Sep
3

Pourquoi votre blog n’a pas d’avenir


Ceci est un article invité écrit par Jean, voyageur à plein temps qui vit de ses sites web depuis 2003, et auteur du guide Travaillez en Slip.

Travaillez en slip, jean, webmarketing, junkie
Votre blog n’a pas d’avenir…

Il y a trois siècles à l’échelle du web, les portails et les sites perso régnaient en maîtres. Puis les forums les ont détrônés. Avant que les blogs ne les remplacent.

A leur tour, les réseaux sociaux ont gagné du terrain face aux blogs. En 2010, l’internaute moyen passait déjà 10% de son temps sur Facebook.

C’est une constante :  les plateformes changent. Demain, les mots WordPress et Facebook seront des souvenirs du bon vieux temps. Des reliques. Comme le sont en 2011 Multimania, Caramail, iFrance, et déjà Myspace.

Alors, votre site a t-il un avenir ? Rien n’est moins sûr.

De la même façon que les internautes ont délaissé les forums au profit des blogs, ils en viendront à oublier votre site et les autres. Pour une autre plateforme. Pour un autre support.

Par contre, votre message, lui, est plein d’avenir. Vos idées. Votre ligne éditoriale. Votre approche. À condition de ne pas les enfermer dans la soute d’un navire qui va et vient au gré des vagues, et qui se dirige dangereusement vers un iceberg. A condition de libérer vos contenus, et de ne plus limiter leur publication à votre seul blog.

Pourquoi bloguez-vous? Pour accumuler un maximum de visiteurs sur votre site? Certainement pas.

Vous bloguez peut-être pour partager vos idées. Ou vos découvertes. Vous bloguez peut-être pour gagner votre vie. Ou arrondir vos fins de mois. Vous bloguez peut-être pour faire connaître votre PME, et trouver des clients. Vous bloguez peut-être pour démarrer des discussions, et débattre sur un sujet qui vous tient à coeur.

La seule certitude, c’est que vous ne bloguez pas seulement pour qu’on visite votre site. Vos pages vues par jour ne sont pas une fin en soi. Vous ne cherchez pas l’audience pour l’audience, mais pour faire connaître votre message.

Alors pourquoi se limiter à un blog ? Pourquoi enfermer vos contenus dans une plateforme figée ?

En proposant vos articles sur d’autres sites, non seulement vous libérez vos contenus, mais vous touchez aussi des publics nouveaux. Qui n’auraient jamais entendu parler de votre message ni de votre nom si vous ne l’aviez pas fait.

En un mot, vous vous ouvrez au monde. Parce qu’il ne s’agit pas d’abandonner votre blog. Au contraire. Il s’agit d’être présent partout : à la fois chez vous, chez les autres, et dans les « lieux publics » comme les sites collaboratifs. Il s’agit de dissocier votre contenu de son support.

Reste le problème de la monétisation. Si vous gagnez votre vie en affichant des bannières publicitaires sur votre blog, il vous sera bien difficile de libérer vos contenus sans perdre de revenus.

A moins que vous n’en profitiez comme d’une aubaine pour créer (enfin) votre première ligne de produits. Formations, guides pratiques, outils en ligne, logiciels…

Non seulement vous allez probablement décupler vos revenus (c’est ce qui se passe en général quand un blogueur abandonne Adsense pour vendre ses propres créations à ses lecteurs), mais vous allez enfin vivre de « votre bébé ». De votre produit à vous. Plutôt que de publicités que vous ne contrôlez pas, et que vos lecteurs vous reprochent souvent.

Profitez de la rentrée pour prendre un nouveau départ !

Par Jean, voyageur à plein temps qui vit de ses sites web depuis 2003, et auteur du guide Travaillez en Slip.

Note de Cédric: Je vous invite VRAIMENT à télécharger et lire le livre Travaillez en Slip. Il bouscule certaines idées reçues, et démontre qu’il est réellement possible de vivre de sa passion. Et de bien gagner sa vie, en travaillant dans son salon, en slip.

Note de Cédric 2 : Je ne devrais pas le dire, mais il m’arrive souvent de travailler en slip (enfin, juste en caleçon…)

32 Comments to “Pourquoi votre blog n’a pas d’avenir”

  • Olivier@coaching d'entreprise 3 septembre à 10 h 26 min

    çà y est Jean s’est remis à écrire un peu partout: WED, Copywriting Pratique, ici, cool !

  • Quincey 3 septembre à 10 h 41 min

    Ton mode externalisé est vraiment pas mal !

    Ton petit historique du web est intéressant, c’est vrai que myspace & co finissent par complètement disparaitre.
    A nous de miser sur les plateformes et les moyens de se faire connaitre d’avenir !
    Et surtout, de ne pas rester sur nos anciennes bases.

  • Sam@Des Truc Pour Changer De Vie 3 septembre à 10 h 43 min

    Jean est vraiment génial. Il se démarque vraiment de la plupart des blogueurs. Son ton est très particulier mais il me plait car à la fois provocateur et plein de bon sens.

    Créer son premier produit est un palier important à franchir. Ce doit être une sensation géniale de le proposer. C’est dans un coin de mon esprit et ça se fera certainement dans un futur proche.

    Il faut entretenir la flamme, lire et lire encore, visionner des vidéos comme celle que propose Olivier Roland qui est allé interviewer Pat Flynn qui gagne 20 000$ par mois avec son blog et qui est un champion des revenus passifs.

    C’est également mon objectif, alors peut-être que le produit concernera le sujet…

    En tout cas, j’ai amorcé la « pompe à revenus passifs » après avoir erré pendant des mois sur le web. Un seul regret: ne pas avoir connu ce que je teste désormais sur mon Blog.

    Une de mes satisfactions est de voir certains lecteurs me remercier de leur avoir livré ces tests car évidemment ça élimine les erreurs, leur fait gagner beaucoup de temps et j’espère, améliore grandement leur situation. :)

    Travailler en slip n’est qu’une image choc utilisée par Jean, mais elle est suffisament suggestive pour amener ses lecteurs à en savoir plus et acheter ses produits. Au risque de me répéter, Jean est génial. Regardez une de ses vidéos, elles sont vraiment percutantes…

    Sam

  • etienne 3 septembre à 11 h 16 min

    Excellent article. Je le répète : excellent article
    Une vision ! Chapeau.

  • Emanuelle 3 septembre à 11 h 25 min

    Jean, toujours une voix originale dans l’immmense platitude du marketing web… Merci !

  • David@outils d'affiliation 3 septembre à 11 h 30 min

    Note de Cédric 2 : Je ne devrais pas le dire, mais il m’arrive souvent de travailler en slip (enfin, juste en caleçon…)

    :D moi aussi j’ai essayé il y a quelque jours, mais je suis mieux tout nu.

    Jean, merci pour cette analyse visionnaire !
    Elle nous ouvre les yeux sur l’importance de participer activement à la communauté internet.

    Au début, j’avais peur que l’on me pique mon contenu.
    Puis je me suis ouvert.

    Mais ce que tu nous affirme ici va beaucoup plus loin, et me fait un bien fou ! Il va falloir être encore plus créatif, et ça c’est une bonne chose.

  • gwenael de formeetminceur.net 3 septembre à 11 h 53 min

    Très bonne vision du web futur

  • Jean 3 septembre à 12 h 47 min

    Merci pour la publication !

  • aiki 3 septembre à 13 h 21 min

    Je trouve cet article intéressant et proche de la réalité des blogueurs et de leurs soucies et surtout concernant l’avenir de leurs blogues .

  • Léa 3 septembre à 13 h 23 min

    « De la même façon que les internautes ont délaissé les forums au profit des blogs, ils en viendront à oublier votre site et les autres. Pour une autre plateforme. Pour un autre support. »

    Il faudra s’adapter à ce que nous réserve le Web et ses évolutions. C’est vrai que d’ici quelques années on se demandera : « au fait, c’était quoi déjà WordPress ? »

    Ca fait du bien de voir Jean réapparaître en tant que blogueur invité ici et sur d’autres blogs tendances !

  • Marie-Noël@Les e-ditionsLABELVIE 3 septembre à 14 h 11 min

    Je suis allée vite voir à la fin de l’article espérant une belle longue liste d’endroits ou poster des articles et… mince, il n’y en avait pas: j’ai perdu la mienne, enfin, l’ébauche que j’en avais dans le gouffre de mon ordinateur!

    J’ai suivi le truc de Cédric: Mot clé puis « soumettre article » ! mais quelle jungle: s’inscrire (nouveau login, nouveau mot de passe), découvrir à chaque fois un nouveau mode de fonctionnement du site, les systèmes de chargemnet sont en anglais et je ne comprends pas tout. Pfffffffffffffffff! Je l’ai fait sur contenu-gratuit, ça allait plus ou moins. On verra les retombées.

    Bon week-end tout le monde

    Marie-Noël

    PS: et ce serait quoi le titre pour une fille: En tout cas pour moi ce serait « travailler en robe de chambre fushia! »

  • BK 3 septembre à 14 h 52 min

    Bonjour,

    Finie l’ère des paysans et des bourgeois ! Revoici le temps des nomades ! Nomades non seulement physiquement tout autour de la planète, mais dans l’esprit même du travail.

    Travail, d’ailleurs, n’est plus le terme idoine puisqu’il implique une entrave… aie ! (le travail était le pieu auquel on enchaînait l’esclave). L’évangile de Jean, lui, veut nous libérer de nos entraves. Plus de sites, plus de forums, plus de blogs, dans le giron desquels on s’installerait en fonctionnaires. Non, on dématérialise même le virtuel. On se déplace sans fin. On reprend vie.

    Allez ! Demain j’enlève le slip !

    Bernard

  • Yvon 3 septembre à 15 h 26 min

    Bonjour Jean

    Le fond de ton article est vrai. Demain, WordPress sera peut-être dépassé. Mais le « blog », lui, j’en doute un peu malgré tout.

    Car il ne faut pas oublier qu’un blog n’est qu’un site internet qui se met à jour plus facilement qu’un vrai site. Mais ça reste un site Internet. Comme un autre.

    Mon site Internet principal, celui qui me fait vivre depuis 2005, n’est ni un blog ni un forum. C’est un site web. Que je maintiens plus ou moins « d’actualité » au niveau du design, pour suivre les tendances, mais entre 2005 et maintenant, l’avènement des blogs, de facebook et de google n’ont rien changé au fait que ce site continue à faire son travail, et qu’il y a de grandes chances pour qu’il continue également de le faire dans les 10 prochaines années.

    Et donc, dans 20 ans, même si les blogs en général ne s’appelleront éventuellement plus comme ça, le contenu, lui, sera toujours là. Et il y aura toujours des sites Internet. Qui auront évolué, changé, tant au niveau du graphisme que du code… certes… Mais le contenu sera toujours là, lui…

    En outre, tu préconises l’externalisation comme remède. Mais si on suit ta logique et que les blogs sont effectivement amenés à disparaitre, et que tu externalises tes articles sur d’autres blogs, qu’est-ce que ça change ? Tes articles externalisés disparaitront également avec le blog sur lequel tu as écrit, non ?

    Je pense que le fait d’écrire ailleurs permet surtout de se faire connaître. C’est donc une solution au trafic, au même titre que les commentaires sur d’autres blogs.

    Mais il n’est pas encore possible de savoir ce qui va remplacer les blogs dans 2 ou 3 ans comme support à la mode, mais il sera bien temps à ce moment là de s’en inquiéter non ?

    Bon week-end

    Yvon

    • BK 3 septembre à 16 h 49 min

      Cher Yvon, comme il est rafraîchissant de t’apporter la contradiction ailleurs que sur ton blog.

      Contradiction, d’ailleurs, toute relative puisque j’apprécie tout autant les conseils de Jean que les tiens, mais d’une manière assez complémentaire. L’esprit des stratégies de Jean s’inscrit dans une dynamique de déstructuration ou, pour employer ses propres termes, de dématérialisation. Les tiennes sont au contraire plutôt structurées.

      Cela peut sembler plus s’opposer que se compléter, mais non ! Travailler sur Internet c’est un peu comme vivre au Japon, dans une région à forte sismicité. Là, les maisons traditionnelles sont construites en léger, car à tout moment elles peuvent être abattues par un tremblement de terre et devront être rapidement reconstruites. Et puis, il y a aussi les immeubles modernes disposant d’une technologie capable de leur permettre de résister aux tremblements de terre. Les deux options sont viables. Et elles composent le paysage japonnais.

      Je vais te dire le secret méconnu de l’arbre de la connaissance du bien et du mal (tu me remercieras plus tard). A l’origine, les mots hébreux Tov et Raa ne désignaient pas bien et mal, mais conservation et destruction. Ainsi les deux piliers de notre cognition et, par conséquent, de notre activité, sont la conservation et la destruction. L’un ne va pas sans l’autre.

      L’externalisation employée par Jean n’est qu’un des nombreux symptômes de la dynamique qui le pousse à déstructurer pour faire changer les choses, pour faire avancer le schmilblique. Mais, d’une manière plus générale, sans des efforts de structuration, comme les tiens, la déstructuration irait trop loin et désintégrerait le monde.

      Bien sûr, chacun d’entre nous se partage entre les forces du Tov et celles du Raa. Mais, par nature, nous nous dédions plutôt à l’un qu’à l’autre.

      Comme je dis toujours : chacun à sa place et le cochons seront bien gardés !

      Bernard

      • janette@illymity.com 4 septembre à 11 h 16 min

        Bonjour

        Et bien quelle magnifique analyse métaphysique !
        C’est excellent :)

        Cordialement

    • fabrice 7 septembre à 2 h 45 min

      Assez d’accord avec toi Yvon!

  • Sié Issa 3 septembre à 15 h 57 min

    Bonjour Jean,

    J’ai apprécié votre article. Vous avez un ton particulier et une manière originale de faire passer votre message.

    Et, oui! Vous avez tout à fait raison quand on voit les plate-formes d’autrefois qui ont perdu la quasi-totalité de leur audience au profit des nouveaux réseaux sociaux. Cela montre à quel point l’on doit s’investir pour faire passer son message.

    Cordialement,
    Sié Issa

  • Benoît@Coaching Vie Futée 3 septembre à 16 h 16 min

    Salut Jean et Cédric,

    Merci pour cet article qui aide à prendre du recul.
    Tout évolue vraiment vite, et surtout sur internet, il est bon
    de ne pas s’enfermer sur une seule plateforme et de diversifier sa
    présence sur internet de la même façon qu’il faut essayer de
    diversifier ses sources de trafic.

    D’une façon générale, toujours chercher à s’adapter et même
    à anticiper les changements possibles.
    Excellent !
    Benoît

  • Martin Turcotte@Gagner de l'argent sur internet 3 septembre à 17 h 48 min

    Bonjour Jean,

    Excellent article visionnaire, qui pousse à réflexion.

    Donc il est important de laisser sa trace un peu partout sur le web et surtout d’avoir une liste de prospects/clients afin de toujours les avoir près de nous et lorsque le blog deviendra mort, alors ceux-ci pourront nous suivre peut importe ou nous serons rendu.

    Ps: Moi aussi Cédric je suis fréquemment en bas de pyjamas ou en boxer mais jamais lorsque je fais une vidéo…. je me garde une petite gêne quand même :)

    Amicalement,
    Martin Turcotte

  • Davy@Webmarketing 3 septembre à 18 h 13 min

    Multimania, Caramail, iFrance, et Myspace, avait un marketing très mauvais, et ils n’ont pas su s’adapter à la demande de leurs clients. (Même si, ils étaient présents partout) Ils ont vu des nouveaux acteurs, et ils n’ont rien faits, ou très mal faits. Le support n’est pas un problème en soit, c’est l’entreprise qui s’en occupe. Je doute que Facebook va mourir de si tôt, beaucoup parlent d’un effet de mode, mais si ils continuent d’avoir de nouveaux clients très jeunes et de jouer sur les notifications, ils ont encore un bel avenir devant eux. Le blog qui n’a pas d’avenir, c’est un blog qui n’arrivera pas à faire la différence parmi les autres blogs de sa niche… Et un jour, des nouveaux acteurs vont arrivés, avec un blog innovant, et c’est là qu’il faudra réagir …

    • BK 3 septembre à 19 h 51 min

      Il y a le passé, que chacun analyse avec sa grille de lecture personnelle. Ce qui peut amener à des conclusions contradictoires. L’erreur serait de croire qu’une seule grille de lecture puisse rendre compte d’une réalité, toujours systémique.

      Il y a le présent, dont les médias nous donnent une image parcellaire et dont on fait une analyse souvent sans recul, puisqu’on a le nez dedans. L’erreur serait de croire que, sur une base aussi partielle et partiale, on puisse sérieusement présager de l’avenir.

      Et il y a l’avenir, que… l’on ne connaît pas. On ne se gène pas, bien sûr, pour lui donner la parole, comme on fait parler Dieu, ou les morts… Mais c’est juste là un exercice utile à nous rassurer quant à la fiabilité supposée de nos grilles de lecture.

      Qu’est-ce qui a fait la faillite de ceux qui ont disparu ? Certainement beaucoup plus de facteurs que leur seule non conformité aux fonctionnements auxquels nous croyons personnellement.

      Est-ce que le déclin présent des réseaux sociaux marque le premier pas vers leur disparition future, ou n’est-ce qu’un petit creux de vague ? Les paris sont faits. Mais un pari est tout le contraire d’une certitude.

      Que sera le web demain ? Je n’en sais rien. Tout ce que je sais, c’est que ça bouge, ça change, ça donne dans l’impermanence bouddhiste à fond les ballons à vous en donner le tournis. Et qu’il est bon, pour cette ultime raison, que quelqu’un comme Jean nous incite à la flexibilité et à une attente attentive.

      Bernard

  • Mokhtar 3 septembre à 19 h 28 min

    WordPress , Facebook , Twitter sont d’actualité aujourd’hui mais a mon avis , ils ne le seront plus dans 10-15 ans . En fait , je parle des blogs et des réseaux sociaux en général . Pourquoi ? parce que c’est internet qui se modifie chaque heure . Les tendances changent et il ya plusieurs effet de mode sur internet . On découvrira peut-être un nouveau modèle de site web qui révolutionnera Internet , et qui remplacera les réseaux sociaux tout ce qui est d’actualité en général aujourd’hui .

  • Thierry Valker 3 septembre à 19 h 37 min

    Ce n’est pas parce qu’on entend moins parler d’un réseau qu’il est définitivement mort. myspace par exemple en 2010 est quand même le deuxième réseau social le plus connu et encore devant twitter. D’aprè cette étude
    http://www.slideshare.net/stevenvanbelleghem/social-networks-around-the-world-2010
    51% des internautes sur facebook
    20 % des internautes sur myspace
    17 % sur twitter

    Certes myspace en a beaucoup perdu grâce à leur superbe stratégie de communication comme le dit Davy, mais ils sont toujours présents. Il y reste quand même la possibilité de toucher un immense public.

    Se renouveler bien sûr, mais ne pas oublier les anciennes sources de trafic pas forcément obsolètes.

  • judicael@astuces-economies 3 septembre à 19 h 52 min

    Bonjour,

    C’est vrai que comme partout, sur le web les modes changent également à la vitesse des changements dans la mode par exemple. D’ailleurs qui sait un jour peut être que les blogueurs abandonneront wordpress pour un autre CMS.

    En tout, cas je pense qu’il est plus difficile de faire disparaître un concept. Prendre garde à la concurrence est important pour ne pas faire tomber son blog aux oubliettes.

  • Thomas@marketing internet 4 septembre à 20 h 45 min

    Bonne réflexion. C’est sûr que ce n’est pas facile de changer de mode de fonctionnement et de poster son message sur d’autres supports. On cherche toujours à avoir un maximum de trafic chez soi pour se rassurer, se réconforter et surtout pouvoir suivre sa croissance. Après tout dépend de l’objectif que l’on se fixe.
    Et puis poster sur d’autres supports permet d’élargir sa visibilité et de mieux se faire connaitre. Et puis les quelques liens que ça rapporte sont toujours bénéfiques au référencement.

  • business-conception 5 septembre à 8 h 54 min

    Très bon article, merci jean.
    C’est clair que fut un temps où les forums était les références pour tous. Quand on voit maintenant ce que ça donne, pour n’en citer qu’un hardware.fr, qui part en sucette complet dés qu’un nouveau sujet est publié.

    Après je pense que les blogs ont tendance à être vu comme quelque chose de négatifs par beaucoup. Quand on dit blog, les gens pensent « vie privée ». Les gens se disent que l’on montre la dernière photo de notre chien, ou qu’on diffuse le dernier potin à la une du village. Alors que ce sont maintenant et surtout les réseaux sociaux qui ont prit cet aspect de vie privée au grand public et les blogs sont redevenus bien plus « professionnels »

    Enfin être sur tous les fronts à la fois, je pense que c’est la meilleure des solutions en effet. :)

    Merci pour cette petite piqure de rappel.

  • Le Marketeur Français 25 septembre à 13 h 42 min

    Je ne suis pas convaincu par ce conseil.
    Il est extrêmement risqué de « décentraliser » son marketing. Cette dispersion est une stratégie qui peut endommager le démarrage d’une nouvelle entreprise.

    Ce qu’il faut pour une nouvelle activité, c’est construire rapidement une audience et une clientèle fidèles. Cela ne peut pas se faire en jouant les saprophytes, sur « le terrain » et les ressources de plate-formes dont on n’a pas le contrôle.

    Aujourd’hui, miser sur Facebook ou Twitter est un mauvais choix, non pas parce que Twitter va s’écrouler, mais bien parce que la réflexion derrière a un défaut majeur : sur les réseaux sociaux, comme chez les hébergeurs « gratuits » de sites ou blog, vous n’êtes pas « chez vous ». C’est une entité extérieure qui possède vos données, les informations de vos clients, etc. Et ça, c’est un risque majeur pour une entreprise.

    Concernant « la mort des sites classiques », je ne comprends pas cette remarque :
    WMJ par exemple, s’apparente aujourd »hui davantage à un site classique qu’à un blog, et c’est certainement une stratégie bien pensée.

    Le proverbe « nul n’est prophète en son pays » ne s’applique pas sur Internet : au contraire, on ne peut se construire de véritables ressources à long terme sans posséder « son propre pays ».

    Sébastien

  • Fabrice 5 octobre à 8 h 32 min

    Bonjour

    Aujourd’hui, nous vivons dans un monde qui est sur une plaque instable dans tout les domaines.

    Il en est fini de vivre 20 ans avec un travail stable! encoire faut il aimer aller travailler en usine! Beurk!!!

    Le blogging, internet et bien plus encore de ce qui nous attend ds les années qui viennent est une façon acceptable de changer sa vie a 100%

    Oui ont le sait la France et les Français en général ont peur du changement, et franchment tant mieux, ça nous laisse de la place!

    Cordialement

    Fabrice

  • Damien 26 octobre à 14 h 33 min

    Blog très intéressant pour apprendre à vivre dans le changement.

    Par exemple, intéressant cette idée d’être partout à la fois en n’écrivant pas qu’uniquement pour son site ou blog, mais aussi en proposant sa plume à d’autres.

    Cela dit, je recule un peu devant la tâche. Je peux mettre facilement 3 à 4 heures pour écrire un articles. De plus si je le publie sur mon site, je ne le publierai pas ailleurs pour éviter les histoire de contenu dupliqué.

    Je pourrai éventuellement le réécrire autrement pour éviter ce problème, mais ça fait double travail.

    Enfin, j’ai essayé de bien organiser mon site pour que l’on y rendre sur plusieurs thèmes en fonction des mots clés choisis.

    Ce qui m’évite de gérer plusieurs sites et blog et me permet de booster mon site unique sur le plan de référencement. De ce point de vue, j’ai atteint mes objectifs.

    Aussi, ceux qui tentent d’occuper tous le terrains, je suppose qu’ils font cela à plein ou mi-temps ? Ou sinon, comment s’organisent-ils ?

    Pour voir ma prose :
    Coaching :

  • chems 26 octobre à 22 h 23 min

    un soulignement tres important, avoir SON blog ou ecrire sur soin blog e- sur d autres, c est comme avoir SON camion de transports, ou etre DANS les transports en general, la pernnite dans le 2eme cas a plus de chances…

  • Développement personnel 14 août à 10 h 31 min

    Salut Jean,

    Excellent article ! Vraiment.

    Et c’est bien vrai qu’utiliser les pubs Adsenses en espérant gagner sa vie grâce à ce biais est une cause perdue, à moins d’avoir des dizaines et dizaines de milliers de visiteurs par jour sur son site (et qui cliquent sur la bannière).

    Vendre son propre produit reste le meilleur moyen de gagner de l’argent.

    De plus, lorsque tu parle de libérer le contenu de son blog, il faut également savoir que publier des articles invités sur d’autres sites permet de décupler véritablement son audience. J’en ai fais l’expérience :-)

    Au plaisir de te lire,
    Hugo.

Post comment

real money casinos new zealand