Mar
29

Le webmarketing, tel que nous le connaissons, est-il condamné à disparaitre?


Internet est un outil relativement nouveau.

Toutefois, nous pouvons y distinguer 2 types d’utilisateurs bien distincts que Mark Prensky – grand spécialiste de l’internet – nomme : les digital natives et les digital immigrants.

Voici qui ils sont, et pourquoi le webmarketing risque de subir, dans les années à venir, des changements irréversibles…

Digital natives digital immigrant

Digital Natives et Digital Immigrants

Ces 2 générations bien distinctes se différencient en premier lieu par leur âge.

Pour faire simple, nous pouvons simplement dire que les Digital Natives sont ceux qui sont nés avec Internet, et les Digital Immigrants sont ceux qui sont né avant l’explosion d’Internet.

Les Digital Immigrants sont donc les parents et grands-parents des Digital Natives.

Deux populations très différentes

Dans son livre, Le Marketing des émotions, Georges Chétochine dresse un tableau afin de comparer les façons de penser de ces 2 générations :

Le Digital Immigrant :

  • Vitesse normale de discours
  • Traitement linéaire de l’information
  • Traitement pas-à-pas
  • Texte en premier
  • Information pour le travail
  • Pour travailler seul
  • L’intelligence est hiérarchique

Le Digital Native :

  • Vitesse convulsive saccadée
  • Traitement parallèle
  • Traitement aléatoire
  • Art graphique en premier
  • Information pour s’amuser
  • Pour être connecté
  • L’intelligence est dans l’esprit jeune

Comme vous le voyez, le Digital Native et le Digital Immigrant ne traitent pas l’information de la même façon.

Là où le Digital Immigrant a besoin d’une information structurée, hiérarchisée et linéaire, le Digital Native, quant à lui, arrive à gérer les informations rapides et saccadées. Il est capable de suivre une foule d’informations en parallèle, sans ressentir le besoin d’une structure de pensée.

Ce qu’il recherche, ce n’est pas la structure, mais la rapidité de l’information.

C’est ce qui explique par exemple l’incroyable succès des Facebook et Twitter chez cette génération.

Quelles seront les conséquences dans le futur?

Il y a une évidence dont il faut tenir compte : la population des Digital Immigrants diminue, alors que celle des Digital Natives n’arrête pas d’augmenter.

Une autre évidence : les Digital Immigrants sont les créateurs d’aujourd’hui et les Digital Natives seront les créateurs de demain, avec un mode de penser différent, des attentes différentes, et une façon de gérer l’information très différente également.

En d’autres terme, le marketing, la publicité, et la communication en générale, s’apprêtent à subir des changements irréversibles. Nous sommes actuellement en pleine transition.

En 2020, une grande partie des consommateurs seront des Digital Natives. Cela va littéralement changer toutes les formes de communication, tous médias confondues.

J’ai l’intime conviction que Twitter et Facebook ne sont que les prémices d’une nouvelle ère. Ils ne sont qu’une simple petite introduction. Un avant-goût de ce qui se prépare dans l’ombre…

Nous évoluons vers un web de plus en plus communautaire. Et je suis convaincu que le marketing, tel que nous le connaissons aujourd’hui, est condamné à disparaitre.

Et vous? Qu’en pensez-vous?

Photo © higyou – Fotolia.com

7 Comments to “Le webmarketing, tel que nous le connaissons, est-il condamné à disparaitre?”

  • Joseph 29 mars à 9 h 58 min

    Bonjour,

    J’en pense que vous oubliez de faire vieillir les digitals emigrants en même temps que vous.

    Dans 20 ans, vous vous adresserez toujours aux mêmes digital immigrants qu’aujourd’hui. Ils auront juste 20 ans de plus tout simplement. Les digital natives ne sauront pas leur parler (pas la même culture).

    Il faudra pourtant bien que quelqu’un leur parle. Et ce sera vous, nous, et les marketers d’aujourd’hui, qui parleront de ce qu’ils savent faire, et avec les mots que les digitals immigrants comprendront.

    En fait, dans 20 ans, chacun parlera dans son langage à celui qui le comprend. Ce serait à mon sens une grosse erreur que de tenter de se former à la communicatiopn avec les digitals native, alors qu’il y a déjà fort à faire avec ceux qui nous comprednront encore.

    • Cédric 29 mars à 19 h 42 min

      > « J’en pense que vous oubliez de faire vieillir les digitals emigrants en même temps que vous. Dans 20 ans, vous vous adresserez toujours aux mêmes digital immigrants qu’aujourd’hui. Ils auront juste 20 ans de plus tout simplement. »

      Non, je ne parle ni de moi ni de la façon dont je parlerai à mes prospects dans 20 ans. Je parle du marketing de façon générale et de son évolution dans les 20 prochaines années et plus.

      Dans 20 ans, la plupart des créatifs, c’est à dire ceux qui feront évoluer le monde avec leurs idées, seront majoritairement nés entre 1990 et 2010, c’est à dire des pures digital natives, avec leurs modes de pensées (rapidité de l’information) et leur façon de traiter l’information.

      Les applications qui seront développées et que nous utiliserons seront pensées et créées PAR et POUR les digitals natives. Idem pour la façon de faire le marketing, et la façon dont les masses communiqueront entre elles.

      C’est cela que j’ai voulu expliquer dans mon article.

      Cédric

  • Des Trucs Pour Changer De Vie 29 mars à 10 h 25 min

    C’est vrai que je n’ai pas l’impression de « parler la même langue » que mes enfants. Il est également vrai que nous ne traitons pas l’info de la même façon.
    Mais quelle est la solution ? Je ne vois pas.
    Ceux qui sont nés avec le net voient souvent dans celui-ci l’amusement, la légèreté, etc.
    Si je conçois que ça doit également servir à ça, j’avoue que je ne comprend pas quand ils ne pensent pas à s’en servir pour le travail, le sérieux, l’info, etc.
    Si Twitter et Facebook ne sont qu’un début, je me demande bien que va être la suite…
    Amicalement,
    Sam

  • Bernard 29 mars à 11 h 47 min

    Bonjour,

    Il me semble qu’un paramètre a été oublié : le vieillissement des « Digital Natives ». Il est vrai que s’ils ne vieillissent pas et qu’ils continuent, dans 20 ou 40 ans, à ne pas structurer leur pensée, on peut se demander à quoi ressemblera leur société, et à quoi ressemblera l’Internet ou les autres médias ?

    Le traitement convulsif et aléatoire de la prise de connaissance de l’information n’est pas une autre façon de prendre connaissance de l’information. C’est, à terme c’est à dire après la phase de l’adolescence (même si cette adolescence dure jusqu’à 35 ans), une forme comme une autre de suicide collectif.

    En revanche, le traitement parallèle, global et ludique, de l’information est une très bonne chose qui, d’ailleurs, ne fait pas défaut à tous les « Digital Immigrants » mais qui devrait effectivement se répandre.

    Cela dit, si la pensée reste incapable de se structurer d’une manière ou d’une autre, et que ce que l’on appelle « l’esprit jeune » demeure l’infantilisme qui réduit de plus en plus l’intelligence des humains à ses niveaux les plus superficiels… ce sera la grosse catastrophe ! Et pas seulement pour le marketing internet !

    Attendons donc de voir comment vont évoluer nos « Digital Natives ». Pour l’instant, ce ne sont que des enfants. Et il est hautement prématuré de déduire de leurs modes de fonctionnement et comportements actuels ce qu’ils feront quand ils deviendront adultes… à 40 ou 50 ans !

    Souhaitons simplement qu’ils continuent de s’amuser… mais avec un peu plus de profondeur.

    Amitiés

    Bernard

  • Tarik 30 mars à 10 h 54 min

    Bonjour,
    Vous avez décidément un don pour lancer de vrais débats, très pertinents et surtout, très intéressants.

    Je suis d’accord avec vous sur le constat.
    En gros, cela jette les fondements du web 3.0, voire du web 4.0 et la course peut ainsi être sans fin car c’est dans la nature de l’Homme d’évoluer.

    Cette évolution prévisible d’un web de plus en plus communautaire dans lequel tout le monde serait connecté à tout le monde, sans distinction de position sociale ou hiérarchique, ne doit pas masquer que l’on se dirige aussi vers un web parallèle à celui-ci.
    En plus des Hommes, ce sont de plus en plus d’objets qui sont, eux aussi, connectés aux réseaux, rendant la frontière floue entre le monde « réel » ou physique et le monde numérique.

    Quels risques cette évolution peut-elle représenter ?
    Quels avantages peut-on en attendre ?
    Le débat est donc ouvert.
    Merci pour votre post.

    Cordialement,
    Tarik Hannane
    Coach Internet ::: Consultant Formations

  • Davy - TonWebMarketing.fr 30 avril à 22 h 28 min

    Il y a deux choses qu’on ne peut pas ignorer dans notre époque :

    – Les gens sont de plus en plus intelligents et au courant des techniques marketing
    – Afin de mieux concurrencer, la gratuité devient de plus en plus courante sur internet (Exemple, le marché du x), afin de faire acheter les produits payants.

    Je pense qu’il y aura de grands changements, dans les années à venir…

    • Karim 19 mai à 9 h 27 min

      Hello,

      C’est bien parce que les gens connaissent la plupart des techniques de marketing qu’il n’a jamais été aussi important que maintenant, de créer une relation solide avec ces prospects et clients. Les blogs, les forums (publics ou même privé – après un achat) sont fait pour ça.

      L’une des conséquences directe du fait qu’Internet va devenir de plus en plus communautaire, c’est que le marketing (très) agressif ne fonctionnera plus, les arnaques sur internet seront réduits quasi à néant…

      Si j’avais un conseil à donner à quelqu’un qui souhaite modifier son entreprise pour l’adapter à l’avenir du marketing, ce ne serait pas d’aller sur Facebook ou Twitter… (bien que ça peut être très utile).

      Ce serait de privilégier au maximum :

      1. Le service clients (avant, pendant et après vente) !

      2. La qualité des produits proposés aux internautes.

      C’est maintenant qu’il faut agir, même si beaucoup ne l’ont pas encore compris.

      Bien amicalement,
      Karim

Post comment

real money casinos new zealand