Août
9

Comment atteindre des objectifs soit-disant irréalistes? L’exemple de Jack Canfield


Cet article est plus long que ceux que j’ai l’habitude d’écrire. C’est parce que j’y parle d’un de mes héros : Jack Canfield

J’étudie sa vie et ses livres depuis maintenant plus d’un an. Et il m’a littéralement modifié. Transformé. Métamorphosé. Je ne suis plus le même homme depuis que je suis à la lettre ses principes du succès.

Vous connaissez sans doute un peu son histoire – surtout si vous avez vu le film Le Secret de Rhonda Byrne – mais j’aimerais aujourd’hui entrer un peu plus dans le détail.

Voici comment Jack Canfield a réalisé un objectif soi-disant « irréaliste », et comment vous pouvez vous en inspirer pour réaliser les vôtres :

Jack Canfield, le secret
Jack Canfield

Rencontre avec son mentor

Lorsque Jack Canfield a rencontré son premier mentor, le millionnaire Clement Stone, ce dernier lui a dit :

« Je veux que tu te donnes un objectif tellement élevé que, si tu l’atteins, tu sauras que cela n’a été possible que grâce aux techniques que je t’aurais enseignées. »

À l’époque, Jack Canfield ne gagnait que 8.000 $ par an. Ce n’était pas grand-chose, et il ne voyait pas comment gagner plus.

Toutefois, il fit quand même ce que son mentor lui avait demandé, et se donna un objectif très élevé :  Gagner 100.000 $ avant la fin de l’année.

Bien évidemment, il n’avait aucune idée de la façon dont il pouvait bien s’y prendre pour gagner une telle somme. Mais c’était l’objectif qu’il s’était fixé.

Un billet sur le plafond, et une carte de visite

Afin de toujours garder son objectif en tête, voici ce que Jack Canfield a fait :

Premièrement, il a photocopié un billet de 1 dollar et en a fait un agrandissement. Il a ajouté 5 zéros pour que ce billet indique 100.000 $. Et il l’a collé au plafond, juste au dessus de son lit.

Billet de 100.000 dollars de Jack Canfield
Le faux billet de 100.000 dollars

Ainsi, ce billet de 100.000 $ était la première chose qu’il voyait le matin en se réveillant. Et la dernière qu’il voyait le soir en se couchant.

Deuxièmement, puisqu’il distribuait ses cartes de visites des dizaines de fois par jour, il décida de noter son objectif au dos de l’une d’elles. La toute première.

Ainsi, dès qu’il sortait sa petite boite avec ses cartes de visite, il voyait immédiatement son objectif : 100.000 $.

De cette façon, il gardait son objectif en tête à chaque instant de la journée.

Tout s’est passé sous la douche…

Durant les 4 à 5 premières semaines, il ne s’était rien passé.

Il ne trouvait pas comment faire pour gagner une telle somme. Et puis, un jour, sous la douche, il eut une idée…

Deux ans plus tôt, il avait écrit un livre. Ce dernier avait connu un petit succès mitigé : One Hundred Ways to enhancing self concept in Classroom.

Il touchait 0,25 $ de droit d’auteur pour chaque livre vendu. Il fit alors ce calcul : s’il vendant 400.000 exemplaires de son livre, il gagnerait 100.000 $.

Bien évidemment, il ne savait pas comment s’y prendre pour vendre 400.000 exemplaires de son livre et toucher 100.000 dollars de droits d’auteur.

À l’époque, ce livre lui rapportait à peine 2.000 $ par an.

Mais c’était son nouvel objectif : vendre 400.000 exemplaires de One Hundred Ways to enhancing self concept in Classroom.

D’objectif en objectif

Je parlais hier du Système d’Activité Réticulaire, et de la façon dont notre cerveau filtre les informations pour ne laisser passer que celles dont nous avons besoin pour réaliser nos buts.

En voici un bel exemple :

Jack Canfield voulait maintenant vendre 400.000 exemplaires de son livre. Et ne savait pas comment faire.

Des semaines passèrent jusqu’à qu’au jour où il vit, chez sa grand-mère, le magasine Reader’s Digest. Il y était écrit 8 millions de lecteurs.

Il se dit alors que s’il publiait une annonce dans le Reader’s Digest, il y aurait bien 400.000 des 8 millions qui achèteraient son livre.

C’était donc son nouvel objectif : publier une annonce publicitaire dans le Reader’s Digest.

Il les contacta. Ils firent les calculs, etc. Puis ils lui annoncèrent qu’une pub pour son livre lui couterait… 108.000 dollars !

Bien évidemment, il refusa. Non seulement il n’en avait pas les moyens. Mais en plus, à ce prix-là, il perdait 8.000$ même s’il atteignait son objectif.

Un autre magazine?

Quelques semaines plus tard, il était au supermarché quand il vit le National Inquiere, un journal people vendu à plusieurs millions d’exemplaires en Amérique.

Il se dit alors qu’il pouvait peut-être mettre une annonce dans ce magazine. Il les contacta. Le prix était moins cher, mais toujours bien au-dessus de ces moyens.

Il lui fallait donc trouver un autre moyen pour faire parler de son livre dans un magazine à gros tirage.

Pourquoi ne pas écrire directement un article, et le leur envoyer afin qu’ils le publient?

C’était son nouvel objectif : écrire un article et le faire publier dans un gros magazine.

Il écrivit alors son article, et l’envoya au Reader’s Digest afin d’être publié. Il n’eut jamais de réponse. Idem avec le National Inquiere

Impossible de s’y faire publier !

La conférence qui changea sa vie…

Quelques semaines plus tard, après une conférence qu’il venait de donner, une journaliste vint lui parler.

– Bonjour M. Canfield. J’ai adoré votre conférence, et j’aimerais vous interviewer.

– Pour quel journal travaillez-vous? demanda-t-il.

– Je suis freelance, mais je vends souvent mes articles au National Inquiere.

Jack Canfield n’en croyait pas ses oreilles. Il accepta bien évidemment cet interview, et la journaliste s’arrangea pour que ce dernier soit publié dans le National Inquiere :)

Malheureusement…

Ce n’était pas suffisant

Les ventes de son livre montèrent en flèche, mais pas autant qu’il l’avait espéré.

À ce rythme, il n’arriverait jamais à atteindre son objectif de 100.000 $ avant la fin de l’année.

Et c’est là que son épouse lui dit :

« Le problème, c’est que tu ne touches que 0,25 $ par livre vendu. Cela t’oblige à devoir en vendre 400.000 exemplaires. Il faudrait trouver une solution pour que tu encaisses plus d’argent par livre vendu. »

Nouvel objectif intermédiaire : trouver le moyen de gagner plus que 0,25$ par vente de livre.

La solution apparut facilement. Il suffisait d’éditer soi-même le livre, et le vendre par correspondance. Ainsi, plus besoin de payer des frais exorbitants à un éditeur.

C’est ainsi que Jack Canfield édita lui-même son livre et le vendait par correspondance. Il gagnait maintenant 3 $ par livre vendu – au lieu de 0,25 $, soit 12 fois plus.

Il n’avait plus qu’à vendre 33.000 exemplaires de son livre pour atteindre son objectif.

Ce n’était toujours pas suffisant

Bien que la vente de chaque livre rapportait plus d’argent, ce n’était pas encore suffisant pour atteindre son objectif de 100.000 $.

C’est alors que sa femme eut une autre idée :

« Pourquoi ne pas vendre d’autres livres à nos clients? Et pourquoi pas d’autres produits? »

Chose dite, chose faite. À la fin de l’année, ils avaient un catalogue de 8 pages, et vendaient 32 produits.

Que s’est-il passé alors?

Jack Canfield a-t-il atteint son objectif de 100.000 euros avant la fin de l’année? NON.

Cette année, il a encaissé 92.328 $ !

Pensez-vous qu’il était déçu? :)

Et puis, sa femme lui dit alors : « Mais si ça a marché pour 100.000 $, penses-tu que ça marchera pour 1 million? »

Et Jack lui a répondu : « Je ne sais pas, essayons ».

Voici le chèque de 1.130.328 dollars de droits d’auteur pour les ventes de son livre Bouillon de poulet pour l’âme.

Jack Canfield, chèque de 1 million de dollar, bouillon de poulet pour l'âme
Regardez la signature…

Comme vous voyez, l’éditeur a ajouté un smiley a la signature. Pourquoi? Parce que c’était la première fois qu’il signait un chèque d’un million de dollars.

Ne jugez pas vos objectifs trop vite

On a souvent tendance à juger nos objectifs trop vite. On en met beaucoup au placard en pensant – à tort – qu’ils sont irréalistes.

Jack Canfield ne savait pas comment gagner 100.000 $ avant la fin de l’année. Tout le monde lui aurait dit que c’était impossible.

Vous non plus, vous ne savez peut-être pas comment atteindre certains de vos objectifs. Vos proches vous disent peut-être d’arrêter de rêver. Que c’est impossible. Irréaliste.

Pourtant, si vous gardez vos objectifs en tête – en les notant et en les relisant régulièrement – vous pourriez bien, tout comme Jack Canfield, trouver la façon de les réaliser.

C’est tout ce que je vous souhaite.

J’espère que cette histoire vous a plu. Et merci à ceux qui ont lu jusqu’ici.

Et je vous invite VRAIMENT à lire son livre : Le Succès selon Jack. Et surtout à en appliquer les principes dans votre vie.

33 Comments to “Comment atteindre des objectifs soit-disant irréalistes? L’exemple de Jack Canfield”

  • Nasro 9 août à 12 h 24 min

    Et on continue avec cette série sur les objectifs Je crois que tu l’as choisi comme thème cette semaine :) En tout cas ça tombe bien car je me sens vraiment besoin de motivation et lire ses histoire de sucés et la meilleurs façon d’en obtenir ;)

    Cet article résume bien une chose très importante : La flexibilité pour atteindre ces objectifs.

    Et si on parle un peut pratique on peu dire que les étapes que Jack Canfield a passé pour arriver à son but peuvent être un Plan d’action. Sauf que dans ce cas ce plan n’était pas établie complétement dés le début.

    • Cédric Vimeux 9 août à 13 h 30 min

      Bonjour Nasro,

      Oui, c’est ça qui est intéressant justement. Jack Canfield ne savait pas comment faire. Mais le plan s’est défini petit à petit.

      Souvent, les gens cherchent à faire un plan pour atteindre leurs objectifs. Et s’ils n’y parviennent pas, ils se disent alors que l’objectif est irréaliste. Et laissent tomber.

      Or, il est tout à fait normal qu’on n’arrive pas à faire un plan si l’objectif nous dépasse, s’il est plus grand que nous.

      Alors que si on reste focalisé sur celui-ci, le plan fini par apparaitre, petit à petit. Bien sûr, ça ne se fait pas du jour au lendemain, ni par magie. Et cela prend souvent du temps, et réclame des efforts, et de l’action.

      Cédric

  • Olivier@coaching d'entreprise 9 août à 12 h 54 min

    « Le succèse selon Jack » est un livre qu’il faut avoir ..
    non seulement il faut le lire mais le relire !
    On se rend compte que bien souvent il ne faut pas grand chose pour arriver aux succès, il suffit de s’en persuader…

    • Cédric Vimeux 10 août à 12 h 20 min

      Salut Olivier,

      Il y aussi La Force du focus qui est à lire. Un peu moins gros, mais tout aussi efficace.

      Cédric

  • gilles 9 août à 13 h 18 min

    J’aime bien la petite voix de son épouse qui lui a en définitive indiqué e bon chemin.
    Les femmes, elles ont parfois raison ! La fameuse intuition féminine !
    Nonobstant cette assertion, l’histoire de Jack Canfield méritait d’être racontée en ces termes.

    gilles

    • Marion 10 août à 4 h 52 min

      « parfois » ???

      … toujours raison !
      ;-)

      • Cédric Vimeux 10 août à 12 h 21 min

        Derrière chaque grand homme, il y a une femme :)

        Cédric

        • Thierry Valker 10 août à 13 h 15 min

          Salut Cédric

          Et à côté de chaque grande femme, il y a un homme qui l’inspire. ;)

          Très intéressant le parcours de cet homme. Cela prouve une chose, rien est impossible. Il suffit d’y croire.

          Cordialement

        • Le Blog OVNI 14 août à 9 h 44 min

          Entièrement d’accord. Heureusement que la mienne est là pour me soutenir. Je peux même dire qu’elle m’a vraiment sauvé la vie. Sans elle je ne serais rien et je l’aime profondément ;-)
          J’étais vraiment au bord du précipice quand je l’ai rencontrée et je ne remercierai jamais assez ce que certains appellent les forces supérieures. Moi je pense que les proches qui nous ont quitté veillent sur nous. J’en ai eu plusieurs témoignages. Chacun voit midi à sa porte. Pour ma part, j’en suis persuadé.
          Bernard

  • Sorin 9 août à 13 h 55 min

    Bonjour Cédric,

    Merci pour cet article qui peut être classé directement dans le domaine du développement personnel. A vrai dire je ne m’attendais pas à le lire sur ton blog.

    Je l’ai beaucoup apprécié, malgré que j’ai vu le film « Le Secret » et que je connaissais l’histoire de Jack, l’auteur de : Chiken Soup for the Soul et Aladdin Factor, Dare to Win.

    C’est bizarre Cédric, il y a environ une semaine, j’ai lu une interview que Jack Canfield a accordé à Mike Litman. Sais-tu de quoi il s’agit ?

    Merci beaucoup pour ton article Cédric.

    Amicalement,

    Sorin

    • Cédric Vimeux 10 août à 12 h 22 min

      Salut Sorin,

      > « A vrai dire je ne m’attendais pas à le lire sur ton blog. »

      Oui, je fais quelques essais :)

      En fait, je suis convaincu qu’on ne peut pas réussir dans le marketing internet (ni ailleurs) sans s’intéresser au développement personnel.

      J’écrirai bientôt un article sur ce sujet.

      Cédric

  • Alexis@longue traine 9 août à 14 h 04 min

    Hello Cédric,

    Super cette petit histoire, il est vrai que le livre de Jack est remarquable (je t’emprunte cette expression au passage).

    Franchement j’ai son livre et c’est un vrai condensé d’astuces, de techniques vraiment indispensables. Bon c’est un vrai pavé et il faut pas s’attendre à appliquer chacun des principes du jour au lendemain, chaque chose pas à pas, mais tu as très bien fait de parler de ce livre.

    Concernant les objectifs, il est vrai qu’on jamais tracé à l’avance le chemin, et on a souvent pas mal de surprises. Il faut foncer point barre =)

    • Cédric Vimeux 10 août à 12 h 24 min

      Salut Alexis,

      > il est vrai que le livre de Jack est remarquable (je t’emprunte cette expression au passage).

      J’ai moi-même emprunté cette expression à Seth Godin :)

      Cédric

  • Benoît@Coaching Vie Futée 9 août à 14 h 16 min

    Salut Cédric,

    Excellente histoire qui montre par ailleurs qu’il ne faut pas seulement avoir des objectifs mais aussi de la persévérance. La plupart des gens arrêteraient à la première difficulté… Lui n’a rien laissé tomber malgré les difficultés. Avoir l’objectif régulièrement sous les yeux facilite cette persévérance.

    Pour la création du plan, il a directement repris la méthode de Napoleon Hill qui considère aussi qu’il faut laisser travailler son cerveau et que le plan doit être crée et « amené » par le subconscient, après avoir défini l’objectif (avec le conscient).
    Très intéressant et très motivant en tout cas ! Merci !

    Benoît

    • Cédric Vimeux 10 août à 12 h 26 min

      Salut Benoit,

      Oui, Jack Canfield a étudié dans les moindres détails le livre de Napoleon Hill « Réfléchissez et devenez riche ».

      Il en parle souvent dans ses livres.

      Et c’est vrai que c’est l’une des références à lire absolument – et à mettre en pratique – si on veut s’enrichir.

      Merci d’en avoir parlé.

      Cédric

  • Richard@gagner sur le net 9 août à 14 h 47 min

    Bonjour Cedric,

    C’est marrant, je perçois cet article comme un clein d’oeil du destin, je suis justement en plein dedans. Juste un petit tour sur http://la-confiance-en-soit.org et tu vas voir que l’on parle de la même chose…

    J’ai toujours plaisir à lire tes articles enrichissants…

    Bonne journée !

    Amicalement

    Richard

  • Richard@gagner sur le net 9 août à 14 h 51 min

    Juste une petite erreur dans le lien : http://la-confiance-en-soi.org

    Sorry ! Richard

  • Stéphane Rambaud 9 août à 15 h 24 min

    C’est une exellente histoire vraie car elle motive les troupes. Merci de nous l’avoir raccontée. Quand on veut quelque chose, on trouve toujours le moyen d’y arriver avec la percévérance. Ce qui est impossible aujoud’hui dans nos yeux ne l’ai pas forcément le lendemain car notre esprit s’ouvre, pense et ramène des solutions. Il ne faut pas s’arrêter au premier teste !

    • Cédric Vimeux 10 août à 12 h 28 min

      Salut Stéphane,

      Oui, le cerveau humain a la capacité de créer des ponts entre nos problèmes (ou objectifs) et leurs résolutions.

      Il suffit souvent de simplement lui laisser le temps. Puis d’agir le moment venu.

      Cédric

  • Charles@efficience site web 9 août à 16 h 09 min

    Toutes mes sincères félicitations à Cédric, qui réussit avec cette
    série d’articles, à aborder un sujet souvent délicat: le développement
    personnel.

    le mot juste, le ton juste…bravo. il n’y a plus qu’à…suivre le bon exemple.

    • Nassim 9 août à 18 h 05 min

      Sympathique histoire :)

      J’en garde les choses suivantes :

      – Pouvoir voir ses objectifs contribue à les atteindre

      – Pour augmenter son profit, il n’y pas ques les ventes comme vecteur, mais aussi le profit par article vendu !

      – Présenter des services complémentaires au produit initial permet également d’augmenter le chiffre d’affaires et le profit.

      Voili voilou !

      Nassim

    • Cédric Vimeux 10 août à 12 h 29 min

      Merci Charles ;-)

      Et c’est vrai que ce n’est pas un sujet facile à aborder, sans faire cliché.

      Cédric

  • chems@polyval 9 août à 19 h 23 min

    Bonjour Cédric et bonjour tout le monde;

    J aimerais souligner que AUSSI il avait la chance d avoir sa deuxième moitié aussi intelligente et aussi ambitieuse que lui;
    Et comme on dit en psycho, il faut veiller à son entourage, et il était très bien entouré…
    Merci pour le thème il est intéressant, et le fait de le souligner nous rappelle qu’il faut noter les objectifs pratiquement et sur du papier réellement… Encore une fois merci pour le bon choix des sujets…

    • Cédric Vimeux 10 août à 12 h 31 min

      Salut Chems,

      Comme je disais plus haut, derrière chaque grand homme se trouve une femme.

      Cédric

  • Xavier@Market Samurai 9 août à 22 h 05 min

    Bonsoir Cedric,

    Je découvre le personnage de Jack Canfield avec cet article et le fait que celui-ci donne envie d’en savoir plus su le personnage … en tout cas lors de ma prochaine commande chez Amazon ce livre fera parti de ma sélection.

    Xavier

    • Cédric Vimeux 10 août à 12 h 33 min

      Salut Xavier,

      Je te recommande de lire également ses livres de la série Bouillon de Poulet pour l’âme.

      On se sent incroyablement bien, et heureux, avec ce genre de lire.

      Lis en un, et tu continueras à lire la série régulièrement. Tu verras ,-)

      Cédric

  • Davy@Webmarketing 9 août à 22 h 25 min

    Excellente histoire!! Tiens d’ailleurs je retrouve le petit objectif accroché au plafond :) Stupide pour les visiteurs, et plein de sens pour les millionnaires.

    J’ai adoré le passage d’objectifs en objectifs, et ça coule de source, chaque objectif quel qu’il soit doit se décomposer en plusieurs petits objectifs, qui nous amènent au but principal!

    Et comme dit le proverbe, Derrière chaque grand homme se cache une femme ;)

    • Marion 10 août à 4 h 51 min

      Pas besoin de me cacher derrière moi même .. le Girl-Power est en moi, Davy, c’est plus facile, non ?

      On est associés : moi …et moi !

  • Marion 10 août à 4 h 49 min

    Promis je l’achète !

    Merci pour l’article (pas si long que tu nous en préviens au début), encore une fois je suis scotchée par la façon dont tu racontes, Cédric.

    Du 1er au dernier mot on a vraiement ENVIE de marcher dans les pas de Jack Canfield

  • Thiery 10 août à 7 h 00 min

    Bonjour

    Merci pour cet excellent article qui démontre que même si cela semble impossible … c’est possible quand même ;-)

    Je connaissais cette histoire mais la décomposition en étapes pour atteindre l’objectif fixé est intéressante car elle montre que l’on doit (et peut) se fixer des paliers pour atteindre nos objectifs et que un jour ou l’autre ils arrivent.

    Autre point intéressant, c’est la manière dont Jack trouve les SOLUTIONS pour atteindre ses rêves.

    Thierry

  • Sam@Des Trucs Pour Changer De Vie 10 août à 10 h 55 min

    C’est une magnifique histoire, incontestablement. Les objectifs fixés sont vraiment très gros.
    Parfois je suis en colère contre moi de ne pas arriver à atteindre les buts fixés. Heureusement que ma compagne est là pour me soutenir. C’est parfois d’autant plus rageant que la solution est sous notre nez ou en fin de compte pas si difficile que ça…
    Sam

  • gwenael de formeetminceur.net 10 août à 11 h 39 min

    tu as raison cédric : toujours se fixer des objectifs élevés pour arriver à les atteindre : c’est ce qui nous fait avancer dans la vie. Encore merci pour cette histoire.

  • janette@illymity.com 10 août à 17 h 52 min

    Bonjour

    Je connaissais l’histoire qui est reprise dans « le secret », je crois.
    Bon je vais tester le billet en fin de compte :)

    Cordialement

Post comment

real money casinos new zealand