Juil
27

Ce que le Joker dans Batman peut vous apprendre sur l’art de raconter des histoires


Avant d’aller voir le nouveau Batman, The Dark Knight Rises, j’ai rematé les deux premiers volets de la trilogie.

Particulièrement le second (The Dark Knight). Celui avec Health Ledger dans le rôle du Joker.

Fabuleux. Époustouflant !

Le Joker est un personnage fascinant.

On peut tirer de lui une véritable leçon sur l’art de raconter des histoires.

La voici :

le joker, batman, the dark knight, raconter des histoires, adapter son argumentaire à sa cible
Le Joker, version « The Dark Knight »

Quand le Joker parle de ses cicatrices…

Le Joker interprété par Health Ledger porte d’horribles cicatrices de chaque côté de la bouche.

Dans The Dark Knight, il raconte deux fois d’où lui viennent ces cicatrices… et donne à chaque fois une version différente.

Tenez, je vous les recopie.

Voici celle qu’il raconte à un gangster :

« Tu veux savoir d’où viennent ces cicatrices ? Mon père était un ivrogne… et un sadique ! Et un soir, alors qu’il est plus toc toc que d’habitude, maman chope le couteau de cuisine pour se défendre. Il n’apprécie pas. Il n’apprécie pas du tout. Ensuite… moi regardant, il lui enfonce le couteau dans un immense éclat de rire. Et il se tourne vers moi et il dit « Pourquoi cet air si sérieux ? ». Il s’approche avec sa lame. « Pourquoi cet air si sérieux ? ». Il m’enfonce la lame dans la bouche ! « Il faut mettre un petit sourire sur ce visage ! ». Et… pourquoi cet air si sérieux ? »

Et ici, celle qu’il raconte à l’ex petite amie de Batman :

« Dans le temps, j’avais une femme qui était magnifique, comme toi. Qui me disait que je ne devrais pas m’inquiéter autant… que je devrais sourire plus. Elle était accro aux jeux et elle s’est faite piéger par des requins. Un jour, ils lui ont lacéré le visage. On avait pas le fric pour la soigner. Elle l’a pas supportée… mais je voulais juste revoir son sourire. Je voulais juste qu’elle sache que je me fichais des cicatrices. Alors, je me suis collé un rasoir dans la bouche et… regarde ce que je me suis fait. Et tu sais… je lui ai donné l’envie de vomir. Et elle s’est envolée… Mais maintenant je vois le bon coté. Maintenant je peux sourire en permanence. »

Pourquoi je vous cite le Joker, et que peut-il vous apprendre sur l’art de raconter des histoires ?

C’est simple :

Voici le secret pour raconter des histoires qui font mouche à tous les coups

Pourquoi le Joker raconte-t-il deux histoires différentes ? Simplement parce qu’il s’adresse à deux personnes différentes.

Mettons-nous un instant à la place du Joker…

Quel est son objectif ? Pourquoi raconte-t-il ses histoires ?

Pour une seule raison : faire peur !

Et la meilleure façon pour donner un maximum d’impact à ses histoires, c’est de les adapter selon les personnes à qui il les raconte.

Regardez :

Lorsqu’il la raconte à un gangster, il explique que son père était alcoolique et violent.

Pourquoi ? Parce qu’il sait que la plupart de ceux qui tombent dans le grand banditisme ont souvent eu une enfance chaotique. Avec un père violent, alcoolique, et effrayant.

Même si le gangster en question semble n’avoir peur de rien, il est probable que l’image effrayante de son paternel continue de le hanter. De le terrifier.

Et le Joker en joue en racontant l’histoire de son propre père. Renvoyant ainsi inconsciemment aux terreurs enfouies du gangster. Celles de son enfance.

Et pour la version qu’il raconte à l’ex petite amie de Batman ?

C’est simple :

Le Joker sait que les femmes donnent une grande importante à l’amour. Nombreuses considèrent l’amour comme LA chose la plus importante et la belle au monde.

En expliquant comment il s’est entaillé la bouche par amour, le Joker fait un amalgame effrayant entre amour et folie.

Ce qui rend son histoire d’autant plus terrifiante. Surtout aux yeux d’une femme amoureuse.

Vous voyez où je veux en venir ?

Adaptez votre argumentaire à votre cible

Vous, vous ne cherchez bien évidemment pas à faire peur quand vous racontez une histoire. Ou quand vous écrivez un argumentaire de vente, ou un article de blog.

Mais l’idée reste la même :

Si vous voulez provoquer une réaction (un clic, un achat, une émotion), vous devez adapter votre argumentaire à votre cible.

Vous devez utiliser des mots qui lui parlent. Des mots qui la touchent. Des mots qui la font agir.

Le Joker l’a parfaitement compris. Il identifie les peurs profondes de ses cibles, et les utilise pour leur inventer à chacune une histoire sur mesure. Une histoire qui les terrifie.

La prochaine fois que vous raconterez une histoire ou écrirez un argumentaire, repensez au Joker, et posez-vous ces trois questions :

1. Qui est exactement ma cible ?

2. Quelle est la réaction que je cherche à provoquer chez elle ?

3. Que puis-je raconter pour provoquer cette réaction ? Et comment ?

Choisissez les bons mots, tirez sur les bonnes ficelles, et obtenez les réactions que vous avez décidées.

PS: Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en utilisant la barre de partage à gauche. Merci d’avance ;)

28 Comments to “Ce que le Joker dans Batman peut vous apprendre sur l’art de raconter des histoires”

  • MarieEve@creation de site web 27 juillet à 17 h 26 min

    Bonjour cédric,
    Cet article me rappelle ton histoire sur l’éléphant et les 7 sages… c’est la même morale, mais tu l’as illustrée avec une histoire tout à fait différente.

    Finalement, en faisant ainsi, tu appliques tes propres conseils: certains lecteurs seront sensibles à l’histoire de l’éléphant et d’autres à Batman.

    Bien joué ;)

    • Cédric Vimeux 27 juillet à 20 h 24 min

      Bonjour Marie-Eve,

      Exact, c’est le même conseil, mais d’un point de vue différent.

      On peut écrire une infinité d’articles à partir d’une même idée ;)

      Cédric

  • elmokhtar de entreprenarea.com 27 juillet à 17 h 40 min

    D’abord je te remercie Cédric pour cet article,

    Je suis pour le fait d’écrire des histoires sur-mesure pour notre lectorat.

    Mais J’ai comme-même une petite remarque:

    A chaque fois qu’on parle de l’effet des histoires sur les émotions des lecteurs on a tendance a tourner autour du même pot.

    Ca fait maintenant plusieurs mois que je suis fidèlement ce blog ainsi que d’autre blog de copywriting surtout. et malheureusement c’est la même chose qui se répète quand on parle des histoires comme ici:
    http://www.virtuose-marketing.com/les-mots-sont-des-armes-valentin-becmeur/
    ou ici
    http://www.virtuose-marketing.com/le-poids-des-histoires-le-choc-du-reel-ou-pourquoi-cedric-a-peut-etre-tort/

    Et bien d’autre exemples.
    j’avoue que ce sont des articles extraordinaires et inédits, mais je sens que il ‘ y a des répétitions dedans.

    Merci encore une fois Cédric.

    • Cédric Vimeux 27 juillet à 20 h 24 min

      Salut,

      Les deux articles que tu cites et celui d’aujourd’hui ne parlent pas exactement de la même chose…

      Cédric

  • Armén 27 juillet à 17 h 42 min

    Bonjour Cédric

    Un cours élémentaire de vente.Tu a raison Cédric.
    En effet que ça soit pour
    -écrire des argumentaires de vente pour un site
    -de mettre en pratique dans n’importe quelle type d’affaires hors ligne, lorsqu’on est amené à pratiquer la vente,SAV, relation client
    – et tout simplement de manière générale dans la vie courante dans tout rapports humains,
    il est primordial d’adapter son argumentaire à son prospect,client, interlocuteur, cible…
    Moi, j’appelle ça la psychologie des relations humaines.Je la pratique au quotidien et l’enseigne systématiquement lors de mes formations de vente.

    Très bonne manière de l’illustrer en tout les cas avec l’exemple du Joker

  • Des Trucs Pour Changer De Vie 27 juillet à 17 h 58 min

    J’avoue que en ce qui me concerne, j’ai horreur du Jocker. Bon, je sais, c’est fait exprès et il doit faire peur à des tas de gens.

    Et bien… je trouve que c’est réussi !

    Le contraste entre sa méchanceté et sa tête de clown fonctionne bien. Le méchant est méchant jusque dans ses apparences. C’est très américain et ça marche.

    Pour en venir au contenu de l’article, c’est vrai, on néglige souvent de s’adapter aux personnes auxquelles on s’adresse. A tort évidemment.

    Sans être péjoratif, il faut se mettre « au niveau » sinon c’est l’incompréhension.
    Je n’arrête pas de le dire à ma compagne qui a tendance à croire que tout le monde capte par exemple la subtilité. Ben non…

    Depuis qu’elle est « lourde » avec les « lourds », elle se fait beaucoup mieux comprendre et respecter. Elle « parle le même langage » et ça va mieux.

    Cerner à qui on a à faire n’est pas évident. Mais c’est indispensable.

    Sam

  • Johann@Méthode CREAT 27 juillet à 18 h 04 min

    J’ai déjà adoré le titre étant fan du Joker, et le contenu confirme la qualité du titre ! C’est vrai que tout storytelling doit avoir un objectif et surtout s’adapter à la cible.

  • Judicaël@revenu complémentaire 27 juillet à 18 h 08 min

    Salut à tous,

    Concernant les derniers Batman, il sont vraiment exceptionnels je trouve. Ce sont vraiment des films de très grande qualité et le dernier volet va surement cartonner vu le nombre de visionnage des BA.

    Pour en revenir à ton article, c’est en effet essentiel de s’adapter à son lectorat ou à sa cible. Ce qui est le plus difficile je trouve c’est de connaitre sa cible précisément. Un petit sondage permet parfois d’y voir plus clair.

    Salutations

  • Brigitte - Astropsychologie de Nostradamus 27 juillet à 18 h 23 min

    Vous avez raison, j’enregistre.

  • Andréa 27 juillet à 18 h 43 min

    Bonjour Cédric,

    J’applaudis la créativité : puisez un article et en conseil marketing dans The Dark Knight, c’est vraiment bien jouer.

    Chapeau !!!

    Andréa

    • Cédric Vimeux 27 juillet à 20 h 27 min

      Merci Andréa,

      J’aime bien prendre deux idées qui n’ont à priori rien à voir, et les relier.

      Cédric

  • Valéry 27 juillet à 20 h 18 min

    C’est aussi à cause de ce genre de film que des gens se prennent pour le joker et entre dans des cinémas pour tuer des gens dont un enfant de 6 ans…

    • Cédric Vimeux 27 juillet à 20 h 33 min

      Bonjour Valéry,

      Si James Holmes est entré dans ce cinéma et s’est mis à tirer sur tout le monde, ce n’est ni à cause du Joker, ni de Batman, ni du film en lui-même (ni aucun autre).

      La seule raison qui l’a poussé à faire cela se nomme : FOLIE.

      Ce gars est fou, c’est tout.

      Il faut arrêter de trouver des responsables là où il n’y en a pas (dans les films, les jeux vidéos…).

      Des gens étaient déjà fous et en tuaient d’autres bien avant l’apparition du cinéma…

      Bref…

      Merci d’éviter ce genre de commentaire ici.

      Cédric

      • Rodrigue@creation wordpress 28 juillet à 1 h 41 min

        Pour l’affaire Chambéry,

        Peut être que cet homme regardait aussi la Tv, ou lisait des livres… Hum

        Merci pour ton article, entre nous je préfère ce point de vue à celui des éléphants.

  • Didier 27 juillet à 22 h 34 min

    Article intéressant, Cédric.

    Il y a juste une petite chose qui me gène : Dans les 2 cas, le joker sait exactement ce qui fera mouche chez le gangster et chez la femme. Mais cela suppose, surtout pour le gangster, une bonne connaissance de sa cible et surtout des ressorts et des motivations qui l’anime.

    Cette connaissance de ces motifs profonds qui provoquent une émotion chez sa cible n’est pas si évidente à acquérir.

    Je sais définir ma cible (du point de vue « qualitatif’), mais de là à savoir de prime abord ce qui la motive…

  • Grégory@Bloguer facile 27 juillet à 23 h 18 min

    « raconter des histoires qui font mouchent à tous les coups » : pas besoin de mettre « ent » à mouche. Je pense qu’un e final suffira :-)

    Nous conseilles-tu d’écrire, pour un même produit, plusieurs pages selon la cible visée ?…

    Pour en revenir au cinéma, même si ce n’était qu’un support, je repense au film « USual suspects » où le méchant, Kayzer Soze, ou qq chose comme ça, a inventé de toute pièce une histoire pour créer sa légende et effrayer ses adversaires, ses partenaires, la police, …

    Encore un très bon film que je vous conseille grandement.

    • Cédric Vimeux 28 juillet à 18 h 31 min

      Merci Grégory,

      C’est corrigé.

      En fait, ce n’était pas la seule faute… J’ai publié la version « non-corrigée » de l’article…

      Cédric

  • Jean 27 juillet à 23 h 40 min

    Exemple original. Bravo pour la recherche de l’exemple et de l’analyse. Beaucoup ne se donne pas autant de peine

    • Cédric Vimeux 1 août à 16 h 04 min

      Merci Jean,

      Oui, l’originalité aide à sortir du lot ;)

      Cédric

  • Hind 28 juillet à 0 h 24 min

    Merci Cédric pour l’article. J’aime beaucoup l’idée.

  • Samuel@motivation-au-travail 28 juillet à 10 h 17 min

    Excellent article et excellente conclusion,

    Les 3 questions à la fin sont très pertinentes :

    1. Qui est exactement ma cible ?
    2. Quelle est la réaction que je cherche à provoquer chez elle ?
    3. Que puis-je raconter pour provoquer cette réaction ? Et comment ?

    Ou plus simplement :

    1. Qui ?
    2. Quoi ?
    3. Comment ?

    On gagnerait à se poser ces 3 questions avant toute action…

    Merci Cédric !

  • Julien Arcin@site de niche 28 juillet à 20 h 57 min

    De là l’intérêt de faire de la segmentation sur sa mailing liste alors, non ? Ou bien de bien comprendre ses lecteurs au préalable. En tout cas, même si j’aime beaucoup l’exemple que tu as utilisé pour cet article (le joker), il est loin d’être « optimiste » et « positif » ^^

  • Sébastien 9 août à 17 h 45 min

    Bonjour à tous,

    Pour ma part, je vais peut-être retenir l’idée de faire peur… Les déguisements pour halloween partiront peut-être plus vite ;-)

  • tetedu33 8 janvier à 20 h 24 min

    juste génial la trilogie et je kiff le joker

  • soso 4 février à 20 h 23 min

    Bonjour , Cédric

    J’avais une question a te poser est ce que tu pourra nous expliquer les costumes et les attributs de Joker s’ile te plait car j’en et vraiment besoin c’est pour un devoir car je ne trouve pas des explications sur les autres sites donc je voulais ton aide si cela ne vous dérange pas ?

    Merci j’attend ma réponse avec patient , A bientôt !!

Post comment

real money casinos new zealand