Juin
27

Les Maîtres en développement personnel vous mentent, ou pourquoi vous devez apprendre à PROCRASTINER?

Author Cédric Vimeux    Category Efficacité     Tags

NON, ce n’est pas un coup de provoc’. Je suis très sérieux, et je le redis clairement:

Si vous voulez vraiment atteindre la vie dont vous rêvez, si vous voulez être heureux et réaliser des choses vraiment importantes pour vous, alors vous devez apprendre l’art de la PROCRASTINATION. Et l’appliquer.

Suis-je fou? La suite vous le dira:

procrastination
Je le fais demain, promis!

L’histoire de Fabio, le roi de l’action

Voici une histoire véridique. J’ai changé le nom du protagoniste pour protéger son identité.

Fabio a 49 ans. Depuis plus de 25 ans maintenant, il est devenu un AS de l’action. Et c’est tout à son honneur.

Autrefois, il remettait tout à demain. Il procrastinait, comme on dit. Puis, il a participé à des séminaires sur la procrastination. Il a dévoré des dizaines de livres sur ce sujet. Et vous savez ce qui s’est passé?

Cela a changé sa vie. Il est devenu « un homme d’action ».

Où est le problème, me demanderez-vous?

Le problème? Le voici :

Bien qu’il ait réalisé énormément de choses, aucune d’elles n’avait VRAIMENT beaucoup d’importance à ces yeux. Il a toujours agi pour agir. En suivant la bon conseil de W. Clement Stone : « Fais-le MAINTENANT! »

Et aujourd’hui, il a l’impression d’avoir passé 25  longues années de sa vie à grimper en suant le long d’une échelle qui n’était pas appuyée contre le bon mur.

Lorsque l’action devient un problème

L’action devient un problème lorsque vos VRAIS buts ne sont pas clairement définis. Lorsque vous agissez pour agir, et non pour réaliser ce qui est vraiment important à vos yeux. Qu’est-ce que je veux dire par là?

Je veux simplement dire que nous courrons souvent vers des buts qui ne sont pas les nôtres.

Nous voulons avoir cette grosse télévision parce que le beau-frère en a une et qu’il nous tanne parce que la nôtre est plus petite. Nous voulons porter du Dolce Gabbana, du Calvin Klein ou du Gianni Versace parce que la télévision nous dit de le faire. Nous voulons devenir chirurgiens ou commerciaux parce que Maman a dit que c’était bien pour nous. Et j’en passe.

Et c’est là que l’action devient un problème. Car chaque action devient un pas supplémentaire vers un avenir qui n’est pas fait pour nous…

Quelle est la solution? La solution, la voici :

Procrastiner intelligemment

Voilà ce que je pense : Il faut remettre à DEMAIN tout ce qui n’est pas vraiment IMPORTANT.

Je le redis : Il faut remettre à DEMAIN tout ce qui n’est pas vraiment IMPORTANT.

La question à vous poser devient alors : « Qu’est-ce qui est vraiment important pour moi? » Et vous êtes la seule et unique personne sur cette planète à connaître la réponse. La seule personne.

Et vous n’êtes pas idiot. Vous savez ce qui est important pour vous. Vous savez ce qui vous rend heureux.

Trouvez vos 5 I

Le film I-Ology explique que nous avons 5 I. C’est à dire 5 choses qui nous font nous sentir vraiment Importants. Ce film explique qu’en réalisant nos 5 I tous les jours, nous atteignons le bonheur suprême.

Comment trouver vos 5 I? Facile :

Repensez à toutes ces fois où vous vous êtes VRAIMENT senti heureux, important, bien dans votre peau. Et posez-vous la question suivante : « Qu’est-ce que j’étais en train de faire pour me sentir aussi bien? »

La réponse est probablement l’un de vos 5 I.

Dès que vous avez trouvés les 5, faites-en une priorité absolue dans votre vie. Et PROCRASTINEZ sur TOUT LE RESTE. Remettez chaque chose qui  n’est pas vraiment importante pour VOUS à demain. Puis encore à demain. Et encore à demain.

Et agissez uniquement pour réaliser vos I.

Retenez bien ceci : Remettez au lendemain tout ce qui n’est pas vraiment IMPORTANT pour VOUS. Devenez un Maître dans l’art de procrastiner. Vraiment !

Lorsque vous aurez remis à demain tout ce qui n’est pas vraiment important pour VOUS, VOUS et VOUS, vous aurez alors libéré suffisamment de temps pour faire ce qui compte vraiment. Ce qui vous rend heureux. Important.

Et il n’y a qu’en faisant des choses qu’on aime qu’on atteint la plénitude et le succès.

Bill Gates est passionné par l’informatique. Programmer est important pour lui. Tiger Wood est passionné par le golf. Y jouer est important pour lui. Florent Pagny est passionné par la musique. Chanter est important pour lui.

Bon, vous allez peut-être me dire: « Ok Cédric, mais comment gagner sa vie en réalisant nos 5 I? »

Vous trouverez un début de réponse en lisant l’article : Comment gagner votre vie en jouant toute la journée à World of Warcraft?

Photo © Vladimirs Poplavskis – Fotolia.com

30 Comments to “Les Maîtres en développement personnel vous mentent, ou pourquoi vous devez apprendre à PROCRASTINER?”

  • nabil@abidi.les-business-books.com 27 juin à 16 h 01 min

    je te remercie cet article est superbe!

  • Karim@Mailing Liste Rentable 27 juin à 16 h 03 min

    Hello les amis, hello Cédric,

    Encore un article très inspirant. Oui, il est vrai qu’on dit à tout va qu’il faut chasser la procrastination… Mais cela dépend de quoi on parle. La méthode des 5 I me fait un peu pensé à la méthode de Leo Babauta dans son livre « L’art d’aller à l’essentiel ». Il conseille de déterminer 3 objectifs majeurs dans notre vie. Puis d’agir chaque jour pour avancer un peu plus vers ces objectifs. Et seulement ceux-là…

    C’est ce que je m’efforce de faire maintenant. D’ailleurs, suite à la lecture de ce livre, j’ai jeté et/ou donné, 80% des biens que je possédais. Cela permet d’aérer l’esprit, d’aller au plus simple, et de bien visualiser ses objectifs principaux dans la vie.

    Et franchement, ça marche.

    Bien amicalement,
    Karim

  • Clément@Temps-Action 27 juin à 16 h 27 min

    Bonjour Cédric,

    il faut savoir prendre du recul pour se demander, à un moment de sa vie, qu’est ce qui nous tient à cœur, qu’est ce qui important, qu’est ce qu’on a vraiment envie de faire et qui nous passionne.

    Et l’écrire, avoir un plan, et agir tous les jours ou au moins le plus régulièrement possible.

    A ce moment là, on peut décider au mieux et en toute conscience ce qu’on doit faire et ne pas faire. Et on se rend compte qu’il y a quantités de choses inutiles à procrastiner comme tu le dis.
    C’est une question de choix, et nos buts et nos passions sont là pour nous guider.

    Cela dit, le conseil « Faites le maintenant » appliqué aux bonnes choses reste très efficace.

    • Cédric Vimeux 27 juin à 16 h 44 min

      Bonjour Clément,

      Oui, le « fais le maintenant » est un excellent conseil. Il faut le suivre mais uniquement lorsqu’on clairement défini ce que l’on veut VRAIMENT.

      Sinon, on agit pour agir, et non pour se réaliser. Et c’est malheureusement le problème de beaucoup.

      Cédric

  • Catherine@Procrastiner 27 juin à 16 h 30 min

    Bonjour,

    Il y a toujours plusieurs manières de voir les choses.
    Votre façon de parler de la procrastination est très intéressante mais aussi totalement différente de la mienne (je viens de faire un article sur le sujet).
    Je suis bien d’accord avec vous sur l’importance de faire ce qui est important et de reporter ce qui ne l’est pas. Toutefois ça doit être fait dans une juste proportion.
    Je connais beaucoup de personnes qui n’avancent pas dans leur vie car elles passent leur temps à reporter. Si elles faisaient l’effort de « faire ce qui a à faire » alors certainement qu’elles pourraient créer une nouvelle bonne habitude: celle d’aller jusqu’au bout des choses.
    En conclusion, (c’est mon point de vue), procrastiner est nécessaire pour ceux qui sont à fond mais certainement pas pour ceux qui ont du mal à avancer.

    • Cédric Vimeux 27 juin à 16 h 41 min

      Bonjour Catherine,

      Oui, je suis parfaitement d’accord avec vous. Mais pourquoi certaines personnes n’arrivent pas à avancer? Personnellement, je vois 2 réponses à cela :

      1/ Ne pas avoir défini clairement ses objectifs, et donc s’égarer.

      2/ Manquez de temps.

      Le premier problème, on le résout en définissant clairement ses objectifs (en trouvant ce qui est vraiment important pour nous). Et le second, en remettant au lendemain tout ce qui n’est pas vraiment important.

      En réalité, je dis la même chose que vous dans votre article. J’adopte simplement un angle de vue différent :)

      Cédric

      • Damien 16 juillet à 17 h 00 min

        Toujours sur le sujet de la procrastination, pour moi, procrastiner est lié à la peur, comme je tente de l’expliquer dans cet article.

        http://www.agir-efficace.com/theme_procrastination.html

        Si bien que je renverrais dos à dos celui qui se précipite de peur de rater une SUPER occas, à celui qui repousse toujours de peur de se tromper.

        C’est de la procrastination active ou passive, donc il y a quelque-chose à revoir dans les deux cas.

        Finalement, tout est affaire de juste milieu et cette réponse juste demande d’aiguiser, à mon sens, la capacité à voir au delà des apparences.

        En d’autres termes, la procrastination, qui consiste à remettre à plus tard, n’est pas forcément une mauvaise chose, mais ce n’est certainement pas forcément une bonne chose non plus !

        Le plus important est d’y voir clair et de faire le nécessaire pour que l’émotion peur n’altère pas notre jugement. Et en soi, cela demande de l’entraînement.

        Damien

  • Clément@Temps-Action 27 juin à 16 h 30 min

    J’ai oublié, merci de nous avoir fait découvrir le film I-Ology :)

  • Des Trucs Pour Changer De Vie 27 juin à 17 h 06 min

    La définition des objectifs est primordiale et je viens d’ailleurs de rédiger un article à ce sujet cet après-midi. J’ai repris l’exemple du GPS car il est très parlant. Si on n’a pas d’idée précise où on va, on aura du mal à arriver quelque part. Définir ses objectifs, c’est comme programmer le GPS (que je trouve fantastique).
    La procrastination est néfaste quant à elle quand elle est surabondante. Mais tu as raison, il est bon parfois de procrastiner. D’un autre côté, on ne peut pas le faire pour tout. Là encore, je prends un exemple parlant: celui des enfants. On doit s’en occuper. Et dieu sait si parfois j’en ai pas envie (pour diverses raisons). Me « taper » les devoirs par exemple. Ben là, je ne peux pas trop procrastiner…
    C’est ni tout noir, ni tout blanc. Et pas facile du tout.
    Sam

    • Karim 27 juin à 17 h 19 min

      Comme presque tout dans la vie il faut savoir trouver le juste milieu et faire des compromis

      Bien amicalement
      Karim

      • Cédric Vimeux 27 juin à 17 h 47 min

        Salut Karim,

        Je ne suis pas très fan du « juste milieu ». Être au milieu, c’est faire du surplace en essayant de contenter tout le monde, et de se contenter de tout. Ou de rien.

        Être au milieu, c’est comme ces gosses qui essaient d’avoir tout juste la moyenne dans TOUTES les matières. Pourquoi?

        Parce que si jamais ils ont une note en dessous de 10, papa va les gronder.

        Alors qu’au contraire, ils auraient tout à gagner pour leur avenir à délaisser complètement les matières qui ne les intéressent pas, pour se focaliser à fond – et EXCELLER – dans les matières qu’ils préfèrent.

        Celui qui a 18 de moyenne en Mathématiques et 2 moyenne en Histoire-Géo a bien plus de chance de bien réussir sa carrière professionnelle que celui qui a 10 dans ces 2 matières. Alors que leur moyenne est la même…

        Pourquoi? Parce que le premier pourra devenir un expert en Mathématiques. Alors que le second ne pourra probablement devenir un expert en rien.

        Et aujourd’hui, c’est l’expertise qui paie.

        Je pense qu’il faut procrastiner sur :

        > Tout ce qu’on n’a pas envie de faire
        > Tout ce qu’on aime pas
        > Tout ce qui nous ennuie
        > Tout ce qui nous énerve
        > Tout ce qui nous fait mal nous sentir

        Lorsqu’on remet à demain tout ce qui n’est pas vraiment important, on trouve ce qui nous plait vraiment. Et alors, on le fait. Sans contrepartie. Sans compromis. Sans juste milieu.

        Ce n’est pas de l’égoïsme. Au contraire. C’est se réaliser.

        Enfin, c’est comme cela que je vois les choses. Et aussi comme cela que je gère mes priorités. Et ma vie.

        Cédric

        • Karim@Mailing Liste Rentable 27 juin à 20 h 28 min

          Salut Cédric,

          Je suis complètement d’accord avec ton commentaire précédent. Mais, je parlais de « juste milieu » et de compromis dans le sens où il y a certaines choses auxquelles on peut difficilement échapper comme s’occuper de ses enfants (l’exemple de Sam).

          Sinon, je suis entièrement OK sur le fait qu’il faut se concentrer sur ce qu’on aime faire dans la vie et ce qui nous permet de nous accomplir et d’être heureux. J’en fais même une priorité.

          Bien amicalement,
          Karim

          • Cédric Vimeux 27 juin à 23 h 00 min

            Salut Karim,

            J’espère de tout coeur que les lecteurs de mon blog ne font pas partie de ceux qui cherchent à « échapper » à l’éducation de leurs enfants.

            Mon fils est l’un de mes 5 I. Mon I principal, pour dire vrai. Tout ce que je suis aujourd’hui, c’est grâce à lui.

            Et tout ce que je fais, c’est lui qui me l’inspire.

            L’exemple des enfants est un mauvais exemple. Ou en tout cas, un exemple que la carte mentale dans ma tête ne peut intégrer.

            Cédric

            PS:
            Mais j’ai parfaitement compris ton point de vue. Et je le rejoins dans une certaine mesure.

          • Des Trucs Pour Changer De Vie 28 juin à 5 h 58 min

            Je ne suis pas d’accord quand Cédric dit que l’exemple des enfants est un mauvais exemple. J’en ai une de 19 ans et l’autre de 13 ans. Jusqu’à un certain age, je dirais que « c’est un plaisir ». Là où ça se gâte, c’est la traversée de l’adolescence. Je ne sais pas quel age a ton fils. Mais tu verras au fil du temps que le « i » va se transformer…
            Je ne mets pas l’éducation de mes enfants de côté, bien au contraire. Je dis juste que cela devient parfois un fardeau et que sur ce point (mais ce n’est qu’un exemple) tu ne peux pas procrastiner. Où alors, c’est la cata !
            Quand en plus, comme moi, tu es séparé de la mère, et bien crois-moi, c’est hard !
            Je ne vais pas raconter ma vie perso, mais je me suis occupé un maximum de mes enfants malgré la séparation (et je continue). Je peux t’affirmer que c’est très lourd. Et parfois, j’aimerais bien faire autre chose et m’occuper un peu plus de ma pomme et de celle de ma compagne.
            Le problème, c’est que je ne peux et veux pas lâcher ces 2 enfants (maintenant surtout la plus jeune) car je ne veux pas que « ça se barre en vrille ».
            Ce n’est pas un mauvais exemple. C’est même un très bon exemple car emblèmatique de ce qu’on peut faire et ne pas faire.
            On dit souvent qu’il faut « assumer ». C’est ce que je fais. J’assume mes enfants. Seulement le temps n’est pas extensible. Et parfois, tu passes du merveilleux (naissance) à un peu moins merveilleux (évolution de la situation).
            Ceci dit, effectivement, il y a plein de trucs sur lesquels on peut procrastiner ;-)
            Amicalement,
            Sam

  • Davy@Blog WebMarketing 27 juin à 19 h 06 min

    Ça y est! Tu viens de contredire ton article sur la technique du bourrin!
    Et cet article est le bon, agir agir et encore agir, mais si et seulement si, les objectifs sont bien définis!

    • Cédric Vimeux 27 juin à 23 h 02 min

      Salut Davy,

      Je ne viens pas de me contredire, au contraire. Je viens d’appuyer davantage le doigt sur la plaie.

      1/ Trouver ce qui est important pour nous

      2/ Procrastiner sur tout ce qui ne l’est pas

      3/ Agir sans réfléchir sur ce qui est VRAIMENT important

      4/ Mesurer et adapter.

      ;-)

      Cédric

      • Davy@Blog WebMarketing 4 juillet à 4 h 23 min

        Je reste perplexe sur le « sans réflexion », plus l’objectif est bien défini et organisé, plus il est rapide et moins couteux à atteindre! (Par exemple, tes cartes mentales) Par contre pour en revenir à la procrastination, complétement d’accord! Dans le reste des commentaires j’ai pu lire que quelqu’un parlait d’obligations, d’où l’importance de déléguer, ce qui est obligé, mais que l’on souhaite ne plus faire!

  • Xavier@lecture rapide 27 juin à 19 h 49 min

    Un truc bizzare, je trouve: ce Fabio, s’il a dévoré des dizaines de livres sur le sujet, n’a-t-il pas constaté qu’en général, pour l’immense majorité, ils imposent d’abord au lecteur de se fixer des objectifs, et notamment une espèce de « grand but suprême » (je ne sais pas trop comment on traduit le « definite chief aim » de Napoleon Hill et consors).

    Du coup, logiquement, il aurait dû agir pour faire avancer les buts en question, lesquels étaient censés être rattachés à son grand but suprême.

    En agissant pour agir, il a loupé un truc il me semble :)

    • Cédric Vimeux 27 juin à 23 h 11 min

      Salut Xavier,

      et merci pour ton intervention, car tu appuies justement le doigt à l’endroit où ça fait mal.

      Beaucoup de gens font des choses parce qu’elles « estiment » devoir les faire. Mais en réalité, ce n’est pas vraiment important pour elles.

      Je vais juste prendre un exemple à la con. Je l’ai devant mes yeux tous les jours…

      Regarde chez toi, et fais l’inventaire de tes possessions. Et pose-toi honnêtement la question : « Est-ce que j’avais vraiment besoin d’acheter ce truc? »

      Tu verras dans de nombreux cas, la réponse est non. Tu aurais pu économiser cet argent pour acheter des choses vraiment importantes pour toi. Ou vivre des expériences qui t’auraient vraiment plu.

      Fais le même exercice vis à vis de tout ce que tu fais tous les jours. Tu verras qu’une grande majorité de tes « actions » ne sont peut-être pas si importantes que cela.

      Le « Fabio » dont je parle, me dit souvent qu’il a fait telle ou telle chose, mais que finalement, c’était du vent. Ca ne lui a pas permis de se sentir plus important. Et c’est cela que nous cherchons tous : nous sentir important.

      Cédric

  • Merry 27 juin à 20 h 08 min

    Bonsoir,

    Agir pour agir ne sert a rien

    Il faut avoir des objectifs et faire quelque chose chaque jour pour s’en rapprocher

    Si on doit procrastiner c’est sur des choses qui ne nous plaisent pas

    Amitiées

    • Cédric Vimeux 27 juin à 23 h 18 min

      Bonjour Merry,

      +1

      Cédric

  • Julien@conseil marketing 27 juin à 21 h 59 min

    Je suis assez d’accord avec toi, mais cet article me fait quand même réagir: c’est plus facile à dire qu’à faire ! Je ne parle pas de motivation mais d’obligations; car des obligations, tous le monde en a, plus ou moins ennuyeuses.

    Autant travailler sur soi pour accomplir plus de choses chaque jour, mieux cibler ses désirs, ses intérêts, son bonheur… tout cela est « facilement » (ce sont des gros guillemets ici !) faisable, mais toujours repousser ses obligations me semble très dur. Et même pour gagner sa vie avec WoW (ou autre chose), je pense qu’il y a un paquet d’obligations dont il faut se débarrasser avant toute chose.

    Tout comme tu dis réfléchissez à ce qui est vraiment important et repoussez tout le reste, je demande: réfléchissez à toutes vos obligations et imaginez que vous les repoussez toutes… indéfiniment…

    • Cédric Vimeux 27 juin à 23 h 16 min

      Bonjour Julien,

      Et merci de ton intervention.

      « Obligations ». Tu as lâché le mot et je t’en remercie.

      Effectivement, il y a le cas de « certaines » obligations. Mais ça doit (normalement) ne représenter que 5 nains au pays de 1000 géants.

      Obligations, c’est un terme assez large… Aurais-tu un exemple plus précis?

      Cédric

  • gugu@bienfait arret du tabac 27 juin à 23 h 01 min

    voici encore un article pour se creuser la tête
    merci cedric.

    Bon mes 5 I c’est quoi???

  • Stéphane@Sophrologie-exercice 28 juin à 9 h 31 min

    Bonjour Cédric,

    Avec cet article, tu touches du doigt ce qui est réellement important pour la réalisation de Soi : savoir ce que l’on veut être et accomplir.

    Si nous savons ce que nous voulons être et devenir, alors il ne reste plus qu’à nous organiser pour que nos actions aillent dans cette direction.

    Bien sûr il est possible de s’égarer et de faire des choses qui ne sont pas utiles à notre but.

    Mais si nous savons quel est notre objectif, alors à chaque fois que nous faisons le point, nous avons la possibilité de corriger et d’ajuster la trajectoire… et ce sont ces 3 choses qui sont primordiales :

    -> 1- Savoir qui l’on veut être et devenir, ce que l’on veut accomplir

    -> 2- Faire le point régulièrement pour voir où on en est et choisir de continuer à faire telle ou telle chose en fonction de son utilité pour atteindre notre but

    -> 3- Ajuster et corriger le tir si nécessaire pour se remettre dans la direction de l’objectif à atteindre

    Et bien sûr, il faut se donner les moyens d’atteindre notre but (combien d’entre-nous ont déjà vécu au moins une fois ;) le fait de vouloir faire quelques chose mais de ne pas s’en donner les moyens parce que… à cause de…

    Excellent journée.
    Stéphane

  • Stéphane@Sophrologie-exercice 28 juin à 9 h 33 min

    Bonjour Cédric,

    Avec cet article, tu touches du doigt ce qui est réellement important pour la réalisation de Soi : savoir ce que l’on veut être et accomplir.

    Si nous savons ce que nous voulons être et devenir, alors il ne reste plus qu’à nous organiser pour que nos actions aillent dans cette direction.

    Bien sûr il est possible de s’égarer et de faire des choses qui ne sont pas utiles à notre but.

    Mais si nous savons quel est notre objectif, alors à chaque fois que nous faisons le point, nous avons la possibilité de corriger et d’ajuster la trajectoire… et ce sont ces 3 choses qui sont primordiales :

    -> 1- Savoir qui l’on veut être et devenir, ce que l’on veut accomplir

    -> 2- Faire le point régulièrement pour voir où on en est et choisir de continuer à faire telle ou telle chose en fonction de son utilité pour atteindre notre but

    -> 3- Ajuster et corriger le tir si nécessaire pour se remettre dans la direction de l’objectif à atteindre

    Et bien sûr, il faut se donner les moyens d’atteindre notre but (combien d’entre-nous ont déjà vécu au moins une fois ;) le fait de vouloir faire quelques chose mais de ne pas s’en donner les moyens parce que… à cause de…

    Excellent journée.
    Stéphane

  • Xavier@Market Samurai 28 juin à 13 h 14 min

    Nouveau dans le monde du « Marketing sur Internet » je suis ce blog depuis quelques semaines … je crains malheureusement d’être un peu comme le Mario de l’exemple … je vais revoir pour limiter le nombre de mes objectifs et rester plus « focus » sur ceux-ci.

    En tout cas merci pour cet excellent article, je jetterais un œil sur la vidéo dès que je serais chez moi.

  • Jérôme@blog marketing 29 juin à 14 h 25 min

    Il est vrai que agir pour agir s’il n’y a aucun objectif derrière ca na sert pas à grand chose.
    Mais c’est comme tout, dès que l’on ne se fixe pas des objectifs clairs, précis et ateignables cela ne fonctionne pas…

  • Aimadnet@blog professionnel 7 juillet à 19 h 57 min

    Salut Cédric,
    Un bon article de ta part, que des bons conseils qui va nous permettre de gérer notre temps.
    Merci à vous !

    Aimad-Eddine

Post comment

real money casinos new zealand