Jan
30

Trois leçons de réussite à tirer de l’histoire des Playmobils

Author Cédric Vimeux    Category Webmarketing     Tags

Si vous êtes de ma génération ou des générations suivantes, alors vous avez certainement joué aux Playmobils.

Peut-être y jouez-vous encore avec vos enfants.

Pourquoi je vous parle des Playmobils ? Pour deux raisons :

La première, c’est que le créateur des Playmobils, Hans Beck, nous a quittés il y a exactement 4 ans. Le 30 janvier 2009.

Cet article est une sorte d’hommage à celui qui a créé l’un de nos jouets favoris, à mon fils et moi.

La seconde, c’est qu’il est possible de tirer trois leçons de réussite de l’histoire de ces petits bonshommes en plastique.

Les voici :

hans beck, playmobil, réussir sur Internet, webmarketing
Hans Beck, le père des Playmobils

1. Savoir s’adapter

Dans les années 1950, le groupe à l’origine des Playmobils, Geobra Brandstätter, était l’un des plus grands fabricants au monde de hula-hoop. L’entreprise venait de renflouer ses caisses en surfant sur cette mode.

Puis arriva la crise pétrolière du début des années 70

Le prix de nombreuses matières premières explosa, et celui du plastique fut rapidement multiplié par 6. Le hula-hoop devint alors trop cher à produire, et amena l’entreprise au bord de la faillite.

C’est alors que Geobra Brandstätter demanda à l’un de ses ingénieurs, Hans Beck, de réfléchir à un nouveau jouet nécessitant beaucoup moins de plastique. Et c’est ainsi que les premiers Playmobils (un indien, un chevalier et un ouvrier de sentier) virent le jour…

Pour le business sur Internet, c’est pareil.

Le monde du webmarketing n’est pas figé. Au contraire, il est en perpétuel mouvement.

Parfois, les changements sont si minimes qu’ils passent inaperçus. D’autres fois, nous sommes confrontés à de véritables bouleversements. Des cataclysmes.

Les webentrepreneurs qui survivent sont ceux qui savent s’adapter.

Mais cela nécessite de…

2. Savoir observer

Le succès des Playmobils n’est pas dû au hasard, ni à la chance. Mais à l’extraordinaire faculté d’observation de Hans Beck.

Qu’a-t-il observé ? Les dessins que des enfants avaient envoyés à l’entreprise.

Et qu’a-t-il vu ? Des personnages en mouvement. Des histoires.

C’est ainsi qu’il eut l’idée de fabriquer les premières figurines articulées (à l’époque, il n’y avait que des soldats de plomb, figés), et de les faire à l’image des personnages que dessinaient les enfants. Leurs dessins devenaient réalité.

La leçon à en tirer pour votre business Internet ?

Soyez à l’écoute de vos lecteurs. Observez. Découvrez ce qu’ils aiment, ce qui les motive, ce qui les fait rêver. Et inspirez-vous-en pour créer vos articles, vos produits, et vos services.

3. Savoir rêver

Les Playmobils furent présentés au public pour le première fois en février 1974, lors du Salon international du jouet à Nuremberg.

Est-ce qu’il y eut un énorme engouement ? Est-ce que tout le monde tomba en amour pour ce nouveau jouet original ?

Non, que dalle. Au contraire, d’ailleurs…

Il fut extrêmement mal accueilli par la profession. Les critiques étaient unanimes : « C’est moche », « ça ne marchera jamais »… Personne n’y croyait, et Hans Beck s’en prit plein la tronche.

Ont-ils abandonné le Playmobil ? Ont-ils jeté leur rêve à la poubelle ? Vous savez que non.

Ils ont continué, jusqu’à ce qu’un grossiste néerlandais décide de leur faire confiance. Et passa la première commande.

Le reste de l’histoire, vous la connaissez…

La leçon à en tirer ?

N’écoutez jamais les briseurs de rêves. Continuez d’entretenir votre flamme, votre vision. Et persévérez.

Toutes les plus grandes réussites du monde ont commencé par un rêve.

N’oubliez jamais ceci : chacun peut réaliser ses rêves, à la condition d’entretenir sa faculté de rêver.

33 Comments to “Trois leçons de réussite à tirer de l’histoire des Playmobils”

  • anthony@carrosserie à cahors 30 janvier à 17 h 14 min

    A notre époque, il est encore plus probable qu’il faut croire dans ses reves. Mais c’est vrai que pour l’époque cela a du être difficile à avaler.
    Avec notre temps et les réussites fulgurantes qui se produisent assez souvent, on peut croire que notre reve pourrait prendre vie.

  • Grégory@virtuose2lavie 30 janvier à 17 h 55 min

    Salut Cédric,

    Les 3 sont indispensables bien sûr, mais j’ai une petite préférence pour ta 3ème leçon.

    Plus on lit des histoires inspirantes, plus on réalise qu’énormément des grandes réalisations de ce monde ont commencé par un rêve comme tu le dis, et se sont matérialisées grâce à la détermination sans faille de leur créateur.

    Le rêve doit constamment accompagner les actions permettant de le concrétiser. Et si celles-ci ont un peu trop tendance à nous ramener vers une réalité qui ne correspond pas au projet, alors rêvons plus fort, cela permet de continuer à agir !

  • Xavier@ club du succès Internet 30 janvier à 17 h 59 min

    Salut Cédric,

    Un excellent article d’auto-motivation.

    Les briseurs de rêves sont partout présents. Parce qu’il ont échoué quelque part, il pensent que cela est impossible pour tout le monde. Je viens de recevoir un chèque de 128 euros d’Amazon kindle alors que l’un d’eux m’a dit au début du mois « tu ne gagnera jamais rien avec ce truc là.

    N’écoutez jamais les briseurs de rêves. Continuez d’entretenir votre flamme, votre vision. Et persévérez.

    Toutes les plus grandes réussites du monde ont commencé par un rêve.

    N’oubliez jamais ceci : chacun peut réaliser ses rêves, à la condition d’entretenir sa faculté de rêver.

    Merci Cédric

    Amicalement,
    Xavier

  • Hafid @ bon plan internet 30 janvier à 18 h 14 min

    Bonjour,

    Je pense que tout le monde peut réussir à sa façon. Toutes les marques du monde et tous les milliardaires ont un jour commencé très bas et ont eu des critiques et des découragements. Pourtant, aujourd’hui les plus riches au monde ce sont les personnes qui ont rêvé et qui ont cru en leurs affaires et leur avenir.

    Merci pour l’article,

  • Charles@référencement-one 30 janvier à 18 h 28 min

    Hello

    D’une part un très grand entrepreneur et un modèle pour tous.

    Je tiens en plus à rajouter que encore une très grande partie de la fabrication s’effectue en Allemagne et je trouve ça génial une entreprise qui réussit sa mondialisation tout en gardant une attache locale.

    Encore une fois un très bon article

  • Clotilde 30 janvier à 19 h 10 min

    Bonjour a tous.

    Soyons bien d’accord, RÊVER oui, mais pas seulement rêvasser, souhaiter, espérer, penser que peut-être !!!!. En général c’est ce que font 98 % des gens qui disent rêver.

    RÊVER, il faut prendre cela très au sérieux et non comme quelque chose d’irréel.

    La vrai définition que l’expérience de 75 ans de vie m’a apprise c’est qu’il faut RÊVER EN SE PRENANT AU SERIEUX, y croire dur comme fer, ne se laisser démotiver, ni par dieu ni par le diable.

    Vous saurez que vous êtes sur la bonne voie lorsque autour de vous, vous entendrez dire :

    C’est à ce moment la que vous vous sentirez le plus en phase avec cette réalité, et que vous n’aurez jamais été aussi proche de la réalisation de vos objectifs.
    Cet à ce moment là qu’il ne faudra pas changer de cap et poursuivre vers le but que vous vous étiez fixés à l’origine.

    Tôt ou tard, vos efforts trouveront leur aboutissement et vous amèneront inévitablement sur la plus haute marche du podium.

    N’ayez surtout pas peur de RÊVER grand, car la réalisation d’un petit rêve n’apporte jamais de bien bien grande satisfactions.

    RÊVEZ, mais surtout AGISSEZ, car le rêve sans la réalisation, cela ne restera
    toujours que de la RÊVASSERIE !!!! {°¿°}

    Bien cordialement à tous.

    Clotilde
    secrets-meditations-3g.eu
    (en construction)

  • france 30 janvier à 19 h 18 min

    Merci Cedric., oui, observer le monde,etre flexible et Rever. effectivement suivre son reve et , pour le realiser travailler, faire ce qu’il faut, en confiance, Votre reve vous guide,c’est un ami.c’est un gardien,c’est un Maitre.
    rever c’est different de  » faire rever quelqu’un et lui faire croire que tout se realise magiquement, en deux coups de cuillere a pot….
    Votre reve vous donne cette energie qui est travail. patience, perseverance. Mais aussi cette intuition des chemins a suivre,cette intuition des « discours » a ecouter ou a fuir…..
    Rever c’est croire en soi. Un message qui nous est propre. une mission qui est la notre.
    rever c’est notre chemin.

  • Rodrigue 30 janvier à 20 h 00 min

    Je vois pas trop l’intérêt de l’article…

  • Comparatif poker 30 janvier à 21 h 44 min

    Mais comment savoir quand il faut se rendre à l’évidence qu’il faut au moins revoir sa théorie, sa pratique, son produit? Comment faire la part des choses entre la motivation/l’ambition et l’obstination?

    En tout cas bel exemple que sont les Playmobils, je ne savais pas qu’ils n’étaient pas partis pour plaire =)

    • Michel@Changer-Gagner 30 janvier à 22 h 29 min

      Il faut revoir sa manière de faire quand on essuie un échec.
      L’obstination c’est une vue de l’esprit. Les échecs sont des feedbacks.
      En tout cas il faut les voir comme cela.

      Il n’y a obstination que quand on tente N fois la même chose. Ce n’est pas le cas quand on essaie différemment pour atteindre le même objectif.

  • Thierry@blog marketing 30 janvier à 21 h 53 min

    Salut Cédric

    Je n’ai jamais écouté personne. Du moins ceux qui voulaient répondre à ma

  • Thierry@blog marketing 30 janvier à 21 h 56 min

    Désolé, erreur de manip.

    Je disais donc, je n’ai jamais écouté personne, du moins ceux qui répondaient à ma place ou voulaient répondre à ma place. Ca m’a toujours réussi, au grand dam de certains.

    Je ne suis pas prêt de changer de méthode.

    • Des Trucs Pour Changer De Vie 31 janvier à 11 h 40 min

      Ecouter, on peut toujours le fa

      • Des Trucs Pour Changer De Vie 31 janvier à 11 h 44 min

        Zut, ça a dérapé.
        Je disais qu’écouter, on peut toujours le faire. Après, en tenir compte ou pas, cela nous appartient.

        Je n’aime pas les « extrémismes » (toujours écouter ou au contraire ne jamais écouter).

        Ne jamais écouter ne me semble pas non plus une bonne solution. Savoir écouter les autres est une qualité. C’est ensuite que tout se joue. Il ne faut pas être influençable…

        Sam

  • Michel@Changer-Gagner 30 janvier à 22 h 27 min

    Moi, je reformulerait ces 3 qualités en :
    – flexibilité
    – créativité (savoir observer)
    – avoir un objectif (rêver).

    La flexibilité permet de s’adapter, et il est nécessaire d’observer pour être créatif. Il faut arriver à trouver des points communs à des choses dissemblables.

  • Mickaël@hypnosecret 31 janvier à 0 h 10 min

    Même si rêver est essentiel parfois il faut également savoir écouter les critiques ! Ça permet généralement d’avancer et de s’adapter à la cible.
    Les briseurs de rêves ont au moins le mérite de savoir parfois se remettre en question !

    • Olivier@Documents de communication 31 janvier à 1 h 00 min

      « N’écoutez jamais les briseurs de rêves. » : faudrait mettre cette phrase en plus gros dans l’article, en rouge ou je sais pas, mais la mettre encore plus en valeur tellement elle est importante.

      @Mickaël : « Les briseurs de rêves ont au moins le mérite de savoir parfois se remettre en question ! » : d’après ce que j’ai vu, les briseurs de rêves ne se remettent pas en question, ils vont d’échec en échec et pensent que c’est la même chose qui arrivera à tout le monde… c’est pour cela qu’ils se croient malins à tenter de briser les rêves des gens.

      • Julien@Vivre Paléo 5 février à 17 h 09 min

        Je pense que Mickael voulait dire:
        les briseurs de rêves permettent de nous remettre en question

        Évidemment quand ils émettent une critique constructive, auquel cas il ne sont plus des briseurs de rêves, non? ;-)

  • Samuel@motivation-au-travail.com 31 janvier à 0 h 55 min

    Héhé, encore une très belle métaphore.

    Tu es décidément un orfèvre en la matière. Merci Cédric !

    La métaphore, c’est justement le sujet de mon dernier article. Je me permet de joindre le lien ci-dessous :
    http://www.motivation-au-travail.com/motivation/et-vous-quelle-metaphore-utilisez-vous-pour-entretenir-votre-demotivation-au-travail

  • nicolas@bijoux-argent-vivalatina 31 janvier à 4 h 27 min

    La différence entre la réussite et l’échec: est-ce seulement la persévérance?
    Article très intéressant et motivant en plus d’être une belle histoire. J’aurais bien aimé avoir les détails de l’histoire ou bien un lien pour en savoir plus sur leur manière de gérer le rejet et de percer.

  • Alexandre 31 janvier à 6 h 25 min

    3:23, c’est la durée de la petite vidéo trouvée sur le net et qui raconte très bien le succès des playmobil :

    http://www.wat.tv/video/playmobil-chronique-succes-38mch_2i6xp_.html

    • Olivier@Grands vins Moulin à Vent 1 février à 12 h 56 min

      Merci Alexandre pour ce complément à l’article de Cédric. Par contre, je n’ai pas compris au tout début de la vidéo (à 0:04) : « ce jouet français »…

  • Caroline 31 janvier à 10 h 47 min

    Bonjour Cédric,
    J’aime beaucoup tes articles et tout autant les réactions intéressantes et constructives qu’ils suscitent. Ils font réfléchir dans le bon sens et ils constituent pour moi une bonne source de motivation! :) Merci

  • Didier 31 janvier à 11 h 21 min

    Tout ceci a l’air tellement simple !

    Y a plus qu’à…

  • christian@reussite 31 janvier à 12 h 29 min

    Tout ceci pour dire, un- il ne faut pas écouter les briseurs de rêve, et deux- écoutez les rêves de vos lecteurs. Les briseurs de rêve sont surtout ceux ou celles qui,quand vous parlez de travailler sur Internet, vous dissuadent en, çà ne marchera pas,alors que le montant d’achat sur le Net explose chaque année.
    Jalousie ou peur de votre réussite -je vous laisse répondre.
    Chacun a ses limites-les limites sont celles que chacun se donne.(de moi)
    Bonnre journée à tous.
    christian

  • thibaut 31 janvier à 14 h 57 min

    Top cet article. Simple, léger et agréable. Je prends note et m’en inspire pour les miens. En fait, je me rends compte qu’on est pas obligé d’être compliqué, profond pour être inspirant et écrire des articles agréables à lire.
    Merci et à bientôt,

  • Christian de Destresse Marketing 31 janvier à 16 h 16 min

    Salut Cédric,

    Je viens de voir un reportage sur RTL Belgique sur la fabrication des playmobils.

    C’est remarquable! Seul point noir pour l’industrie allemande, ils ont délocalisé en Sicile (charge beaucoup moins élevées).

    Ca doit être depuis qu’ils ont sorti le playmobil mafiosi.

    Et ce sont les ouvriers allemands qui ont fait un petit cauchemar.

    Bon, ça n’a rien à voir avec la leçon que donne l’article (quoique), c’était juste pour étaler ma confiture.

    @+
    Christian.

  • jacky@Dream Creator 31 janvier à 20 h 06 min

    Oui ! Stop aux briseurs de grêves heu… de rêves.
    C’est justement pour cette raison que j’ai décidé de muter en Dream creator.

    Ps Il manque Savoir aimer dans ta liste ;-)

    • Julien@Vivre Paléo 5 février à 17 h 15 min

      Ou bien au contraire : vive les briseurs de rêves !!!

      Ils nous permettent de nous renforcer, de nous booster pour ne pas abandonner.
      Enfin, c’est comme ça que je vois les choses.

      Ensuite cela reste un bon indicateur du succès à la fin du projet : plus il y a de briseurs de rêves, plus le projet est original/unique (puisque ça leur semble impossible)

  • MC@Muscler ses fesses 31 janvier à 23 h 02 min

    Bonsoir Cédric,

    Super article ! Je me demande toujours pourquoi est ce qu’on enseigne pas ces choses dès les bancs de l’école ? On nous enseigne que des leçons mais la culture de la réussite, on ne l’enseigne même que très rarement à partir de la 2ème année du cycle universitaire.

    Comme on le dit, il ne faut pas seulement rêver, il faut les vivre.

    Merci pour le partage, bonne continuation !

  • Eclairage par projecteur 1 février à 10 h 32 min

    Les briseurs de rêves sont toujours à l’affut, telle une maladie ils viennent vous saper le moral insidieusement, soyez prudent et fuyez les comme la peste, il faut mieux rester dans une dynamique positive et aussi savoir tirer parti de ses echecs et erreurs passés.

    ps : votre plugin keywordluv semble etre cassé.

  • Elisabeth@MaSEPmadit 2 février à 9 h 27 min

    Bonjour,
    Savoir réver… cela me parle : moi je rêve que la SEP n’est pas incurable comme on nous le laisse entendre dans le milieu médical et j’agis en conséquence car je suis tout à fait conscience que le rêve sans l’action n’est que révasserie pour citer Clotilde.
    Savoir observer… essentiel c’est à cette qualité que des grands (comme Galillée, Léonard de Vinci…) sont devenus ce que l’on sait.
    Savoir s’adapter… certes mais sans s’oublier sinon on risque gros (voir mon article sur l’hyperadaptabilité).
    Merci pour cet article succinct et pertinent !

  • nounou@Agence Web Tunisie 6 février à 16 h 44 min

    J’ai pas eu la chance de jouer aux Playmobils. Mais, certainement, je vais offrir cette chance à mes enfants si j’arrive à leur persuader. Et surtout, je veux leur faire comprendre les 3 leçons.

Post comment

real money casinos new zealand