Oct
8

La méthode DO IT, ou comment rester dans l’action même face à un problème


Je dis tout le temps qu’il ne faut jamais s’arrêter d’agir, mais parfois un obstacle ou un problème nous bloque. Il nous empêche d’avancer. D’agir.

Voici une méthode anglo-saxonne pour trouver des solutions rapides à vos problèmes, et rester dans l’action, quoi qu’il arrive.

Elle se nomme la méthode DO IT, signifiant :

  • Définir le problème
  • Ouvrir son esprit à toutes les solutions
  • Identifier la meilleure solution
  • Transformer la solution en actions précises

Voici le détail :

méthode do it, technique de créativité, trouver des idées

Définir le problème

C’est sans aucun doute l’étape la plus importante.

Vous connaissez l’adage « Un  problème bien énoncé est déjà à moitié résolu.

L’étape consiste à vérifier que vous vous attaquez bien au problème et non à l’un de ses symptômes.

Si vous avez une grippe, vous avez mal à la gorge. La grippe, c’est le problème. Le mal de gorge, c’est un des symptômes. Vous ne guérissez pas de la grippe en prenant des cachets contre le mal de gorge, mais des cachets contre la grippe.

Ouvrir son esprit à toutes les solutions

La plupart des gens a tendance à valider la première solution qui leur vient à l’esprit. Celle qui semble la plus logique, mais c’est rarement la meilleure.

La méthode DO IT vous propose de faire l’inverse : trouver un maximum de solutions. Personnellement, je fais cela sur une carte heuristique.

Générez un maximum de solutions en suivant les 4 règles de bases d’un bon brainstorming :

1. Le jugement est suspendu. Vous ne critiquez aucune de vos solutions.

2. La quantité prime sur la qualité. Plus vous trouvez de solutions et vos chances de trouver la meilleure augmentent.

3. Toutes les idées sont acceptées. Et particulièrement si elles semblent farfelues. Pourquoi ? Parce que derrière une idée farfelue se cachent souvent d’autres idées exploitables…

4. La démultiplication est encouragée. Vous trouvez de nouvelles solutions à partir de celles que vous avez déjà.

Le but, c’est vraiment de trouver un maximum de solution. Puis…

Identifier la meilleure solution

Sélectionnez enfin la meilleure des solutions.

Si le choix vous semble difficile, si vous hésitez entre plusieurs, alors développez-les davantage.

Vous finirez par identifier celle qui semble la plus efficace, la plus simple et la plus rapide.

Transformer la solution en actions précises

Après avoir identifié la meilleure solution, mettez en place un plan d’action précis pour la réaliser. Etape par étape, pas à pas.

Découpez les étapes difficiles en petites étapes simples.

Votre but : obtenir une liste de tâches faciles à réaliser, et que vous pourrez commencer maintenant, tout de suite.

La méthode DO IT est très bonne méthode pour rester dans l’action.

Vous définissez le problème, vous trouvez un maximum de solutions, vous sélectionnez la meilleure et vous la transformez en plan d’action.

Utilisez la méthode DO IT à chaque fois que vous serez face à un problème.

Photo © coramax – Fotolia.com

25 Comments to “La méthode DO IT, ou comment rester dans l’action même face à un problème”

  • Fred du blog "Ecrire... et s'enrichir !" 8 octobre à 18 h 23 min

    Très bon article.
    J’ajouterais qu’il est souhaitable de traiter le problème à plusieurs. Car on ne pense pas toujours à toutes les solutions seul. L’analyse et les décisions sont plus faciles lorsqu’on est au moins deux.
    De manière générale, des avis extérieurs sont toujours bons à prendre, voire souvent meilleurs.
    A bientôt, Fred

  • Sylvie Laflamme 8 octobre à 18 h 27 min

    Excellent article encore une fois Cédric,

    DO IT ! Quel beau titre pour cette méthode! Effectivement le plus difficile est de résister à l’envie de prendre la première idée car bien souvent le temps presse. Quand l’hypothèque et les créanciers se sont fait dire que les sous arriveront d’ici la fin de la semaine et que les revenus ne sont pas au rendez-vous c’est la crise. Dans un état de crise, personne ne parvient à raisonner sagement sauf s’il est vraiment très solide.

    Cette méthode nous fait prendre du recul. Bien des entreprenautes devraient s’y appliquer avant de plonger rapidement dans la traduction de produits anglophones qui ne parviennent même pas à rapporter à leur auteur de quoi compenser le temps pris à les créer.

    J’adore ta diversité et ton objectif de nous fournir des contenus qui font réfléchir et nous poussent à réagir. Merci encore et toujours Cédric !

    (Retire ce prochain paragraphe s’il ne convient pas ou s’il est indésirable.)

    En passant, qu’attends-tu pour me donner le lien de ta PCM que je l’ajoute sur jvfrancophone.com ? Je passe le mot à tout le monde, si vous avez une chaîne vidéo peu importe où, si vous avez plus d’une liste, faites-moi signe pour que je vous ajoute sur ce site qui est conçu pour vous aider à vous faire connaître. C’est gratuit!

  • Benjamin Challoy@Comment-Faire-Blog 8 octobre à 19 h 03 min

    Tiens j’ai l’impression de revivre mon devoir de synthèse de cette après-midi, pourtant j’ai eu beau écrire un maximum de solution … bah ça n’a rien fait ^^

    Sinon, il est vrai que définir le problème est vraiment important, ça nous permet de savoir ce que l’on cherche déjà !
    C’est le même principe que lorsqu’on se lance dans la création d’un blog, il faut savoir quels sont les objectifs de celui-ci ! Sinon on ne sait pas dans quelle direction allez ! Et puis on reste béa devant son clavier et à se dire qu’on y arrivera jamais … Mais si ! Tout le monde est capable ! et puis tout problème à une solution ! :)

    Enfin sauf certains … petite pensée au prix nobel qui sont en train d’être délivré en ce moment ^^, certains problèmes n’ont toujours pas trouvés leurs solutions :)

  • Florent 8 octobre à 20 h 04 min

    Ce modèle fait rêver par sa simplicité… Mais il ne fonctionne pas.
    C’est exactement le modèle qui est utilisé dans 99% des entreprises. Dès qu’il y a un problème, on va tenter de trouver une solution et on va mettre en place un plan d’action.

    Quand tu dis qu’il faut bien poser le problème, c’est effectivement un point important, mais cela ne suffit pas à trouver des solutions. D’ailleurs, quand on pose un problème on parle davantage des solutions que des problèmes. Il nous faudrait un budget plus important, il nous faudrait du personnel en plus, il faudrait changer d’ERP… Bref rien que de poser le problème c’est déjà quelque chose d’énorme. N’oublions pas aussi de nous appuyer sur des éléments factuels pour s’assurer du problème… Voilà encore un petit fil qui laisse apparaitre toute une palanquée de problème sur la fiabilité de la mesure…

    Mais une fois qu’il est posé, il faut encore comprendre l’origine du problème. Et là encore, je trouve le modèle DO IT un peu light. La recherche des causes racines n’est pas une mince affaire.

    Quand on parle de séance de créativité, là aussi il faut savoir que l’on s’aventure dans quelque chose de conséquent.

    Enfin, le plan d’action n’est pas très important… Ce qui est plus important c’est de contrôler son efficacité dans le temps et de l’amender si nécessaire.

    Bref, je trouve le modèle DO IT très bien fait pour son côté mnémotechnique… Mais je trouve aussi qu’il cache une complexité dont on ne peut pas se passer pour résoudre durablement des problèmes.

    Pour les petits irritants du quotidien ce genre d’approche suffit, mais pour les problèmes plus robustes dont tu faisais part, j’opterais davantage pour un bon vieux DMAIC (Définir, Mesurer, Analyser, Innover, Controler) ;-)

    Au plaisir de te lire.
    Florent.

    • Michel@Changer-Gagner 8 octobre à 21 h 45 min

      @Florent, que ce soit Do It ou une autre méthode, se mettre autour d’une table et chercher les root causes est toujours une bonne chose.

      Les séances de brainstorming pour trouver des roots causes, puis sélectionner des solutions possibles est une bonne méthode.

      Il faut surtout vérifier que cela marche (feedback) et changer de solution quand cela ne marche pas (flexibilité).

      • Florent 9 octobre à 11 h 27 min

        Je suis d’accord Michel, mais c’est rarement en se mettant autour d’une table que l’on s’attaque au problème. Trop souvent chacun se limite à dire ce qu’il pense du sujet, mais on va rarement prendre assez de temps pour partager une vision commune du problème.

        Je ne dis pas que DO IT est une mauvaise méthode, je dis simplement que par sa simplicité elle cache une complexité inhérente à la résolution de problème… ;-)

        Au plaisir de te lire.
        Florent.

    • Anne 11 octobre à 9 h 59 min

      Bonjour,

      Cette méthode est efficace pour un premier tri, une première vision de l’ensemble, mais n’est certes pas suffisante., j’opterai plus vers la méthode DMAIC.
      Il est important de se poser des questions pour avancer , une entreprise s est comme un skipper des mers sauf qu il est constamment dans une optique de course et le cap n’est pas toujours celui auquel on avait fait des calculs précis, il faut réajuster pour faire face aux mauvais temps,.
      BOn voyage à tous et bon vent
      Anne

  • Francis 8 octobre à 20 h 11 min

    Bonsoir

    Excellent article. Inspirant. Cette méthode me fait penser à la méthode d’Entrainement Mental que j’ai étudié dans les années 80 à Peuple et Culture.

    L’étape la plus difficile selon moi est l’identification de la solution. Je ressens mieux l’action.

    Francis

  • Valentin Coach Éloquence 8 octobre à 21 h 25 min

    Faire, faire, il faut faire ! Faire n’importe quoi, mais FAIRE quelque chose ! Vive le do-isme ! :-)

    Super méthode, j’apprécie toujours ce genre de formules mnémotechniques.

  • Jean-Marie 8 octobre à 21 h 49 min

    Bonjour Cédric

    Encore une fois un très bon article. Contenu enrichissant.

    Jean-Marie

  • Alexandra@L'univers de l'attraction 8 octobre à 23 h 06 min

    A l’ouverture de l’email que j’ai reçu, je pensais que tu allais nous parler de quelque chose en rapport avec la marque Nike à cause du slogan « Just do it » ^^
    Comme quoi ce slogan est tellement ancré dans nos mémoires qu’un rien peut nous y faire penser :D

  • Victor@reussirmondroit 8 octobre à 23 h 35 min

    Bonjour Cédric, cette méthode Do it me fait tout bonnement penser à un principe dégage par Dale Carnegie dans son livre « Comment dominer le stress et les soucis ». Comme le disait Florent, cette méthode est davantage valable à titre personnel pour les particuliers mais sans doute moins dans les entreprises.

  • Johann@CREAT Method 9 octobre à 1 h 28 min

    Bonjour Cédric,

    Ta méthode est bien dans l’idée de la Méthode C.R.E.A.T. que j’applique moi :)
    C: Concentration pour être créatif
    R: Reflexion sur le problème ou le challenge
    E : Exploration des différentes idées et solutions
    A: Analyse pour faire le tri et sélectionner
    T: Transformation en action :)

    Les grands esprits se rencontrent :p

    • Benjamin Challoy@Comment-Faire-Blog 9 octobre à 20 h 44 min

      Pour ma part c’est ce que j’utilise lors de mes devoirs surveillés ;), étant en classe préparatoire pour école d’ingénieur, il nous faut beaucoup de concentration pour arriver à faire quelque chose de cohérent, pour être crédible.

      Bonne méthode, que je n’avais jamais vu sous cette forme CREAT :)

  • Diabaide 9 octobre à 1 h 34 min

    Bonjour Cédric,

    Encore une fois, on ne sait comment vous vous prenez pour nous sortir des sujets qui sont mêmes la préoccupation majeure des blogueuses et blogueurs… Chapeau!

    Oui tout ça, c’est très beau, mais le plus difficile, c’est justement de passer à l’action qui reste une action difficilement difficile à entreprendre…

    Maintenant, le prélude reste le déclic qui anime toute personne cherchant à trouver le chemin le plus court à un problème…

    Signé, Diabaide

  • Fabien Henon@Prestations web 9 octobre à 9 h 43 min

    C’est une technique que l’on utilise constamment en informatique car des problèmes il y en a tout le temps dans le code et des solutions il y en a toujours plusieurs. On s’efforce alors de trouver la solution donnant le meilleur compromis.

    Merci pour l’article

  • Grégory@Organisation personnelle 9 octobre à 9 h 43 min

    J’aime beaucoup les méthodes simples qu’on peut se rappeler avec un acronyme aussi simple que la méthode elle-même.

    Cette méthode me semble surtout efficace, d’autant qu’elle a le mérite de nous inciter à sortir des ornières habituelles et à trouver des remèdes nouveaux à la place de ceux qu’on peut utiliser/appliquer de façon automatique.

    À appliquer bien sur pour les problèmes nouveaux, mais aussi pour les problèmes récurrents.

  • Anges 9 octobre à 11 h 48 min

    Excellent article, l’action reste le moyen le plus sure dans la réussite! et transformé un problème en opportunité c’est encore bien! je pense aussi qu’un bon programme ou plan de solution reste à envisagé pour le succès de l’action avenir. rien n’est facile sans programme viable défini. merci pour les millier de conseils

  • Thibault@Comment Rentabiliser son Site Web 9 octobre à 12 h 24 min

    Très bon article.

    Tu livre en détail une méthode vraiment efficace pour avancer rapidement dans ses projets et éviter de céder à la procrastination quand on se retrouve face à un problème qui bloque l’avancée du projet.

    De manière générale, l’action sera toujours l’une des composantes majeurs qui fera la différence entre ceux qui réussissent et ceux qui n’atteindront pas leurs objectifs. Encore faut-il qu’elle soit structurée intelligemment comme c’est le cas avec cette méthode. ;)

  • Rodrigue@restaurant bord de mer calais 9 octobre à 18 h 03 min

    Cumulé aux actions que nous conseil Jack Canfield (encore merci Cédric pour le cadeau) et ces actions transformées en positif vous ferons évoluer rapido.

  • xavier 9 octobre à 21 h 34 min

    Bonjour Cédric;
    Pourrais tu développer une réponse ici ou dans un autre article ce point qui pour moi me parait crucial: Le choix de la meilleure solution?
    Autant au niveau créativité mes fonctions d’explorateur d’idées et de découvreurs de solutions m’indique que je suis plutôt prolixe…autant quand il s’agit de trouver ..;Identifier la meilleure solution…je suis davantage en difficulté: Je bute sur le moyens de faire les meilleur choix.
    Comment fais tu ? As tu une méthode particulières un système de scoring ou autre?

    Cela afin de sélectionner la meilleure des solutions?

    Si le choix me semble comme souvent difficile,et comme j’ hésite entre plusieurs solution , j’aurai aimé savoir :  » qu’entends tu par développer davantage » ?

    Voici les questions qui me pressent quand
    je veux passer à la pratique en suivant tes conseils.
    (methode do it and…..The best choice …. how do it ;) ))

    Je te souhaite ..un belle soirée..emplie de Do-it réussis….
    Xavier

  • JN@http://www.jnconseil.com 10 octobre à 11 h 26 min

    Je dirai même, notez les solutions qui ne marchent pas, car si on sait qu’elle ne marche pas on peu passer à autre chose, mieux vaux une mauvaise décision que pas de décision du tout ! tel est ma devise.

  • daniela@lefuturquejemerite 22 octobre à 19 h 34 min

    Méthode DO IT cela me va très bien puisque le meilleur antidote contre les tracasseries diverses ,ou les vrais grands problèmes reste l’action.
    Le fait d’expliciter le problème c’ est déjà faire un grand pas en avant . Une des premières choses à faire me parait être de l’écrire .Cela permet de « poser » les faits .
    Parfois de découvrir par la même de faux problèmes. Aligner les différentes solutions qui se présentent , une bonne nuit de sommeil par dessus et souvent cela suffit .
    Pour passer définitivement à l’action ce qui m’a toujours aidée c’est d’imaginer le pire qui puisse arriver et souvent le pire qui puisse arriver c’est dans l’inaction ..alors DO IT

  • Moumine@marketing-efficace 15 novembre à 0 h 22 min

    Cool cette méthode DO IT très bien puisqu’elle facilite plusieurs contraintes .
    Un problème à une solution . Une des premières choses à faire c’est de ce dire que si un probleme a une solution il ne sert a rien de s’en inquieté .
    Certains problèmes ne sont pas des problemes.Certaine solution non pas de probleme ; il faut les en trouver? .
    L’action qui n’aide jamais est d’imaginer le pire possible ..alors DO IT

  • ben 30 mars à 0 h 38 min

    article tres interressant mais je voulais que vous puissiez me donner un rxeùple concret sur cette methode?

Post comment

real money casinos new zealand