Juin
30

Écrire un livre : Les 5 mythes et vérités

Author Cédric Vimeux    Category Copywriting     Tags ,


Article invité rédigé par Paul DUBOIS du blog Écrire un roman, dans le cadre de l’événement La Valse des Invités.

Voulez-vous écrire un livre ?

Selon les statistiques, un adulte sur 6 ou 8 se rêve en écrivain. Pourtant, 99 % d’entre eux n’atteindront jamais leur but. Pourquoi ?

Entre le manque de temps, la procrastination, l’inexpérience… Il y a toujours des excuses pour abandonner un projet.

Il y a ce que vous croyez savoir sur l’écriture et la réalité. Certains mythes ont la vie dure.

Sauriez-vous distinguer le vrai du faux ? C’est parti…

écrire un livre, paul dubois
Écrire un livre

1. Écrire un livre est réservé à une élite

Mythe !

L’image de l’auteur fantaisiste, solitaire au regard vitreux et à la barbe fournie, n’est plus d’actualité. Aujourd’hui, Monsieur Tout-le-Monde a aussi le droit d’écrire et de diffuser son œuvre au plus grand nombre.

Je pense notamment à Stephenie Meyer dont on doit la série Twilight, écoulée à plus de 100 millions d’exemplaires dans le monde. OK, je ne vais pas vous mentir, je ne pense pas que ce soit un chef-d’œuvre.

Cependant, lorsqu’on pense que rien ne la prédestinait à devenir romancière à succès, ce n’est pas si mal pour une femme au foyer !

Pour rappel, la dame a écrit son premier roman, en l’espace de trois mois, bien qu’elle manque d’expérience en écriture.

Qu’est-ce qui vous empêche de tenter le coup, vous aussi ?

Rien n’est impossible avec de la motivation et la persévérance. Et avec la démocratisation d’Internet, cela devient encore plus aisé de se faire connaître et recueillir des avis constructifs.

2. Pour écrire un bon livre, faire un plan est nécessaire

Mythe ! Que nenni !

Bon nombre d’auteurs n’ont jamais utilisé de plans ou de synopsis.

Cela n’a pas empêché des écrivains comme Stefan Wul (Niourk), Stephen King (Carrie, Shining) ou Michael Connelly (Créance de sang) d’écrire des chefs-d’œuvre.

D’ailleurs, voici une courte citation du papa d’Harry Bosch : « Travailler avec un plan, c’est comme travailler avec un patron, un patron qui vous dit ce que vous devez faire. Et ce patron, franchement, je m’en passe très bien. »

En tout cas, j’aime personnellement retrouver dans l’écriture ce sentiment d’urgence, pouvoir donner libre cours à mon imagination, suivre l’évolution des personnages, suivre mon instinct.

N’est pas Tolkien qui veut ! (Le monsieur a élaboré toute une mythologie et une langue dans ses romans de fantasy, tel que Le Seigneur des anneaux.)

L’astuce de l’écrivain : Servez-vous d’un carnet particulier et notez-y vos idées intéressantes. Divisez-le de préférence en trois parties, Histoire, Personnages et tout ce qui ne rentre pas, dans Autres.

3. Simplicité, concision et honnêteté peuvent constituer une recette explosive

Vérité !

Pourquoi chercher la complexité à tout bout de champ ? Les idées les plus simples sont souvent les meilleures.

Vous n’avez qu’à regarder autour de vous. Les films d’animation de Disney ou de Pixar ne sont-ils pas les plus touchants et les plus universels ?

Par exemple, l’histoire de WALL-E tient sur un post-it : l’aventure sentimentale de deux petits robots dans un monde dévasté.

Pourtant, en l’absence de dialogue, le bébé d’Andrew Stanton arrive à nous faire ressentir une large palette d’émotion.

L’astuce de l’écrivain : Écrivez sur ce que vous connaissez le mieux, sur ce qui vous parle le plus. Vous verrez que votre livre n’en sera que bien meilleur.

4. Éditer son livre relève du parcours de combattant

Vérité !

Autant être clair : pour se faire publier, le travail et le talent ne suffisent plus. Dans le monde de l’édition, les places sont chères.

Les éditeurs reçoivent chaque mois des centaines de manuscrits et n’ont pas de temps à perdre. Ils cherchent le TRUC qui va faire la différence. Rien d’autre !

Se faire éditer est donc difficile et les lettres de refus peuvent vite tomber. La patience et la persévérance sont donc de rigueur.

L’astuce de l’écrivain : L’édition à compte d’auteur relève la plupart du temps de l’arnaque déguisée. Méfiez-vous des maisons d’édition qui vous propose de prendre en charge l’ensemble des frais liés à la publication de votre livre.

Un éditeur crédible, tel que Gallimard ou Hachette, ne vous demandera jamais de débourser le moindre centime.

5. Écrire un livre, c’est écrire pour soi-même

Vérité et mythe !

Êtes-vous tombé dans le piège ? C’est vraiment une question difficile : « Pour qui et pourquoi écrivons-nous ? »

Des gens se sont mis en tête d’écrire un best-seller, ce à tout prix. Je ne raisonne pas de la sorte. Mon idéal, en tant qu’écrivain, serait d’imaginer le roman que j’aimerais lire.

En tout cas, ce qui compte le plus, c’est d’avoir du plaisir, en écrivant. N’est-ce pas plus simple comme ça ?

J’espère vous avoir éclairé davantage sur l’écriture et le métier d’écrivain dont la vision commune reste souvent faussée.

PS: Paul vous invite à écouter cette chanson de MIKA :

Image de prévisualisation YouTube

Article invité rédigé par Paul DUBOIS. Visitez son blog Écrire un roman.

Photo © Alexander Trinitatov – Fotolia.com

52 Comments to “Écrire un livre : Les 5 mythes et vérités”

  • FlorianL@Business Xperience 30 juin 2012 à 17 h 41 min

    Bonjour Paul,

    Pour la 2, je suis pas tout à fait d’accord…
    Je dis pas d’écrire un plan précis mais au moins de connaitre la fin du libre ou ce sur quoi on veut emmener le livre.
    Ne pas avoir de plan ou de ligne de conduite… à beaucoup de risque dont celui de partir n’importe ou de sorte que le livre n’a plus aucune cohérence…
    Bref, selon moi, les écrivains débutant devraient avoir au moins un plan minimal pour l’écriture
    Qu’en pensez vous ?

    Pour la 4, pour se faire éditer je suis d’accord. Mais le marché du libre numérique est en pleine explosion. Se faire publier sur Kindle, Kobo ou autre liseuse numérique est relativement simple.

    • Paul@écrire un roman 1 juillet 2012 à 20 h 01 min

      Bonjour, FlorianL !

      Personnellement, j’écris sans plan. Cela ne veut pas dire que je ne détermine pas à l’avance quelques nœuds dramatiques. Cependant, je me laisse souvent guider par les personnages, je suis mon instinct.

      Et je préfère ne pas préparer la fin à l’avance. J’utilise surtout un carnet d’idées ; j’aime bien ce côté imprévisible de l’écriture. Bien sûr, à chacun d’adopter la technique d’écriture voulue ( tout dépend surtout du type de livre).

      En ce qui concerne le marché du livre numérique, j’avoue ne pas en savoir beaucoup. Est-ce que se faire publier sur Kindle ou Kobo apporte une visibilité satisfaisante ? Toute la question est là.

      Cordialement,
      Paul

      • jacky@vendeur de rêves 3 juillet 2012 à 8 h 31 min

        Hello Paul
        Pour les Kindle , je opeux te dire par expérience que cela augment fortement ta visibilité, pusqu »Amazon te fait ta propre publicité gratuitement.
        Par contre si tu n’aides pas un peu à faire connaitre tes oeuvres, tu resteras coincé vers les pages 100 et quelques d’une rubrique. En fait il ya certaines régles à observer dont une importance particulière des mots clés + au moins un bon commentaire + le fait de te faire connaitre (quitte peut être à t’acheter toi même réguliérement quelques exemplaires, mais çà je n’ai pas testé) car dés que tu commence à vendre réguliérement (ne serait ce q’un ou 2 par semaine, tu grimpes réguliérelment au « hit parade  » et tu deviens donc plus visible .
        Ce qui ne t’assureras pas gloire et fortune pour autant mais bon , si ton livre sort du lot, sais t’on jamais…

  • Gino de Vers la Réussite 30 juin 2012 à 17 h 50 min

    Bonjour Paul,

    Très sympa, ton article, je pense la même chose que toi sur l’écriture des livres.

    Pour écrire un livre il s’agit de s’y mettre!

    J’en ai écris un qu’il faut que je retouche pour publier sur Kindle, je l’avais écris en pensant à ce que les gens avaient besoin dans ce domaine bien précis et j’avais de très bons retours.

    Je crois que le meilleur conseil que tu donnes est vraiment d’écrire ce que j’aimerais lire.

    A+

    • Paul@écrire un roman 30 juin 2012 à 23 h 05 min

      Bonjour, Gino !

      Merci pour le compliment ! Content de voir qu’on partage le même avis. La passion est nécessaire, avant tout.

      Sinon, quel est le contenu de ton livre sur Kindle ?

      Cordialement,
      Paul

      • Gino de Vers la Réussite 1 juillet 2012 à 0 h 36 min

        Bonjour Paul,

        Mon livre n’est pas encore proposé mais j’ai déjà donné la version en pdf aux gens qui s’inscrivaient sur mon site d’entraineur de hockey mineur au Québec .

        Je veux le remettre au goût du jour et refaire la mise en page pour Kindle, c’est un livre pratique pour aider les entraineurs de hockey.

        Je tarde un peu car je suis en train de finaliser un produit de formation en vidéo pour la publication sur kindle, ça devrait être prêt d’ici une ou 2 semaines.

        Salutations

        • Paul@écrire un roman 1 juillet 2012 à 20 h 04 min

          Bonjour, Gino !

          Merci pour la réponse ! Bonne chance pour tes projets !

          Cordialement,
          Paul

  • Madeleine@richesse-et-joie 30 juin 2012 à 17 h 53 min

    Merci pour ce survol qui met en appétit.
    J’ai quelque expérience dans l’écriture ayant l’an passé publié la biographie d’une religieuse féminine et féministe. Vous avez raison quant au plaisir d’écrire et à la torture d’écrire il faut dire. Mais c’est comme entrer en état de méditation quand votre personnage vous hante et vous dépasse.
    Méfiez-vous des amis, à moins qu’ils ne soient grands lecteurs ou déjà écrivains. Finalement, c’est votre écriture et votre responsabilité de faire votre livre mais quand on est dans cet état second d’écrire on trouve sa voix.
    Vous parlez de récit simple, il faudrait ajouter d’écriture non pas simple mais naturelle. Personnellement , je m’imagine mon lecteur favori, l’un de mes ex élèves de Terminale par exemple, et je lui raconte l’histoire. Cela donne un style chaleureux, c’est comme si je lui parlais à lui.
    Finalement, vous mentionnez que Hachette et Gallimard ne demandent pas d’argent. Mais qui essaie ces deux grands ? Il y a d’autres petits éditeurs, on peut s’arranger. Voulez-vous faire de l’argent ou être publié?
    Enfin, je voudrais parler des ateliers d’écriture qui délivrent de la peur d’écrire. Aux Etats-Unis, on enseigne à écrire à l’Université, ici, nous avons des ateliers d’écriture où l’on retrouve des fous comme nous et un bon animateur saura vous guider avec amitié et désintéressement, c’est du moins mon expérience.
    Merci d’avoir abordé ce sujet.

    • Paul@écrire un roman 1 juillet 2012 à 21 h 05 min

      Bonjour, Madeleine !

      Merci pour le compliment !

      Vous avez raison, il faut se méfier de l’avis des proches ; écrire est un travail solitaire. De même, vos amis auront tendance à louanger votre manuscrit. Donc, autant demander l’avis d’inconnus ; aujourd’hui, il est possible de faire lire son livre sur Internet à ce qu’on appelle des bêta-lecteurs.

      Ce qui est naturel à faire est simple à faire. N’est-ce pas ? Chacun est libre de choisir son lecteur idéal ; mon lecteur idéal, c’est moi. Vous avez dit, égocentrique ?

      Pour Hachette et Gallimard, c’était juste pour l’exemple. Sinon, ça serait bien de pouvoir vivre de mon écriture ; je ne cherche pas à devenir riche, juste à être lu et apprécié.

      Sinon, je trouve que les Etats-Unis et les pays anglo-saxons ont, en général, une vision académique de l’écriture. Je me trompe ? Je ne me suis jamais inscrit dans un atelier d’écriture. Est-ce que ça vaut vraiment le coup ?

      Cordialement,
      Paul

  • jacky@vendeur de rêves 30 juin 2012 à 19 h 18 min

    Bravo et merci pour cet article très intéressant. C’est d’ailleurs un sujet sur lequel je voulais également rédiger un article, donc cela tombe plutôt bien.

    Je reprends et commente ici quelques extraits de tes conseils, si tu permets :
    « Rien n’est impossible avec de la motivation et la persévérance. Et avec la démocratisation d’Internet, cela devient encore plus aisé de se faire connaître et recueillir des avis constructifs. »
    Tout à fait. Il suffit de se lancer, de travailler et de cent fois sur le métier remettre son ouvrage. Car l’écriture est un art et c’est comme pour tout , c’est en forgeant qu’on devient forgeron. Quand à se faire connaitre c’est devenu un peu plus simple, surtout avec le phénomène Kindle dont je parlerais plus loin

    « Servez-vous d’un carnet particulier et notez-y vos idées intéressantes. »
    C’est ce qu’il faut avoir toujours sur soi effectivement. Lorsqu’on entre dans le processus créatif de l’écriture, le phénomène vous absorbe et il vous vient une idée toutes les 3 minutes. Je conseillerais également de s’aérer les neurones en grimpant une montagne ou à défaut d’en avoir une sous la main, en faisant une longue marche dans un endroit peu fréquenté et naturel.

    « Écrivez sur ce que vous connaissez le mieux, sur ce qui vous parle le plus. Vous verrez que votre livre n’en sera que bien meilleur ».
    Bien entendu . C’est plus simple et plus naturel de parler de ce que l’on connait bien ou du moins de ce qui nous motive.

    En parlant de çà et à titre d’anecdote, le 1er livre que l’ai écris traitait de  » l’ Au delà »* car je me posais beaucoup d’interrogations sur ce sujet et avait même une certaine rage et incompréhension par rapport au fait de devoir un jour mourir et perdre tout mon vécu.
    Le fait de me documenter sur toutes les religions et les NDE (Expérience de mort imminente) m’a fait écrire le livre que j’aurais aimé lire, celui que j’aurais aimé laisser comme message au monde après ma fin (c’est encore en cours) . Et surtout il a fait en sorte que je suis totalement désinhibé et n’éprouve plus aucune crainte concernant l’après vie.
    Ce qui prouve qu’ en plus écrire, même sur un sujet que l’on ne maitrise pas peut être une excellente thérapeutique .

    * http://www.thebookedition.com/au-dela-de-jacky-bourgogne-p-31628.html

    A défaut de vous rendre riche…
    Je pense que ce que souhaite avant tout l’écrivain c’est d’être lu et de communiquer sur les sujets qu’il traite. La fortune qu’il va en tirer et finalement secondaire. Bien sûr tout le monde préférerait gagner sa vie en écrivant derrière un confortable bureau ou au bord de la mer, dans des paysages de rêve que de royaux royalties nous permettraient d’aller nous y installer. Puisqu’il suffit d’un Pc portable pour exercer ce métier.
    Hélas ce n’est pas si simple et très peu sont suffisamment doués , entreprenants, constants, persévérants pour réussir ce tour de force. (Ne pas perdre de vue que nous sommes plusieurs millions à vouloir réussir dans ce métier)

    A ce sujet je voudrais pousser un grand cri (OUAAAAAHHH !!! Voilà çà va mieux ;-) au sujet des tous ces vendeurs de vent qui poussent les gens à écrire des Kindle en les poussant à acheter leur formation. Formation qui bien entendu les assurera de gagner des milliers d’Euros très rapidement . Grâce aux Kindles d’Amazon ! (Ebook à télécharger)
    Je n’ai pas suivi leur formation mais j’ai néanmoins suivi les conseils de ce que l’on trouve sur le net un peu partout pour écrire un autre bouquin sur un sujet très porteur, avec un mot clé dont la recherche s’élève à 250 000 demandes par mois, avec un excellent mot clé comme titre, un prix réduit. Et de plus un livre original, pratique et illustré de nombreuses belles photos…
    Et pour quel résultat ? 2 à 3 exemplaires vendu sur Amazon par semaine soir environ 28 € de gains par mois alors même que mon livre est 2eme dans sa catégorie !!!
    Vérifiez en tapant « Maroc » sur Amazon, rubrique boutique Kindle et vous tomberez sur ceci**.

    Enfin, c’est comme çà. Je ne vais pas monopoliser le site de Cédric même si ce sujet m’inspire et m’interpelle. Pour conclure, un dernier petit conseil pour les écrivains en herbe (si je puis me permettre) : Faites vous avant tout plaisir.
    Rêvez, de succès story, pour vous motiver, il n’y pas de mal à çà (mais pas trop) .
    N’écoutez pas les vendeurs de rêves (sauf moi ;-)
    Et surtout écrivez le livre que vous aimeriez lire.

    Bien amicalement
    Jacky

    ** https://www.amazon.fr/dp/B007QEE8TC

    • jacky@vendeur de rêves 1 juillet 2012 à 10 h 08 min

      Ps Pour les passionarias du Le-Kindle-fera-de-vous-un -multi-millionnaire, j’ai fait mes stats et j’ai le plaisir de vous annoncer avoir vendu en 3 mois , 8 Au delà , 13 Sens de la vie et 16 Maroc . ce qui fait 37 livres en 3 mois. Ca fait plaisir d’être « autant » lu mais à 2 € par livre diffocile de vivre avec 74 € de royalties en 3 mois.

      • Gino de Vers la Réussite 1 juillet 2012 à 17 h 06 min

        Bonjour Jacky,

        En avez-vous fait la promotion?

        Car pour avoir fait le test pour un marché assez porteur, je n’ai pas eu les résultats escomptés mais mon erreur fut surtout d’écrire avec un nom fictif, je trouve donc plus difficile d’en parler et plus chronophage de se créer des comptes pour commenter sur son livre et pour écrire des commentaires sur des blogs reliés au sujet.

        Mes prochains seront à mon nom et je compte en faire une bonne promo!

        Je crois que les livres électroniques n’est pas encore pleinement dans les moeurs, il y a encore les défenseurs des livres papier.

        La formation que je prépare ne va pas dans le sens de dire aux gens qu’ils vont vendre des milliers de dollars de livres par mois mais dans la qualité du livre.

        Bonne chance pour vos futures ventes

        Gino

      • FlorianL@Business Xperience 2 juillet 2012 à 7 h 33 min

        Bonjour Jacky,
        Intéressante vos statistiques sur votre publication Kindle.

        D’après mes sources, les meilleurs livres sur Amazon FR font entre 800 à 1000€ par mois.
        Sur Amazon COM, ce nombre monte dans les 10.000$.
        Je pense qu’il y a moyen d’avoir « un salaire » des ventes faites sur Kindle mais cela demande plusieurs livres publié et actionner tout les facteurs de vente… et finalement compter sur le facteur temps.

        Bref, ceci n’est pas le sujet de l’article.
        Juste qu’il est possible de passer par le marché numérique pour être publié

        • jacky@vendeur de rêves 3 juillet 2012 à 8 h 46 min

          Bonjour Florian et Gino

          Oui bien sûr que j’en fait de la promotion. Du moins surtout sur les blogs et les forums où c’est permis (ce qui est très rare). Si quelqu’un a une diée pour enfaire ailleurs sans débourser dans un budget publicitaire, ses idées seront les bienvenus.

          Je ne sais pas d’où tu sors ces chiffres Florian mais je te répéte que je suis 2eme dans ma catégorie , avec un mot clé tapé 250 000 fois par mois et que je n’en vends que 1 à 3 par semaine. Pourtant l’ouvrage est original et traite de tout ce qui touche au Maroc *, ou presque… (Une éditrice en ligne vient d’ailleurs de me proposer de m’aider à sa diffusion)
          Je viens d’ailleurs d’avoir mon 1er virement de 20 € d’Amazon sur mes ventes en France (payés 60 jours aprés avoir atteint 10 €) . Champagne !

          Poru ceux vendus à l’étranger (notamment les amazon.com car comme c’est des malins, ies versements des gains sont répartis en fonction de 6 régions différentes) il me faut attendre d’avoir vendu pour 100 dollars avant d’encaisser un chéque donc à ce train là je serais sans doute centenaire mais j’aurais gagné mes premiers cent dollars grâce au merveilleux phènomène Kindle !

          * Maroc, le comprendre, l’aimer, s’y installer : https://www.amazon.fr/dp/B007QEE8TC

          • FlorianL@Business Xperience 4 juillet 2012 à 17 h 34 min

            Salut Jacky, j’espère que tu repassera par ici lire ma réponse…

            « Je ne sais pas d’où tu sors ces chiffres Florian mais je te répéte que je suis 2eme dans ma catégorie , avec un mot clé tapé 250 000 fois par mois et que je n’en vends que 1 à 3 par semaine. »

            Quelques pistes:
            Le seul mot clé avec tes conditions, c’est Maroc.
            Sauf que c’est pas vraiment un bon mot clé pour cibler ton livre. Parmi ses 250.000, il ne doit y avoir qu’un petit % de personnes qui souhaitent acheter un bouquin sur le sujet.,
            Je sais pas si on voit les mêmes catégories mais pour moi, tu es:
            – n°18 dans Livres > Tourisme et Voyages > Guides touristiques > Pays de A à Z > Maroc
            – n°43 dans Boutique Kindle > Ebooks Kindle > Tourisme et Voyages > Guides touristiques

            Ce n’est pas tout à fait 2e. de quel catégorie parle tu ?

            Mes chiffres sont à peu prés exact mais ce que j’ai pas dis, c’est que les meilleurs ventes concerne exclusivement des romans.
            D’ailleurs, les 7 ou 8 « nouveaux millionnaire du Kindle (aux USA) » l’ont tous été avec un roman.

            Personnellement, 1 à 3 ventes par semaine sur ton guide sur le Maroc, je trouve cela pas mal comparé au marché.
            Il faut être patient. Continue la promotion. Essayer de tester différents prix pour trouver le meilleur. Les ventes vont augmenter si ton guide est de qualité.
            Mais ne t’attend pas à un truc énorme non plus. Je pense qu’il y a moyen d’arriver à une vente par jour à terme.

          • jacky@vendeur de rêves 5 juillet 2012 à 18 h 41 min

            Miracle de la technique qui nous permet de remonter le temps. Le bouton « répondre » ayant disparou je réponds par anticipation au commentaire suivant pour Florian

            Je me suis mal exprimé en parlant de catégorie. Monlivre sort 2eme si l’on tape « maroc » dans la boutique kindle ou même » maroc amazon kindle » ou simplement « kindle ou même » ebook sur le maroc » dans Google. C’est ebn tout cas comme cela que je rechercherais personnellement. Les catégroies ne servent que pour ceux qui cherchent dedans sans idée préconcue de ce qu’ils veulent mais à mon avis ils sont plus rares.

            Pour les romans ce n’est pas une régle absolue non plus qu’il se vendent mieux que les ouvrages pratiques, car en ayant également écrit un c’est celui que je vends le moins. Et pourtant il traite de l’au delà* mais est en catégorie roman fantastique. Moins demandée ?

            Pour les tarifs je les ai tous mis selon les conseils avisés des kindle fortune makers autour de 2,99 € (varient un peu selon le cours dollar -euro) . Dés que j’ai augmenté à 3,29 € celui du Maroc (qui plus lourd en contenu me rapporttait moins) , les ventes ont chutées de prés de moitié. Mais çà m’est égal, je tiens à gagner 2 € minimum par bouquin vendu . Na !

            En tout cas merci pour tes encoragemens.
            Je vais bientôt sortir un article sur le phénoméne arnaque aux kindles, où comment sortir de l’ombre à la lumière des parfaits inconnus. Je vous en ferais part.

            Bien amicalement
            Jacky

            *Au delà : https://www.amazon.fr/dp/B006QH9048

    • Paul@écrire un roman 2 juillet 2012 à 16 h 14 min

      Bonjour, Jacky !

      Merci pour le compliment !
      Et désolé pour le retard !

      La pratique est essentielle, comme tu le dis. C’est en forgeant qu’on devient forgeron. Sinon, je n’ai jamais pensé à aller dans un endroit peu fréquenté, pendant le processus créatif. A voir.

      Belle anecdote ! D’ailleurs, je reprends cette citation de Nicolas Schöffer :  » Écrire, c’est se révéler, ou encore révéler les images renvoyées par nos propres miroirs découvrant à la fois nos trésors cachés – c’est-à-dire nous-même – et les reflets de notre environnement tels que nous les captons.  »

      Je comprends un peu votre frustration. Il faut quand même se méfier des formations qui promettent monts et merveilles. Quiconque ne peut vous assurer un succès, ni une réussite ; donc, autant apprendre de ces expériences et celles des autres pour ne plus commettre les mêmes erreurs.

      Ton dernier paragraphe résume avec brio cet article : passion, passion et passion.

      Merci, cette discussion fut pour moi très enrichissante.

      Cordialement,
      Paul

      • jacky@vendeur de rêves 3 juillet 2012 à 8 h 51 min

        Merci Paul
        Je sens que nous avons des atomes crochus , même si je trouve l’expression assez laide disons plutôt des atomes en osmose ;-)
        L’on sent que tu maitrises parfaitement le sujet du processus créatif et de les belles lettres en général. Je ne manquerais pas de participer aux commentaires de ton blog,dès que possible. Où peux t’on consulter tes ouvrages ?

        • Paul@écrire un roman 3 juillet 2012 à 21 h 48 min

          Merci !

          Tu es le bienvenue dans mon blog ; n’hésite pas à y faire un tour.

          Où peut-on consulter mes ouvrages ?

          Pour l’instant, je n’ai publié aucun livre (je refuse de m’auto-publier). J’ai quelques projets finis, plusieurs en cours, des bribes ici et là. Ma priorité reste pour l’instant un roman, se voulant novateur sans forcément l’être.

          C’est un roman d’espionnage, policier dans la veine des romans James Bond d’Ian Fleming (en bien plus profond et abyssale). L’idée est de bafouer un peu les clichés, les règles du genre et ça emprunte un peu l’hystérie, la folie, l’univers décalé d’un film ou un roman comme Fight Club. Quelque choses d’impolitiquement incorrect, quoi ! .

          Si tu veux que je t’envoie des extraits de mes écrits, n’oublie pas de me donner ton adresse électronique.

          Cordialement,
          Paul

        • Paul@écrire un livre 4 juillet 2012 à 13 h 53 min

          Bonjour, Jacky !

          Je n’ai pas encore publié de livre (et je ne compte pas m’auto-publier). Pour l’instant, j’ai quelques projets finis, des bribes ici et là.

          Actuellement, j’écris un roman qui me tient à cœur dont l’esprit est un peu décalé, fou. Si tu veux en savoir plus ou lire quelques extraits de mes écrits, passe-moi ton e-mail.

          Cordialement,
          Paul

        • jacky@vendeur de rêves 7 juillet 2012 à 9 h 30 min

          Bonjour Paul
          Tu as mon adresse mail sur mon blog rubrique contact; Mais c n’est pas grave, la voici : jakprivate@gmail.com .
          Je lirais tes épruves avec plasir mais il me faudra un petit peu de temps car beaucoup de taf en cette saison touristique.
          Sinon , à très bientôt sur ton blog
          Bien amicalement
          Jacky

  • Marie-Noel@des e-ditionsLABELVIE 30 juin 2012 à 20 h 39 min

    Concernant le plan, il faut voir de quel livre on parle. Pour de la littérature, je partage ton avis, surtout que les surprises sont souvent intéressantes. Jack Canfield appelle ça des « ha-ha » moments. Ces moment où ce que l’on écrit nous dépasse.

    Par contre, si on écrit un livre pratique, une petite séance de Mind mapping permet de voir si on fait bien le tour du sujet, quelle partie du sujet on choisi de développer et celle qu’on laisse pour d’autres eBooks.

    Bonsoir à tout le monde.

    • jacky@vendeur de rêves 1 juillet 2012 à 10 h 04 min

      Tout à fait chère amie
      Personnellement je ne fais pas de plan pour mes livres de fiction car je ne sais pas moi même dans qu’elle galère mon héros va m’entrainer.
      Pour le Ha Ha moment, j’appelle ceci la noosphère*. Bernard Werber, Teillard de Chardin et moi même en parlons souvent et y croyons. Cette force mystérieuse qui fait qu’à un moment donné les informations nous parviennent directement, et tel un récepteur-emetteur nous les transcrivons ainsi que de nombreux autres pratiquement au même moment sur le reste de la planéte.
      Bien amicalement
      Jacky

      Extrait de mon livre « Enquêtes sur le sens de la vie »: https://www.amazon.fr/dp/B007S83WYI

      « Dans une autre dimension de cet espace infini, peut être que l’énergie de notre pensée, ou de l’ensemble des pensées humai-nes, pourraient créer des sortes d’univers. Ce n’est pas si invrai-semblable car d’après la théorie de la noosphère, la représentation d’une couche de faible épaisseur entourant la Terre matérialiserait à la fois toutes les consciences de l’humanité et toute la capacité de cette dernière à penser. « 

      • Marie-Noël@editionslabelvie 3 juillet 2012 à 15 h 07 min

        O que oui, cela vaut VRAIIIIIIIIIIIIIIIIIIment la peine de lire Jack Canfield. J’en ai fait un de mes mentors depuis que Cédric m’a offert le livre! Lui et Napoleon Hill et tu ne doutes plus un seul instant de ne pas arriver où tu veux aller!!!

        C’est un guide pratique vers le succès quelque soit l’objectif que tu te fixes. J’en parle beaucoup sur mon blog, si tu veux aller y faire un petit tour : mets Canfield dans le champ recherche.

    • Paul@écrire un roman 2 juillet 2012 à 16 h 53 min

      Bonjour, Marie-Noël !

      Je connais Jack Canfield, mais je n’ai jamais lu un de ces bouquins. Est-ce que ça vaut vraiment le coup de m’y mettre ?

      Sinon, tu as raison : le Mind mapping, c’est le luxe en terme de processus créatif. A essayer d’urgence.

      Cordialement,
      Paul

  • Mikael@wikoaching 30 juin 2012 à 20 h 53 min

    Très bon article. Cependant, l’auto édition est plus facile de nous jours. Avec des sites comme lulu (le livre est imprimé à la commande) et la boutique amazon kindle (pour les ebook).

    • optimisation wordpress 1 juillet 2012 à 15 h 35 min

      Merci pour lulu, je ne connaissais pas ce site.

    • Paul@écrire un roman 3 juillet 2012 à 13 h 57 min

      Bonjour, Mikael !

      Merci !

      Je n’ai jamais tenté l’auto-édition ; donc, je ne peux te dire, si le processus devient plus simple. En tout, ça me semble plus accessible pour les jeunes auteurs.

      Cordialement,
      Paul

  • mo 30 juin 2012 à 21 h 16 min

    bonjour à tous,

    Écrire un livre c’est comme partir en voyage, il faudrait un point de départ , un itinéraire et connaitre sa destination finale , autrement dit ou doit-on mener le lecteur!

    donc même en faisant semblant de ne pas vouloir utiliser de plans, il faudrait quand même baliser ce parcours d’écriture .

    écrire un livre : c’est avant tout vouloir se faire plaisir via l’écriture

    ça me rappelle le commentaire d’un mentor à ce sujet :
    quand on écrit un livre , on est comme le philosophe qui sort de sa caverne dans l’allégorie de Platon , il part du fond d’un grotte sombre et remonte vers la lumière ou il découvre la vraie nature de ses idées…

    au lieu de prêcher dans le vide en proposant son ouvrage aux éditeurs classiques, il serait peut être plus intéressant de s ‘adresser aux professionnels de la production ( par exemple) aux producteurs de fiction, dont le métier est la recherche constante de nouvelles idées et nouveaux projets: la différence c’est qu’ici vous pourriez vendre des droits et non des livres!

    • jacky@vendeur de rêves 1 juillet 2012 à 10 h 13 min

      Encore faudrait il qu’ils l’acceptent. Lorsqu’on a essuyé 3 fois le refus de 15 exemplaires envoyés , l’on préfére devenir auto éditeur. (Et je ne te parle pas du coût du tirage et de l’envoi).
      Pour la version papier je conseille thebookedition.com qui est un imprimeur sérieux et branché littérature et qui a l’avantage de vous livrer votre livre « a l’exemplaire » mais l’inconvénient de le vendre un peu cher (faut bein qu’il gagne sa vie) et qu’il faut tout faire soi même (corrections, mise en page, couverture). Ensutie il faut bien sûr faire sa propre pub, sinon personne ne va l’acheter car il y en a des millions.
      @micalement
      Jacky

    • Paul@écrire un roman 3 juillet 2012 à 14 h 11 min

      Bonjour, Mo !

      Désolé pour le retard !

      J’aime bien la citation. Merci pour la découverte !

      Il ne faut pas oublier que ce n’est pas les idées qui manquent, mais le moyen de les produire ou les réaliser. Ça demande un travail conséquent et une motivation de faille.

      Cordialement,
      Paul

  • Marie-Adrienne@A propos décriture 30 juin 2012 à 21 h 54 min

    Bonjour Paul, Bonjour à tous

    Pour le 1.

    Rien n’empêche effectivement de tenter le coup et de se lancer mais on ne se réveille pas un matin en se disant que l’on va écrire un livre. L’écriture est un long chemin et écrire un livre demande de l’ entrainement, de la préparation, du travail, des outils… Ce que l’on conçoit pour le sport, la musique ou autres et que l’on nie dès qu’on parle d’écriture.

    Quant à la persévérance et à la motivation, elles sont à la base de tout. Et sans elles, inutile de se lancer, pas plus que dans la musique ou le sport que dans l’écriture !

    Pour le 2.

    Je ne suis pas tout à fait d’accord. J’ai longtemps écrit sans plan mais j’ai dû me résoudre. Écrire, c’est construire ! Quand on construit une maison, on dispose de plans, quand un paysagiste aménage un jardin, il fait des plans et visualise son projet.

    Avoir un plan n’empêche pas l’imagination ni la liberté. Les Oulipiens ont même prouvé le contraire.

    Et puis tout dépend du genre de livre que tu écris. Dans un récit polyphonique ou dans un polar,. je ne vois pas comment écrire sans plan. L’art de l’écrivain en revanche c’est de ne pas laisser paraître son plan dans le récit.

    Pour le 4.

    Ce n’est rien de dire qu’il n’est pas facile de se faire éditer. Le compte d’auteur ? Je n’y suis pas favorable. C’est rarement honnête. Après, rien n’empêche faire imprimer ses propres livres et d’obtenir un numéro ISBN. Ensuite, il faut fouiller dans la liste des salons du livre du département et postuler. Sur votre stand, il suffira juste de vendre les livres !

    Dans ce cas de figure, si vous rêvez de gloire, ce sera dur. Mais vous pouvez acquérir un lectorat dans votre région et un retour immédiat sur ce que vous écrivez. Quantité de musiciens, chanteurs ou comiques débutent dans les petits bars ou les petites salles de leurs régions et ne se produisent pas tout de suite au Zénith !

    Pour la 5.

    Comme pour toi, écrire est un plaisir et une passion dont je vis.

    Paul, merci pour ton article.
    Bonne écriture

    Je profite de ce commentaire pour m’adresser à Madeleine de Richesse et Joie

    Les ateliers d’écriture français n’ont malheureusement rien à voir avec l’enseignement de l’écriture aux USA. En France, on refuse ce genre de formation par crainte de formatage. Mais on accepte aisément les écoles de sport, de musique, de peinture, de danse… à croire que seuls les écrivains pourraient être formatés !
    Bien à toi Madeleine

    Excusez-moi, c’est un peu long mais j’avais tant à dire. Et puis, dès que vous mettez un clavier devant un écrivain, il se lâche !!

    Marie-Adrienne

    • Paul@écrire un roman 3 juillet 2012 à 20 h 41 min

      Bonjour Paul,

      Navré pour le retard ! Je vais rebondir sur un ou deux petits points (à savoir l’utilité d’un plan) parce que, sinon, je suis d’accord avec tous les éléments soulignés.

      Pour la fiction, je me refuse toujours à faire un plan. Quentin Tarantino résume avec brio ma vision de l’écriture :

      « Vous vous souvenez de vos neuf ans et du moment où cette série TV que vous et tous vos amis adoriez a commencé à devenir moins bonne ? Vous lui aviez voué un véritable culte mais maintenant la formule commençait à tiédir, et lorsque trois de vos amis venaient dormir à la maison et que vous étiez surexcités à force de se gaver de sucreries, vous débattiez pour déterminer ce qui pourrait être le meilleur épisode possible ? Vous étiez transporté par ces possibilités infinies quand votre mère venait vous dire de vous coucher, mais cette force créatrice enfantine vous secouait, faisant jaillir un millier de mots à la minute, illustrant tout ce dont vous ou vos amis aviez toujours rêvé, et vous aviez la sensation que c’était la meilleure histoire que vous aviez jamais entendue? Et bien ce doit être le point de départ de votre écriture. Vous devez écrire avec cette énergie, ce feu. Il s’agit de libérer la magie créatrice de vos neuf ans. »

      La construction d’un plan ne nous éloigne-t-elle pas de la folie narrative, l’idée initiale qui nous a donné envie d’écrire ce livre ?

      Découvrir les personnages et esquisser l’intrigue au fur et à mesure de l’écriture me semble la meilleure façon de préserver l’âme de nos neuf ans. Le synopsis me semble un frein à la créativité, par exemple.

      De même, souvent, les auteurs qui utilisent un plan et qui connaissent la suite laissent transparaître des indices ; dans un livre, la forme et le fond se rejoignent.

      De tout façon, des auteurs comme Michael Connelly et Stephen King (occasionnellement) écrivent des romans policiers sans plan. Enfin, chacun est libre de choisir sa méthode d’écriture !

      En tous cas, j’ai depuis longtemps choisi mon camp.

      Cordialement,
      Paul

  • Rodrigue@Agence web Lille 30 juin 2012 à 22 h 53 min

    Très bon article, une fois la structure faite, l’écriture peut prendre du temps mais il ne faut pas se brider, et en effet tenter déjà d’en faire la promo sur des supports gratuits.

    • Paul@écrire un roman 2 juillet 2012 à 15 h 02 min

      Bonjour, Rodrigue !

      Merci ! Sinon, ce que tu dis me paraît très juste.

      Cordialement,
      Paul

  • Thierry C&M 30 juin 2012 à 23 h 30 min

    Bonsoir,

    J’ai une question qui concerne non pas la publication mais le référencement d’un livre ou d’un ebook sur Amazon.

    Je souhaite réaliser un guide pratique sur la conception des biens immobiliers et je n’ai pas trouvé, de façon intuitive, de rubrique dans laquelle pourrait figurer ce livre.
    Je veux dire rien dans les menus disponibles.
    Il faut par exemple utiliser la fonction « recherche » pour trouver le thème « immobilier ».

    Donc à priori, aucune chance pour quelqu’un qui ne cherche pas l’info en particulier, de tomber dessus par hasard.

    Quelqu’un pourrait il me donner une astuce, si il y en a une, pour avoir un référencement correct pour à priori un ouvrage qui sort un peu de l’ordinaire ?

    Merci d’avance,
    Thierry

    • Gino de Vers la Réussite 1 juillet 2012 à 17 h 21 min

      Bonjour Thierry

      Quand vous publiez votre livre, vous avez des choix de catégories, la section économie et bourse est vaste et vous pouvez choisir 2 rubriques à l’intérieur et vous avez droit à 7 mots clés aussi.

      Faites une étude de mots-clés pour votre secteur pour les catégories, j’ai un peu regardé pour vous et je vous en donne deux qui pourraient convenir mais j’ai pas étudié la concurrence.

      COMMERCE ET ÉCONOMIE > Finances personnelles > Investissement

      COMMERCE ET ÉCONOMIE > Immobilier

      Bien à vous

      Gino

      • Thierry C&M 2 juillet 2012 à 18 h 18 min

        Bonjour Gino et merci pour votre réponse.

        Malheureusement, je ne peux me classer dans ces rubriques puisque mon sujet ne traite la partie financière de l’immobilier mais plutôt la parie conception…

  • Cédric Vimeux 1 juillet 2012 à 11 h 00 min

    Salut Paul,

    Merci pour ce très bel article.

    Cédric

    • Paul@écrire un roman 2 juillet 2012 à 14 h 12 min

      Bonjour, Cédric !

      Désolé pour le retard !

      Merci pour tout, ton compliment et cet évènement enrichissant.

      Cordialement,
      Paul

  • Des Trucs Pour Changer De Vie 1 juillet 2012 à 13 h 43 min

    Nous sommes en pleine phase de rédaction d’un guide pratique avec ma compagne.

    L’étude du sujet et de ses débouchés au niveau des ventes est fondamental. Sinon, c’est comme si on partait sans GPS dans le désert… ;)

    Choisir une niche avec très peu de concurrence et avec de grands besoins. Si, si, ça existe. On en a trouvé.

    Après c’est certain, il faut savoir quelle est la raison qui nous pousse à écrire. Si c’est juste pour se faire plaisir, alors ce que j’ai dit au dessus n’a pas de sens.

    Amicalement,

    Sam

    • Paul@écrire un roman 2 juillet 2012 à 14 h 08 min

      Bonjour, Sam !

      Désolé pour le retard !

      Je suis d’accord avec toi. Un livre technique, c’est un peu différent… Une préparation me semble nécessaire ; il faut baliser le terrain, cerner l’offre, le besoin et la demande.

      Aider les gens constitue une raison louable d’écrire. Enfin, à chacun ses propres convictions.

      Cordialement,
      Paul

  • Christophe@JUDO : C'est ma Technique !!! 2 juillet 2012 à 1 h 11 min

    Bonjour Paul,

    Merci pour ce bel article !

    Écrire un livre, c’est s’évader, voyager, transcrire son rêve et le faire partager !
    Je suis d’accord avec toi où l’histoire doit être celle que l’on souhaiterait lire ; surtout pour son premier livre !

    Avoir une aisance de l’écriture, un vocabulaire approprié aux circonstances, jouer avec les mots, apprivoiser la langue française, maîtriser la syntaxe… bref, flirter avec « Larousse » ou « Robert’ n’est pas gagné !!

    Mais laisser parler avec son cœur, exprimer ses émotions, flotter dans la barque de l’imaginaire sur l’océan de vicissitudes de la réalité m’inspirent.

    Cordialement,

    Christophe

    • Paul@écrire un roman 3 juillet 2012 à 21 h 09 min

      Bonjour, Christophe !

      Merci pour ce commentaire plein de passion ! Chapeau !

      Je n’ai rien d’autre à ajouter…

      Cordialement,
      Paul

  • nasro 2 juillet 2012 à 13 h 47 min

    Bonjour paul,

    j’aime bien la façon dont tu as présenté l’article « mythe et vérité ».

    Je suis d’accord sur tous les points sauf un : le 2ème. Je dirais que c’est relatif. Si notre but était d’écrire juste pour s’exprimer là le plan n’est pas obligatoire.

    Par contre si on a un but bien précis, un plan s’impose

    • Paul@écrire un roman 2 juillet 2012 à 14 h 40 min

      Bonjour, Nasro !

      Content de voir que cet article t’a plu.

      Encore une fois, écrire un plan ou non dépend de notre ambition et du genre voulu. Il faut choisir la méthode avec laquelle on se sent à l’aise. N’est-ce pas plus simple ?

      Cordialement,
      Paul

  • Thibaut@Pantalon de jogging 2 juillet 2012 à 16 h 05 min

    Etant jeune, j’ai de nombreuses fois tenté d’écrire, non pas un livre, mais des nouvelles relativement longues et j’ai toujours eu du mal à terminer. Je crois que je suis beaucoup plus efficace sur des formats très courts comme des articles de blog. En tout cas, beau panorama :)

    • Paul@écrire un roman 3 juillet 2012 à 21 h 23 min

      Bonjour, Thibaut !

      D’ailleurs, le regretté Ray Bradbury conseille de commencer par écrire des nouvelles. Autodidacte, il n’est jamais allé à l’université mais a appris son métier d’écrivain en se rendant, adolescent, dans des bibliothèques publiques.

      Dès l’âge de 12 ans, il écrit tous les jours et n’a que 17 ans quand sa première nouvelle est publiée dans un fanzine.

      Un livre s’écrit sur la durée ; une nouvelle est un format plus modeste, mais très formateur. Je te renvoie à cet article : http://ecrire-un-roman.blogspot.fr/2012/04/devenir-ecrivain-5-qualites-necessaires.html . La persévérance est LA qualité de l’écrivain !

      Cordialement,
      Paul

  • jacky@vendeur de rêves 3 juillet 2012 à 9 h 02 min

    Pour peut être conlure ce sujet, ou le faire avancer, voici ce que conseille à tous les écrivains en herbe, quelqu’un que j’apprécie beaucoup . Ecrivain qualifié de grand public mais qui vend des millions d’exemplaires dans nombre de langues et qui fourmille d’idées intéressantes; Je lui ai d’ailleurs consacré tout le chapitre 6 via une longue interview fiction dans mon ouvrage « Enquetes sur le sens de la vie »*.
    (Et puis en plus Cédric, l’aime beaucoup également)
    Voilà : http://www.bernardwerber.com/unpeuplus/conseils_ecrivains.html

    * http://www.thebookedition.com/enquetes-sur-le-sens-de-la-vie-de-jacky-bourgogne-p-51182.html

  • Marie@Aide à domicile Albi 3 juillet 2012 à 11 h 11 min

    Bonjour Cédric,

    Article très intéressant, je dirais pour ma part qu’il faut en effet se mettre à la place du lecteur pour avoir une idée de la qualité de son livre.

    Le problème des écrivains est qu’ils ne sont pas objectifs, en général, certains vont croire dur comme fer que leur livre est destiné à une carrière florissante sans pour autant avoir un oeil critique réaliste dessus.

    Merci pour l’article :)

    Marie

Post comment


Nouvelle Formation Virtuose Marketing
real money casinos new zealand