Juil
5

Comment vendre un produit gratuit à 100 euros, sans arnaquer personne?


Quel est le point commun entre Larousse, Walt Disney et Christian Godefroy? Réponse :

Tous les 3 ont gagné plusieurs millions en créant des produits à partir de livres tombés dans le domaine public.

Et voici comment vous pouvez en faire autant :

Domaine public
Le domaine public : Une mine d’or !

Qu’est-ce que le domaine public?

Voici la définition que l’on trouve sur Wikipedia :

« En droit de la propriété intellectuelle, le domaine public est un statut sous lequel sont placés les biens intellectuels (oeuvres, inventions…) pour lesquels, au terme de leur durée de protection, il n’est plus nécessaire de demander une autorisation d’exploitation quelconque. »

Qu’est ce que cela signifie? Cela signifie tout simplement que lorsqu’une oeuvre est tombée dans le domaine public, vous pouvez en faire ce que vous voulez. Sans avoir de compte à personne. Sans devoir payer la moindre licence d’utilisation.

Le domaine public est une véritable mine d’or pour ceux qui savent l’utiliser.

Des exemples d’utilisation des oeuvres du domaine public

Saviez-vous que la maison d’édition Larousse s’est fait connaitre en rééditant des oeuvres appartenant au domaine public? Molière. Racine. Shakespear. Etc.

Et qu’en est-il des dessins animés de Walt Disney? Cendrillon. Peter Pan. Blanche Neige. Aladin. Etc.

Idem ! Des histoires appartenant au Domaine public que Walt Disney a repris sous forme de dessins animés.

Et possédez-vous La Science de la richesse en 17 leçons de Wallace D. Wattles? Il s’agit d’une adaptation audio du livre La Science de la richesse. Ce livre appartient domaine public.

Christian l’a repris. Il lui a donné de la valeur en en faisant une adaptation au format audio. Et il en a vendu des centaines d’exemplaires à 100 euros.

Est-ce de l’arnaque? NON ! Il ne vend pas le texte original. Mais une adaptation audio qu’il a lui même réalisée. De la même façon que Walt Disney vend des adaptations vidéos des textes de Perrault, Christian vend une adaptation audio du texte de Wattles.

D’ailleurs, la plupart des livres gratuits que vous trouvez au Club Positif sont des livres du domaine public que Christian a réédités au format ebook.

Pensez-y si vous cherchez des livres à offrir sur votre site

Comment savoir si une oeuvre appartient au domaine public?

Pour les oeuvres françaises…

Voici ce que dit l’article L. 123-1 du Code de la Propriété intellectuelle :

« L’auteur jouit, sa vie durant, du droit exclusif d’exploiter son œuvre sous quelque forme que ce soit et d’en tirer un profit pécuniaire. Au décès de l’auteur, ce droit persiste au bénéfice de ses ayants droit pendant l’année civile en cours et les soixante-dix années qui suivent ».

Conclusion? Une oeuvre littéraire française tombe dans le domaine public 70 ans après la mort de l’auteur. Donc, au moment où j’écris ces lignes, toutes les oeuvres littéraires françaises dont l’auteur est décédé avant 1941 appartiennent au domaine public.

Vous avez le droit de les reprendre en d’en faire tout ce que vous voulez, sous réserve du respect des droits moraux de l’auteur.

Pour les Oeuvres américaines…

Toutes les oeuvres littéraires américaines publiées AVANT 1923 appartiennent au domaine public. Ce qui est par exemple le cas du livre The Science of Getting Rich de Wallace D. Wattles que Christian Godefroy a réédité au format audio, et qu’il a intitulé La Science de la richesse en 17 leçons.

Où trouver des livres du domaine public?

Voici une petite liste de sites sur lesquels vous pouvez trouver des livres tombés dans le domaine public:

Attention : tous les livres que vous y trouvez ne sont pas tous dans le domaine public. C’est à vous de vérifier.

Vous trouverez beaucoup d’autres sites en cherchant sur Google.

Tout peut-il se vendre?

J’aimerais vous dire OUI, mais la réponse est NON.

Il y a 2 ans, j’ai essayé de vendre des contes pour enfants au format audio. Ce fut un fiasco monumental. Très peu de résultat.

De même, un de mes amis a essayé de vendre Les Fables de La Fontaine au format audio. Fiasco également.

Peut-être que les pages de vente n’étaient pas bonnes. Ou que notre approche commerciale était mauvaise. Ou peut-être que les gens n’en voulaient pas. Tout simplement.

Franchement, je ne sais pas !

Mais je pense qu’il vaut mieux se focaliser sur des livres qui résolvent des problèmes. Ou des livres ayant une promesse très forte, comme c’est le cas avec La Science de la richesse en 17 leçons.

Trouvez un bon livre. Donnez lui de la valeur en faisant son enregistrement audio – avec le logiciel gratuit Audacity par exemple – ou une formation en vidéo. Et vendez le 17, 47, ou même 97 euros. Ou plus.

Photo © Stasys Eidiejus – Fotolia.com

28 Comments to “Comment vendre un produit gratuit à 100 euros, sans arnaquer personne?”

  • Benoît@Coaching Vie Futée 5 juillet à 11 h 36 min

    Bonjour Cédric,

    Effectivement, c’est une idée intéressante, mais il ne faut faire attention à ne pas faire n’importe quoi et à bien se renseigner sur le texte qu’on a en sa possession.

    Pour une oeuvre en anglais par exemple, si l’oeuvre originale est dans le domaine public, la traduction ne l’est pas forcément…? Idem pour une réédition récente où il y aurait des modifications par rapport au texte original ?

    Si quelqu’un peut nous éclairer… :)

    Benoît

    • Davy@Blog WebMarketing 5 juillet à 17 h 32 min

      La traduction tombe dans le domaine public également, 50 ans après la mort du traducteur. Ou 50 ans, après la dite exploitation de la traduction, dans le cas où elle aurait était éditée après la mort du traducteur. Dans le cas contraire, il faut avoir les autorisations, et verser des royalties.

  • Daouda@Travail indépendant 5 juillet à 11 h 39 min

    salut Cédric.

    Voilà une très bonne astuce que presque n’importe qui peut faire. Pas besoin de compétence exceptionnel. Faut que je teste ça !

    Merci ! :)

    Daouda

  • Mik 5 juillet à 11 h 43 min

    Bonjour Cédric, J’ai commencé à lire ton blog depuis son début et chaque jour tu nous livres une véritable « caverne d’Alibaba » d’information. Alors que tu pourrais vendre celle-ci une petite fortune, tu préfères lès partager avec tes lecteurs.

    C’est vraiment formidable et c’est toujours un réel plaisirs de te lire.
    Bien amicalement,
    Mik

  • Karim@Mailing Liste Rentable 5 juillet à 11 h 48 min

    Alors là, merci Cédric. Cette liste de lien est une mine d’or que je vais m’empresser d’exploiter. L’image du Domaine Public était assez flou pour moi. Chose à présent résolue.

    A part cela, comment t’y prends-tu concrètement pour vérifier qu’un livre est bien dans le domaine public ?

    Bien amicalement,
    Karim

  • Janette-le développement personnel par le numérologie ésotériique et karmique 5 juillet à 11 h 56 min

    Bonjour Cédric

    Merci pour cet article qui répond à certaines questions que je me posais .
    Il en demeure pourtant une.
    Lorsqu’un livre est repris, ce nouveau propriétaire à l’air de vouloir écrire qu’il est interdit de le reprendre , de le diffuser, etc

    Pour reprendre ton exemple du club-positif, sur tous ces livres il est écrit qu’il est interdit de les reproduire.
    Qu’en est’il donc?

    Merci de la réponse que tu voudras bien nous donner.

    Bien Cordialement

  • Yvon@copywriting 5 juillet à 12 h 07 min

    Bonjour Cédric, et bonjour Janette

    Bravo Cédric pour cette liste. C’est en effet une vraie mine d’or.

    Et pour répondre à Janette en attendant que tu passes, alors voilà :

    Ce qui est « protégé et interdit de reproduire », c’est la version ADAPTEE. En gros, si tu traduis un texte anglais, et que tu le rends « français », avec des changements de phrases, de mots et de tournure, que tu y rajoutes quelques phrases de ton cru, alors, cela devient TON oeuvre, basée sur une oeuvre du domaine public.

    Il est généralement mieux de mettre le nom de l’auteur original pour un principe éthique mais surtout d’autorité (certains auteurs sont prestigieux et aideront à vendre l’ouvrage), mais légalement tu n’y es pas obligé.

    Voilà.

    Bonne journée

    Yvon

    • Cédric Vimeux 5 juillet à 18 h 01 min

      Merci Yvon pour cette réponse.

      Cédric

    • Janette@illymity.com 6 juillet à 19 h 42 min

      Merci beaucoup à tous les deux.
      Il faut donc toujours être sûr de traiter l’œuvre originale.
      Et donc soit faire une adaptation perso soit la diffuser en l’état.
      Oui moi aussi je pense qu’il est préférable de laisser les noms d’auteurs.

      Encore merci. Cela faisait un moment que je me posais la question
      Cordialement

      PS: j’ai aussi aimé l’idée prénom@ que j’ai installé sur mon blog.
      Merci à Cédric qui nous donne toujours des exemples très pro.
      Tu sais que c’est avec toi et Nicolas Lessafre, que j’ai appris tout le marketing internet. :)

    • Xavier@Market Samurai 10 juillet à 7 h 04 min

      Merci Yvon pour cette réponse qui éclaircit bien des choses et ouvre encore plus les possibilités. Merci Cédric pour le principe et la liste de liens que tu nous donne.

  • Olivier@coaching d'entreprise 5 juillet à 12 h 08 min

    Oui, tout peut se vendre pour répondre à ta question !
    il faut prendre soin de l’emballage’ qui doit être adapté à la cible…
    j’ai plusieurs amis qui ont des sites destinés aux enfants, quand
    on regarde le design, il est pas extra mais vu l’emplacement
    de ses pubs et les visiteurs qui passent sur le site, çà clique ..
    et donc ils gagnent leur vie !

    Je rajouterai qu’il y a d’excellents ouvrages dans le projet Gutenberg .. :-)

    @janette: pour répondre à ta question, Disney reprend les histoires originales
    que chacun peut reprendre, tombé dans le domaine public … tu peux reprendre les
    histoires aussi mais tu ne peux pas reprendre le travail de Disney sous quelque forme que ce soit…
    Genre si tu veux sortir en livre, les images du film, les droits ne t’appartiennent pas, pareil pour le Club Positif !

  • Thierry-Charles Chauvin 5 juillet à 12 h 20 min

    Merci Cédric pour ces informations pleines de bon sens que l’on connaît souvent mais auxquelles on ne pense pas forcément. Merci d’avoir synthétisé l’affaire et d’avoir présenté ça de manière simple et courte, avec en prime cette superbe liste de sources :-)

    Il est sûr que l’audio et la vidéo ajoutent beaucoup de valeur à l’oeuvre.

    Et comme souvent, Christian Godefroy donne l’exemple …

    Bonne journée !
    Thierry-C.

  • Gael 5 juillet à 12 h 28 min

    C’est vrai que ça peut être entre guillemets le « jackpot », d’ailleurs comme tu le dis si bien ça se fait dans le cinéma, mais aussi dans la musique où certains artistes reprennent des musiques très anciennes et les adaptent, souvent sans que personne n’en sache rien…

    Après c’est aussi un véritable travail à temps plein, car il faut trouver ces livres, les titres ne sont pas toujours évident donc il faut souvent au moins lire rapidement pour le comprendre. Ensuite il faut être capable d’y voir un potentiel… Puis l’adapter, créer l’offre commerciale etc… Bref c’est un travail tellement conséquent qu’il doit être délégué :)

  • Julien@conseil marketing 5 juillet à 13 h 22 min

    Excellente information ! Reste à savoir comment utiliser cette ressource de la bonne manière…

  • Sam@Des Trucs Pour Changer De Vie 5 juillet à 16 h 53 min

    Les liens donnés par Cédric sont précieux, c’est certain.
    Adapter des ouvrages libres de droits doit quand même être un sacré boulot. Trouver n’est pas évident. L’adapter n’est pas évident. Mais c’est vrai que ça peut en valoir la chandelle.
    C’est un sujet à creuser. Cela confirme que ce blog lui aussi est une véritable mine.
    On peut en ressortir avec un paquet d’outils.
    Amicalement,
    Sam

  • Davy@Blog WebMarketing 5 juillet à 17 h 27 min

    Très intéréssant!
    En effet il faut les trouver les livres et autres oeuvres du domaine public (Si je dis pas de connerie, c’est la même chose pour les films?)

    De nombreux films qui font l’object d’adaptation au cinéma, provienne de ce domaine public. C’est en quelque sorte le succès assuré, ce qui a fonctionné avant, c’est « presque » facile de le faire fonctionner aujourd’hui!

    En effet de nombreuses ressources dans le domaine public!

  • gwenael de formeetminceur.net 5 juillet à 17 h 41 min

    Le domaine public : un excellent moyen de se faire connaître sur la toile. Très bon article.

  • Nicolas Sterlest@ revenu-internet.com 6 juillet à 3 h 43 min

    Salut à tous,

    Je connais cette méthode depuis quelques temps déjà (et si je ne m’abuse, je crois même que c’est toi Cédric qui en avait parlé à l’époque) mais moi aussi j’ai connu un vrai fiasco. En même temps, c’était dans mes débuts et je n’avais aucune expérience et pour dire vrai la page de vente était vraiment horrible.

    Comme certains l’ont dit, avec une bonne approche, il y a un fort potentiel avec le domaine public et Christian en est la preuve vivante…

    Nicolas Sterlest

  • dom59@stage intensif 6 juillet à 9 h 23 min

    Bonjour,
    Sur un forum de marketing j’avais demandé comment un livre tomber dans le domaine public,
    La réponse fut beaucoup moins complète que toi donc bravo Cédric
    Un article de qualité, comme d’habitude

  • Agnès 6 juillet à 11 h 34 min

    Bonjour Cédric

    Merci pour ces informations de qualité… Justement, Christian Godefroy est en train de faire un superlancement avec les lettres de vente de Rober Collier. Il parlait justement du domaine public dans la vidéo d’aujourd’hui…

    étonnamment, même si les informations qu’il délivre sont intéressantes, j’en ai plus appris en lisant ton article qu’en regardant sa vidéo… :)

    Cordialement,
    Agnès

  • thierry@guideswordpressgratuit 28 juillet à 13 h 31 min

    c’est tellement vrai : je ne sais plus qui a dit « Les plus grands leaders sont ceux qui ont le plus copié  » ,

    christian godefroy est un orfévre en la matiére

  • Séduction par CCA 14 août à 16 h 14 min

    Salut Cédric,

    Encore une fois un article qui m’inspire pas mal d’idées, mais je ne vais pas me lancer dans cette aventure tout de suite, tout simplement parce que je pars en vacances dans deux jours, et je n’ai pas envie de laisser de nombreuses choses entamées.

    Mais c’est un article qui fait dorénavant parti de mes favoris ;-)

    Au plaisir de te lire,
    Hugo.

  • Serge 7 septembre à 9 h 59 min

    Bonjour a tous
    je vais tester sa ma l’aire pas mal maintenant faut voir en concret ce que sa donne
    merci

  • Adrien (H5ckFun) 23 mai à 14 h 02 min

    Salut !

    En effet cet article est très intéressant, je n’aurais jamais pensé que l’on peuvent faire de la vente de livre de cette sorte … :p

    C’est assez maso, mais une bonne page de vente ainsi qu’une bonne promotion peuvent faire l’affaire ! :)

    Bonne continuation, a ++.

  • Marie 23 février à 10 h 00 min

    Bonjour,

    Donc si je comprends bien il est impératif d’avoir un site internet pour diffuser ces livres audio (droit public)?

    Je suis une passionnée de la lecture, et j’aimerais me lancer dans cette aventure.si quelqu’un l’a fait merci de me donner quelques conseils.
    Ce que j’aimerais c’est mettre en ligne des livres audio à télécharger en cliquant sur un lien, car investir dans les CDs n’est pas évident et la plupart des lecteurs aujourd’hui utilisent les nouvelles technologies

  • Mary 13 janvier à 18 h 02 min

    Bonjour,

    Une question m’interpelle…

    Si plusieurs personnes revendent les mêmes livres, comment cela se passe ?
    si par ex j’en trouve un qui me plait, je décide de la diffuser mais quelqu’un l’a déjà fait avant moi…la personne va crier au plagiat ou a la copie !
    Comment faire dans ce cas ?
    Merci pour la réponse

  • Michel Weber 7 mai à 10 h 36 min

    Bonjour
    Je m’intéresse de près à ce que vous enseignez et je suis à 2 doigts d’acheter votre formation à 127€ par mois. Mais ce qui me trouble c’est cette notion de temps. Etant donné que c’est un prix « par mois » il faut, pour amortir, y travailler tous les jours. Or, on n’est pas toujours disponible ou on n’a pas toujours la tête à ça. En conclusion , si on n’étudie pas tous les jours, c’est de l’argent jeté. Quel est votre avis, à ce sujet ?
    Michel Weber

Post comment

real money casinos new zealand