et les appliquer pour réussir de bons projets…

  • Hugo@spiruline 10 novembre à 15 h 26 min

    Osé !

    C’est clair qu’il y a beaucoup à apprendre des fonctionnements des sectes en terme de psychologie humaine avec évidemment plein d’applications au niveau marketing. Mais n’oublions pas que les sectes ciblent des profils souvent vulnérables et s’en contentent. Ce qu’ils gagnent en fidélité aveugle chez un petit nombre ils le perdent en respectabilité chez les autres. À chacun de décortiquer les techniques et leçons de fond et à les appliquer pour sa situation.

    Pas plus aberrant que d’analyser des livres de stratégie militaire (Sun Tzu…) après tout. Faut juste bien faire la distinction dans sa tête. L’hubris ne fait jamais de bien…

  • jerome@emarketing 11 novembre à 10 h 00 min

    Intéressant tout ça, je n’aurai pas appelé cela une secte car je trouve le terme trop péjoratif…
    Comme tu le dis il est important d’avoir un ennemi à combattre, on le voit avec l’écologie ca n’intéresse personne ou presque car on ne combat pas directement un ennemi….

  • Philippe@créer son entreprise 13 novembre à 21 h 39 min

    « En mettant de côté tous ses aspects négatifs, on peut dire qu’une secte est un groupe de personnes, partageant les mêmes idées, les mêmes désirs et les mêmes principes, regroupé autour d’un leader, autour de quelqu’un qui leur montre le chemin. Le gourou. »

    En fait ta définition n’est pas celle d’une secte puisque tu as enlevé les aspects négatifs mais d’une tribu pour reprendre le mot de Seth Godin.

    Seulement, si tu avais utilisé ce mot dans ton article, sans doute personne n’aurait réagit. Faire une polémique en changeant un mot, bravo !

    • Cédric Vimeux 16 novembre à 17 h 16 min

      Secte et tribus, c’est la même chose. C’est un rassemblement de personne autour d’une idée commune, et d’un leader.

      Aujourd’hui, on donne au mot secte un sens péjoratif (surtout en France) alors que ça définition d’origine n’en est rien.

  • kategriss@blogging 14 novembre à 21 h 10 min

    Dur dur de parler de secte alors que ça a un côté si négatif. Personnellement je préfère parler de communauté.

    Du coup je ne suis pas d’accord avec un certain nombre de tes règles comme par exemple :
    – Attirez l’attention par des paroles simples, mais vagues : non au contraire ! Ce qui est intéressant c’est l’expérience, les résultats, les faits. Des phrases vagues, qui n’ont aucun fondement, n’ont aucune autorité.
    – Touchez les émotions : Encore une fois, il faut plutôt présenter les faits de façons objective et laisser les gens se faire leur opinion tous seuls. Si les produits et services proposés (ou même les articles) sont vraiment bons, pas la peine de faire appel aux émotions.
    – Ne parlez pas de vos efforts, ni de vos revenus : si justement, présenter des preuves de réussite de tel ou tel programme ou des témoignages sur les bienfaits de tel ou tel produit sont indispensables.
    Et « Ne rien dire » est un mensonge par omission ;)

    J’espère donc que c’était un article polémique et non pas de vrais conseils, car je n’adhère absolument pas…

    • Cédric Vimeux 16 novembre à 17 h 31 min

      > Des phrases vagues, qui n’ont aucun fondement, n’ont aucune autorité.

      Une phrase vague peut parfaitement avoir de l’autorité. C’est exactement le principe des puces promesses dans une page de vente. Elles intriguent, mais ne dévoilent rien.

      > il faut plutôt présenter les faits de façons objective et laisser les gens se faire leur opinion tous seuls. Si les produits et services proposés (ou même les articles) sont vraiment bons, pas la peine de faire appel aux émotions.

      Ce sont les émotions qui vendent. TOUJOURS. Parce qu’un client peut remettre en doute tout ce que tu dis (les faits) – et je t’assure qu’il est très bon dans ce domaine – par contre, il ne peut jamais remettre en doute ce qu’il ressent. Ces émotions.

      > si justement, présenter des preuves de réussite de tel ou tel programme ou des témoignages sur les bienfaits de tel ou tel produit sont indispensables.

      Je ne parle pas du produit, mais du gourou.

      > J’espère donc que c’était un article polémique et non pas de vrais conseils, car je n’adhère absolument pas…

      Non, ce n’est pas un article polémique. Enfin, un peu quand même, car j’ai volontairement voulu attirer l’attention en utilisant le mot secte là où j’aurais pu utiliser « communauté », « religion », « mode », « partie polique », dont la structure repose également sur ce plan en 5 étapes.

  • Jacques (secret beauté intérieure) 9 décembre à 17 h 27 min

    Bonsoir, Cédric
    J’arrive un peu tard pour des commentaires, car (presque) tout a été dit !

    J’ai beaucoup apprécia cet article, quelque peu dérangeant pour certains. J’aime surtout ta définition résumée. Il faudrait que tout le monde puisse la lire et l’intérioriser.

    Le mot « guru » provient du sanscrit et signifie « maître », « celui qui guide », « celui qui enseigne ».
    Rien de plus.
    Bien sûr, en Belgique et en France, les mot « guru » et « secte » ont pris un sens péjoratif et il font peur !
    Au point même de traiter de « secte » des techniques de psychothérapie ou même des techniques de vente !!!

    En fait, ce qui est dangereux dans la secte, c’est surtout ce qu’on en fait.
    Tout comme un couteau, utile ou dangereux, selon son usage.

    Encore Merci, Cédric !
    Jacques

  • Yoann 11 janvier à 0 h 42 min

    Rien à voir avec le sujet à proprement parlé mais vu le nombre d’articles que tu proposes et la qualité des articles, un moteur de recherche serait le bienvenue :)
    Et si ton blog a été fait avec wordpress c’est très simple ^^

  • anoni mouse 19 septembre à 16 h 26 min

    Je vois que le monde a bien changé, la culture et le relativisme US finit toujours par nous rattraper. Les gens ont tendance à oublier les dérives sectaires, même si l’histoire contemporaine nous a montré maintes fois que le fonctionnement même d’une secte ne peux qu’entrainer ces dérives, car une secte est fondamentalement opposé à l’esprit critique, à la remise en question de son leader, à la démocratie et à la liberté de penser. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise secte, et si certaines se sont développé au point de devenir religion, cela n’enlève rien à leur nuisance, quand on connaît les religions et leurs méfaits et leur opposition à la liberté et à la raison.

Post comment

real money casinos new zealand